Dev Solaire

Connect with us

À la Une

Insécurité dans l’Est : F. Tshisekedi veut en finir définitivement pour rassurer les investisseurs

Published

on

En sa qualité de Commandant Suprême des FARDC et de la police nationale congolaise, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, a présidé, ce lundi 31 août 2020, une réunion extraordinaire sur la Sécurité et le développement dans la partie Est de la RDC.

Le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba était accompagné des membres de son gouvernement à savoir les VPM de l’Intérieur, Gilbert Kankonde, du Plan Elysée Munembwe, des ITPR Willy Ngoopos, les ministres de la Défense nationale, Aimé Ngoy Mukena, et des Finances José Sele Yalaghuli. Les gouverneurs des provinces du Nord et Sud Kivu, de l’Ituri et quelques responsables de l’armée étaient également associés à cette réunion importante.

Au cours des entretiens, le Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi a tenu à donner des orientations claires.

S’agissant de l’insécurité, il a demandé à mettre en place des mécanismes qui s’imposent afin de l’éradiquer complètement. Ce qui, en définitive, devrait rassurer en même temps les investisseurs qui veulent s’installer dans cette région.

Concernant la relance des activités économiques, le président de la République a exigé la mise en place d’un budget conséquent en l’an 2021 pour répondre aux besoins communautaires dans cette partie du pays.

D’après Jean Bamanisa, gouverneur de l’Ituri, qui répondait aux médias à sa sortie de l’audience a repris le même crédo en soulignant, par ailleurs, que l’insécurité est devenue une sorte de business qui se fait par des “tireurs des ficelles”. Ces derniers espèrent, le moment venu, réclamer des grades ou l’amnistie.

F. Tshisekedi tient aux solutions globales dans l’Est

Pour rappel, il y a peine 24 heures que le chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi avait reçu les trois gouverneurs des provinces de l’Est en proie aux violences. En les associant à l’audience d’aujourd’hui, le Président de la République voudrait ratisser large sur les solutions globales qu’il entend apporter à l’ensemble des problématiques qu’elles vivent, notamment la question de la démobilisation, le désarmement et la réinsertion communautaire des groupes armés, auteurs des exactions contre les populations locales, sans oublier la prise en charge des jeunes désoeuvrés qui tombent souvent victimes des recrutements forcés.

Étant frontalières, les trois provinces de l’Est, qui entretiennent naturellement un trafic commercial avec les pays voisins, ont dû subir durement les coups de la crise sanitaire en cours à cause de la fermeture des frontières. L’appel lancé par les trois gouverneurs récemment concernant la rétrocession par le Gouvernement central de 40% est aussi un cri de détresse révélateur des difficultés de trésorerie que vivent ces trois entités territoriales.

Après Masisi, Isiro deuxième victime

Cette réunion d’urgence fait suite aux attaques des personnes non identifiées dans le Haut Uele mais aussi dans le Masisi où d’autres violences avaient coûté la vie à deux élèves selon le cabinet du Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi mais 5 selon d’autres sources.

Selon un responsable scolaire à Isiro (Haut-Uélé) cité par la Radio Top Congo FM, une autre attaque attribuée à des hommes armés non autrement identifiés a visé des élèves à Isiro (Haut-Uélé). L’incident se serait produit dans la nuit de dimanche à lundi et concerne une trentaine d’élèves, d’après Abbé Georges Semende, président de la Commission justice et paix du Haut-Uélé cité par Top Congo FM.

MUAMBA MULEMBUE CLÉMENT/CONGOPROFOND.NET

%d blogueurs aiment cette page :