Connect with us

À la Une

Jean-Marc KABUND et consorts : revenons sur nos racines ( Tribune d’Albert TSHIMANKINDA/Chercheur et Analyste Indépendant)

Published

on

Depuis la publication du tweet de Jean-Marc Kabund, réagissant contre les propos tenus à Kigali par le Conseiller Spécial du Chef de l’Etat, François BEYA KASONGA, l’opinion assiste à une prolifération des injures publiques, des calomnies, des propos diffamatoires, de faux bruits, des messages de haine et d’intoxication des combattants de l’UDPS en particulier, et de la population congolaise en général contre la personne de BEYA FRANCOIS.

Cette attitude de hauts responsables politiques et des personnes qui tirent des ficelles pour mettre de l’huile sur le feu, nous pousse à nous interroger sur la place de la  culture de respect des ainés dans notre société. En effet, le Président de la République, S.E.M Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO a choisi comme thème de la mandature de la RDC à la Présidence de l’Union Africaine « Arts, culture et patrimoine » : leviers pour construire l’Afrique que nous voulons. Ensuite, le Président a souligné que «  les arts, la culture et le patrimoine constituent la base de la renaissance africaine et offrent une occasion de revenir sur nos racines».

Le samedi 27 février 2021, le Président FATSHI s’est exprimé en ces termes : « Je déclare ouverte l’année de la culture en République Démocratique du Congo ». C’est avec cette phrase, résumant la cérémonie que le Président en exercice de l’Union Africaine, a lancé l’année de la culture en RDC.

En effet, le respect des aînés est une des valeurs sacrées de la culture africaine que FATSHI BETON attend valoriser pendant la mandature à l’Union Africaine.

Aujourd’hui, l’utilisation des réseaux sociaux et de nouvelles technologies de l’information et de la communication favorise de plus en plus de dérapages et de bavures dans le chef de certains utilisateurs.

Hormis ses fonctions officielles, qualités et faiblesses, il est indéniable que FRANCOIS BEYA est avant tout un père de famille, un grand-frère et un oncle pour les uns,  et un beau-fils,  un beau-frère et un grand-père pour les autres. Il fait donc partie des aînés de la société congolaise.

En sa qualité de très proche collaborateur du Chef de l’Etat, lorsque les membres du parti présidentiel (UDPS) s’attaquent à FRANCOIS BEYA directement, ils s’attaquent en réalité au Chef de l’Etat qui l’a nommé au poste de Conseiller Spécial en matière de Sécurité. Donc, c’est “FATSHI BETON” qui n’est pas respecté, et on prétend lui donner des conseils pour CORRIGER ses erreurs de choix. Ce comportement n’est rien d’autre qu’un manque de considération et de respect notoire envers le Chef de l’Etat.

En analysant ces jours-ci les publications intempestives, les injures proférées et propos haineux distillés dans les réseaux sociaux contre BEYA FRANCOIS par des personnes comme YANE FUMUATU, YOKA SON, FILS MUKOKO, GENERAL NEVILLE ILUNGA, MANAY MALU, HERVE PANDA, JEAN-CLAUDE MUAMBA et ALEX KINKELA alias PONGI DIEU, il y a de quoi se demander si les Congolais accordent encore de l’importance aux valeurs culturelles comme le respect de l’autorité et des ainés. En réalité, c’est l’autorité de FATSHI qui est fragilisée et son image ternie à travers tous ces spectacles désolants dans les réseaux sociaux.

Tout ceci, c’est ce que feu Président Étienne TSHISEKEDI d’heureuse mémoire appelait les anti-valeurs. Avec ce que Kabund et compagnie font, ils ne  respectent pas la mémoire du père de la démocratie Étienne TSHISEKEDI. C’est vraiment une grande insulte à l’endroit de cet homme de grande valeur qui a su donner une bonne éducation à ses propres enfants et à ses proches.

Autrefois quand l’UDPS était dans l’opposition, on pouvait encore comprendre ce genre de comportement, car elle faisait tout pour conquérir le pouvoir, mais actuellement que l’UDPS a le pouvoir, la hiérarchie de ce parti  le fait pour quel intérêt ?

Ce qui est étonnant surtout, depuis que tout ceci est arrivé, on ne sent pas le Président FATSHI en tant que père de la nation intervenir pour arrêter tout ce désordre, car s’il l’avait fait, on ne serait pas là où l’on est avec tous ces discours discourtois, haineux et insolents que tiennent les combattants de l’UDPS. Cette situation prend des proportions beaucoup plus inquiétantes.

Une certaine opinion est allée même plus loin pour dire que c’est FATSHI qui entretient tout ce désordre ; la politique de diviser pour régner, la politique de la dictature que pratiquait feu maréchal Mobutu. Si tel est le cas comme pense cette opinion, ce que FATSHI a carrément basculé dans la dictature, et on aura plus confiance dans ses discours qui prônent l’Etat de droit et consorts.

Pourquoi une certaine opinion pense-t-elle  que FATSHI est complice, car il laisse les combattants de son parti vilipender son proche collaborateur pendant presqu’une semaine ? Ce n’est pas normal ou alors nous concluons que c’est KABUND qui dirige tout le monde, voire FATSHI, ou alors nous allons croire en ce que les gens disent que c’est KABUND qui détient le fétiche lui légué par le patriarche pour la force et la protection de l’UDPS parce qu’on sent quelque part qu’il est intouchable.

A force de tirer sur une corde, celle-ci finit par se briser. Ce n’est pas le moment de vouloir fragiliser le Chef de l’Etat au plan interne. Ce dernier a plusieurs défis à relever.

Albert TSHIMANKINDA/Chercheur et Analyste Indépendant