K-WA Advertising

Connect with us

À la Une

INPP : Patrick Kayembe Nsumpi s’auto-évalue et dévoile sa stratégie pour 2022

Published

on

C’est devant les professionnels des médias que le Directeur général a.i de l’Institut national de préparation professionnelle (INPP), Patrick Kayembe Nsumpi, a évalué ce lundi 24 janvier 2002, ses actions depuis bientôt 6 mois qu’il est à la tête de cette institution. Il en a profité pour dévoiler sa stratégie pour la nouvelle année car, plusieurs défis auxquels il fait face, restent à relever.

Pour le DG a.i, l’INPP s’inscrit dans une vision sur 5 ans. Sa stratégie pour 2022 en ce qui concerne la formation professionnelle, est celle de s’affirmer auprès des employeurs, qui constituent sa cible en renforçant leur capacité pour les rendre plus compétitif.

En effet, le défi majeur de Patrick Kayembe Nsumpi est de créer un climat de paix et de sérénité au sein de son entreprise. Son souci c’est de mettre tous les travailleurs de L’INPP dans des bonnes conditions de travail.

À peine 6 mois comme DG a.i, “PKN” est auteur de plusieurs actions à impact visible. Il a apporté sa touche surtout en terme d’innovation. Il a initié la rédaction des manuels de procédure qui sera bientôt validé. Il a procédé à l’inauguration du bâtiment de l’INPP Matadi, la pose de la première pierre pour la construction d’un centre de contrôle technique, la signature d’un contrat avec la GIZ contrat négocié par lui-même dans le cadre d’un projet sur les mines, la signature d’un contrat avec la JICA et l’entreprise Huawei, la construction du bureau de l’ INPP Kisangani et Bunia, la reforme de certaines structures de l’INPP qui mettent mal à l’aise ses détracteurs.

Dans le souci de rendre plus efficace la gestion de l’INPP, un mouvement du personnel a été effectué pour avoir un bon repère. Il y a eu des affectations au niveau interne. Les formateurs ont été renforcé en capacité. « Les discussions continuent avec la Banque Mondiale dans le cadre du projet « Kin elenda » pour la création d’un centre de formation à Maluku dans les jours à venir », a-t-il fait savoir.

Le DG ai, avec toutes ses réalisations, pense bien faire les choses et n’a nullement peur des mauvaises langues et estime que ces détracteurs habitués à semer le désordre dans cette institution étatique peuvent dire tous qu’ils veulent parce qu’ils ne connaissent ni sa valeur moins encore sa carrière.
« les relations entre L’INPP et ses partenaires sont au beau fixe. Aucun d’eux n’a résilié le contrat par ce qu’il y a eu changement à la tête de l’INPP. Nos relations de coopération ont été affermies depuis mon avènement. Nous continuons à travailler ensemble. Je reconnais que mon prédécesseur avait laissé l’argent pour le fonctionnement de l’INPP et cela n’a jamais été détourné. Les gens veulent juste créer du sensationnel pour distraire », poursuit-il.

« En cette année 2022, nous allons innover dans l’entreprenariat des jeunes en collaborant bien-sûr avec d’autres structures telle que l’ANAPI et L’APEC. L’INPP sera présente et fera parlé de lui en ce qui concerne la formation professionnelle dans tous les domaines. Dans l’unité, nous sommes capable de relever le défi », rassure le DG a.i de l’INPP.

Tous les cadres et agents de l’INPP ont clôturé l’année 2021 par une cérémonie d’échange des vœux au centre de l’INPP à la 11ème rue Limete dans une ambiance de convivialité.

Elda Along/congoprofond.net

À la Une

EPST : La Synergie des Syndicats des enseignants met en garde le SECOPE !

Published

on

La Synergie des Syndicats des enseignants de la République Démocratique du Congo, réunie en Assemblée Générale le samedi 14 mai 2022 à Kinshasa, pour évaluer les promesses du Gouvernement aux enseignants, a lancé une mise en garde à l’endroit du Service de la Paie et du Contrôle des enseignants (SECOPE).

Au cours de la déclaration finale de cette réunion, lue devant la presse, le Secrétaire Général du Synecat, Jean-Bosco Puna, s’est exprimé en ces termes : ” La Synergie met en garde le SECOPE et l’invite à assurer ses prérogatives, conformément à ses missions initiales “.

Par contre, rien n’a été précisé comme grief à l’endroit de ce Service, lors de cette déclaration.

Dans la recherche des informations, la rédaction du CONGOPROFOND.NET est entrée en contact avec des écoles et a constaté que la grande majorité des enseignants mécanisés par le SECOPE, au mois de janvier, n’a pas été payée en avril, comme annoncé par le ministre de l’EPST.

Pour les enseignants affiliés à ces Syndicats, le Gouvernement n’a pas réalisé les promesses faites à Mbuela Lodge à Kisantu, au début du mois de novembre 2021, lors des négociations entre banc syndical des enseignants et le banc gouvernemental.

C’est pourquoi, ajoute Jean-Bosco Puna, : ” Les enseignants demandent au Gouvernement, avant d’envisager la rentrée scolaire prochaine, de suspendre la retraite cavalière, de payer le troisième palier à tous les enseignants de l’EPST et de payer les vrais enseignants N.U “.

Néanmoins, précise-t-il : ” Les enseignants décident de poursuivre les enseignements dans toutes les écoles primaires et secondaires, sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo et attendre la clôture de l’année scolaire 2021-2022, pour des actions bien planifiées à leur profit “.

Rappelons que l’année scolaire en cours a démarré le 04 octobre 2021 sur fonds de grève, au niveau des écoles publiques.

Les enseignants revendiquent l’amélioration de leurs conditions sociales. Les points saillants de ces revendications sont la régularisation de la situation des enseignants dits N.U et le paiement des deuxième et troisième paliers de salaires.

Selon les autorités, 70.023 enseignants Nouvelles Unités viennent d’être payées en avril dernier.

Jules KISEMA KINKATU/CONGOPROFOND.NET

Continue Reading

K-WA Advertising