Connect with us

Actualité

Internet en RDC : “Il sera impossible d’exécuter le Plan national du numérique avec la taxation actuelle” (Deo Vuadi)

Published

on

Se penchant sur la question de l’internet en République démocratique du Congo, monsieur Deo Vuadi, expert en télécommunications a prouvé avec preuves palpables que l’application du Plan national du numérique proposé par la présidence sera impossible avec la taxation actuelle .

Tout en louant l’initiative du chef de l’État pour son plan national du numérique, cet expert en télécoms a tenu à démontrer que malgré l’idée qu’il considère de géniale, elle reste en même temps insuffisante.

“C’est bien beau d’avoir un plan national sur le numérique, mais cela n’est pas suffisant. L’idée elle est géniale et nous l’applaudissons, c’est une belle initiative du Président de la République parce que le besoin de la numérisation du pays est réel mais à cela, il faudra que l’on puisse voir de façon objective le blocage qu’il y a aujourd’hui pour permettre à ce qu’internet puisse être d’accès facile pour chaque Congolais de partout et selon sa bourse” s’est il exprimé et d’ajouter “il y a tellement de taxes qu’à ce stade c’est tellement difficile de pouvoir dire que tout ce qui pourrait ressortir de cet atelier puisse être applicable, il faudrait d’abord commencer par briser les barrières ensuite on peut se permettre de dire qu’on a un Plan national du numérique à exécuter”.

l’Internet étant l’un des facteurs favorisant la croissance économique et sociale d’un pays, Deo Vuadi a expliqué que la taxe d’accises de 10% (hormis les 30% d’impôts sur le bénéfice et les 16% de TVA) appliquée sur le numérique serait un mobile de blocage solide pour le lancement de la RDC malgré la bonne volonté du Président Félix Tshisekedi, taxe qu’il considère comme un excès de zèle ou simplement une volonté de la part des décideurs de nuire à la population puisque cette taxe ne s’applique que sur les produits qui sont nuisibles pour la santé tels que le tabac et tout consort pour bloquer la consommation de ces produits.

Pour booster l’écosystème numérique, cet expert en télécoms a suggéré aux participants à ce colloque de se pencher sur la question de cette taxe, en demandant la suspension de cette taxe, soit demander à la DGDA de sursoir son exécution après repartir au parlement pour demander la suppression ou la revisitation du code des accises n°18/002 du 13 mars 2019 afin que l’Internet ne puisse plus être classé dans le rang des produits nuisibles pour la santé.
Il a martelé sur le fait que s’ils veulent réussir la numérisation du pays, il faudra réellement se pencher sur la question de cette taxe surtout dans un pays comme le nôtre où l’accès à Internet est un luxe pour plusieurs, seulement 8% de notre population est connecté sur la 3G et 6% sur la 4G.

Fustigeant le mobile derrière et se gardant de critiquer la DGDA d’avoir monoeuvré pour que cette loi passe, la décision n’est pas bonne dit-il. Il a émis le vœu de voir cette taxe éliminée et l’Internet rayé de la liste des produits soumis au droit d’accises.

Notons ici, qu’en 2018, l’Association mondiale des sociétés de télécommunications (GSMA) avait mené une étude et prouvé que si on retire cette taxe là, il y aura une explosion de l’utilisation de l’Internet, ça va accélérer le rythme du numérique dans un pays où la connectivité reste l’une de plus faibles au monde.

Rappelons que sous l’initiative du chef de l’État Félix Tshisekedi, il a été convoqué l’atelier de validation du Plan national du numérique du 3 au 5 septembre au Pullman hôtel à Kinshasa.


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Politique

Judith Suminwa aux membres de son gouvernement : “Chacun sera jugé à l’aune de sa compétence…sa bonne moralité”

Published

on

La Première ministre Judith Suminwa Tuluka a appelé les membres de son gouvernement, chacun à veiller sur ses actes qu’il pose dans l’exercice de ses fonctions.

Dans sa prise de parole au séminaire gouvernemental ce lundi 22 juillet, Judith Suminwa a rappelé à son groupe qu’il doit être exemplaire dans la gestion de la chose publique tout comme en ce qui concerne le respect des textes légaux et règlementaires.

“Chacun sera jugé à l’aune de sa compétence, de ses qualités professionnelles, mais aussi de sa bonne moralité. C’est cela la ligne directrice du Gouvernement de la différence. Il est donc temps de tourner le dos aux antivaleurs, au clientélisme, au tribalisme, à la corruption, au détournement des deniers publics. Il faut changer la donne. Chaque fois que la population entendra parler des milliards de Francs congolais, ce sera parce que ces ressources auront été utilisées au profit des programmes et projets de développement en vue d’améliorer leur vécu quotidien”, a-t-elle exhorté.

Au sujet de la circulation des cortèges des membres du gouvernement, la cheffe de l’exécutif national a soutenu que le code de la route doit être respecté par tous sans complaisance.

On se rappellera de l’incident qui a eu la semaine dernière sur l’avenue Mondjiba. Le cortège du président du bureau provisoire du sénat roulant à sens contraire a été intercepté par la police. Son chef de sécurité arrêté pour avoir tenté de résister.

Cependant, elle a instruit au Vice-premier ministre, ministre de l’intérieur à faire appliquer les textes relatifs aux cortèges.

Soyons les premiers à respecter nos textes légaux et réglementaires, notamment le Code de la route. Un ministre n’est pas au-dessus de la loi, mais plutôt un exemple pour la société. Pour cela, je demande au VPM de l’intérieur d’instruire, sans délai et de mettre strictement en application les textes qui réglementent l’usage des cortèges d’une part et d’autre part, d’instruire la police par rapport à l’obligation pour tous du strict respect du Code de la route y compris pour les officiels. Et Ceci n’est qu’un exemple“, a-t-elle martelé.

Il sied de rappeler que le Séminaire gouvernemental a été ouvert dimanche 21 juillet par le Président de la république. Au cours de ces assises, les membres du gouvernement réfléchissent sur comment « sceller le pacte d’engagement citoyen par la promotion de la performance dans la gouvernance et l’implémentation efficace des reformes en exécution du Programme d’actions du gouvernement (PAG) 2024-2028 ».

Willy Theway Kambulu/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte