Connect with us

À la Une

J.O Tokyo 2020 : la RDC toujours dans les nuages. Quelqu’un pour réveiller Amos Mbayo et Cie ?

Published

on

Les jeux olympiques (JO) sont des événements sportifs internationaux majeurs, regroupant les sports d’été et d’hiver, auxquels des milliers d’athlètes participent à travers différentes compétitions et se tiennent tous les quatre ans. La RDC y participe aussi mais n’a jamais réussi a rafler même une seule médaille.

La dernière participation des congolais aux jeux olympiques 2016


Après Rio de Janeiro 2016, les prochains jeux olympiques d’été se dérouleront aux mois de juillet et août 2020, soit dans une année. La RDC est encore qualifiée pour cette unième édition dans plusieurs disciplines mais jusque-là, sauf le football, dans ses deux versions, qui semble préparer cette médaille tant attendue par les nombreux Congolais, outre le football, aucune discipline ne prépare au sérieux ces jeux mondiaux.
Le football se prépare

Qualifiés au dernier tour avant la CAN Égypte 2019, les léopards U-23 font du beau parcours jusque-là. Certes, la mission est encore difficile, car pour se qualifier aux jeux olympiques, il faut attendre le denier carré de cette CAN. Heureusement que les jeunes Congolais coachés par Christian N’sengi Biembe montrent un bon visage et pourraient bel et bien arracher cette place qualificative.

Les léopards U23


Les dames, quant à elles, après avoir éliminé la Tanzanie au premier tour, sont exemptées pour le second.

Les jeux congolais, un simple slogan

Programmés pour la unième fois en ce mois d’avril après plusieurs années ratées, les jeux congolais n’étaient qu’un simple slogan des dirigeants sportifs. Le président du comité olympique a même placé ces jeux comme ses priorités pour l’année 2019, mais jusque-là, il n’y a que des réunions avec le trésor public à travers le ministère des Sports et loisirs pour n’aboutir à rien. Des sources concordantes nous renseignent même que l’État congolais a déboursé à plusieurs reprises l’argent pour l’organisation, mais l’argent a pris une autre direction. Alors que ces jeux permettraient aux sélectionneurs nationaux de jojer le niveau de leurs athlètes avant les jeux africains et olympiques.

Les Jeux africains dans quatre mois

La 12 ème édition des Jeux africains aura lieu à Rabat, au Maroc, du 19 au 31 août 2019. Mais le constat est toujours amer: les multiples réunions entre les dirigeants et le trésor public pour l’argent et rien d’autre pour permettre aux athlètes de se mettre en jambes. Même la fédération de karaté-do qui a des athlètes dans le rankings mondial, a avorté sa participation à la coupe d’Afrique des Nations qui se tient au Cameroun sous prétexte que les passeports des athlètes ne sont plus trouvables, alors que les athlètes comme Nancy Tshiaba qui figurait au top 50, sont repoussés au classement mondial à la 77 ème position, faute de compétitions.

Les membres du comité olympique congolais


Les conflits au COC reculent les choses

Au cours d’une cérémonie d’échange des vœux organisée le samedi 16 février 2019 à son siège national, sur l’avenue de la Gombe, le président du comité olympique congolais avait déclaré qu’“On a traversé une période compliquée, nous avons pris le temps de nous y pencher. Des erreurs peuvent avoir été commises, des incompréhensions peuvent avoir été générées, mais c’est en regardant tous dans la même direction avec responsabilité que nous pourrions surmonter les obstacles pour aider le développement de notre sport. Nous osons croire que la sérénité et l’unité du mouvement olympique pour le bien-être de l’athlete congolais doivent avoir la priorité sur les humeurs. Le respect et la considération mutuelle doivent être de mise”.

Malgré ces propos du président de cette fédération-mère, les choses dans cette maison ne bougent toujours pas. Depuis les problèmes de jeux africains de la jeunesse 2018, le secrétaire général du comité olympique, Herman Mbonyo, ne foule plus ses pieds aux bureaux du COC. Un malaise qui semble être difficile à effacer par les deux camps.
Ce conflit serait aussi à la base de la non tenue des objectifs assignés. La conséquence, c’est le manque de compétitivité des pauvres athlètes alors qu’ils étaient placés comme des priorités.

À quatre mois des jeux africains et une année des jeux olympiques, l’opinion se demande sur ce que font le comité que dirige Amos Mbayo et Cie. Une médaille raflée au cours de jeux olympiques serait comme une coupe d’Afrique des Nations de football gagner par les léopards.

Du moins, Amos Mbayo et compagnie ont encore un peu de temps pour bien préparer ces ambassadeurs congolais avec plus ou moins 20 disciplines pour hisser plus haut le drapeau national au Panthéon des jeux olympiques.

Wait and see!

Jolga Luvundisakio/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Kin, Goma et L’shi accueillent le 14ème Congrès de l’Union des Architectes d’Afrique en fin juin 2025

Published

on

Plus de 1500 délégués, provenant de tous les coins du continent noir, sont attendus dans 3 villes de la RDC ( Kinshasa, Goma et Lubumbashi), vers la fin du mois de juin de l’année prochaine, afin de prendre part au 14ème Congrès de l’Union des Architectes de l’Afrique autour du thème :«la résilience des villes africaines dans les zones industrielles et sismiques ».

Le lancement officiel de la campagne de ce 14ème Congrès a bel et bien eu lieu ce jeudi 24 mai depuis l’hôtel Hilton de Kinshasa.

Une journée riche en programme qui a permis aux participants ainsi qu’aux journalistes présents de s’imprégner des contours de cette édition 2025 qui se déroulera sur 3 villes congolaises.

Ce congrès sera une occasion en or pour présenter le potentiel inestimable de la RDC au monde comme le souligne l’architecte Fiyou Ndondoboni, président de l’Ordre national des architectes ( ONA). « La tenue de ces rencontres dans mon pays constitue un événement diplomatique majeur, contribuant non seulement à son rayonnement international mais aussi s’intégrant harmonieusement dans les efforts menés par le Président de la république Félix Tshisekedi Tshilombo sur le plan diplomatique », a-t-il appuyé.

Le président de l’union des architectes d’Afrique, l’architecte Donatien Kasseyet-Kalume, est, quant à lui, revenu sur le constat amère de la situation de l’architecte congolais qui est souvent oublié, voire pas considéré. « La présidence se rend chaque année aux différentes Conférences des Parties
(COP) sans architecte ni urbaniste pour discuter de l’avenir de notre nation en termes d’Environnement et d’environnement bâti(…). Le Premier Ministre, chef du Gouvernement, n’a jamais convoqué les architectes congolais lors des consultations qu’il organise à l’échelle de la Nation. Le ministère de l’Urbanisme, notre ministère de tutelle, a signé récemment un contrat de construction de 100.000 cités intégrées à ériger sur le territoire national, avec un groupe kenyan, certes, mais pas congolais… Y avait-il un impératif ? Si notre ministre de tutelle ne croit pas en nous, qui le fera ?”, s’est-il interrogé.

Aux partenaires multilatéraux de la RDC, l’architecte a interrogé : ” Oserions-nous vous demander le rôle réservé à l’architecte congolais dans le cadre de l’exécution de vos programmes d’aide ou de partenariat ?”.

Enfin, à ses consœurs et confrères architectes congolais, Donatien Kasseyet-Kalume a adressé son interpellation : ” Sommes-nous suffisamment organisés, préparés, outillés pour prendre la charge de notre rôle de conseil ?».

Représentant du Premier ministre, le ministre de l’Aménagement du Territoire de la République Démocratique du Congo, a fait savoir son espoir de voir les questions architecturales qui gangrènent la société congolaise trouver les réponses nécessaires. « Je suis certain que ce congrès va poser les prémices et les fondamentaux pour l’édition 2025. Je souhaite également que cela soit une occasion d’échange avec les partenaires sur les questions essentielles comme les opérations minières et les projets de développement de nos pays africains…»

A noter que ce lancement officiel de plus d’un an en avance a été voulu pour préparer ensemble une célébration réussie de cet événement mais également l’occasion de lancer l’appel à contribution au niveau du continent sur les thématiques choisies pour une matérialisation tangible du concept de coopération Sud-Sud tant souhaitée.

Dorcas Ntumba/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte