Connect with us

Actualité

IBM développe la capacité de Watson à comprendre le langage des affaires

Published

on

Ces nouvelles capacités, intégrées à IBM Watson, permettent aux entreprises de commencer à exploiter et analyser les aspects les plus difficiles du langage humain.

IBM (NYSE : IBM), leader de l’intelligence artificielle pour entreprises, annonce plusieurs nouvelles fonctionnalités au sein d’IBM Watson conçues pour aider les organisations à identifier, comprendre et analyser certains des aspects les plus difficiles de la langue anglaise, pour une meilleure compréhension du langage.

Cela représente la première commercialisation des nouvelles technologies du Traitement Automatique du Langage Naturel (TALN) de Project Debater d’IBM Research, le seul système d’IA capable de débattre avec des humains sur des sujets complexes. Parmi celles-ci, une nouvelle fonction d’analyse des sentiments a été définie pour identifier et analyser les différents discours et expressions familières. Par exemple, des expressions telles que « à peine utile » ou « hot under the collar » ont posé quelques défis au système d’IA car elles sont difficiles à repérer par les algorithmes. Ainsi, grâce à l’analyse avancée des sentiments, les entreprises peuvent désormais commencer à analyser ces données linguistiques avec les API Watson. Cette nouvelle technologie permettra une meilleure compréhension des documents commerciaux tels que les PDF et les contrats, afin de les ajouter à ses modèles d’IA.

« Le langage est un outil informatif tout comme il permet d’exprimer une pensée ou une opinion » déclare Rob Thomas, directeur général d’IBM Data and AI. « C’est pourquoi nous intégrons la technologie de Project Debater dans Watson – pour permettre aux entreprises d’identifier, d’analyser et de comprendre davantage le langage humain, grâce au TALN, ce qui transformera la façon dont elles utilisent leur capital intellectuel, aujourd’hui codifié au sein des données ».

Aujourd’hui IBM annonce l’intégration des technologies de Project Debater à Watson, en mettant l’accent sur l’amélioration de la capacité des clients à exploiter le langage naturel :

Analyse – Analyse avancée du sentiment. IBM a amélioré l’analyse des sentiments afin de pouvoir mieux identifier et comprendre les combinaisons de mots compliqués comme les idiomes (phrases et expressions) et les soi-disant « changeurs de sentiments », c’est-à-dire des combinaisons de mots qui, ensemble, prennent un nouveau sens, comme « à peine utile ». Cette technologie sera intégrée dans le logiciel Watson Natural Language Understanding ce mois-ci. De plus, IBM annonce une nouvelle technologie de classification qui permettra à ses clients de créer des modèles d’IA pouvant plus facilement classer les clauses qui figurent dans les documents commerciaux. Basée sur la technologie de classification de Project Debater, cette nouvelle fonctionnalité peut apprendre à effectuer de nouvelles classifications bien plus rapidement, et ce, à partir de quelques centaines d’échantillons seulement. Elle sera ajoutée à Watson Discovery plus tard dans l’année.

Brèves – Récapitulation. Cette technologie tire des données textuelles de diverses sources pour fournir aux utilisateurs un résumé de ce qui est dit et écrit sur un sujet particulier. Une première version de « générateur de résumé »a été utilisée cette année au GRAMMYS pour analyser plus de 18 millions d’articles, de blogs et de bios afin de partager des informations sur des centaines d’artistes et de célébrités du GRAMMY. Les données ont ensuite été intégrées en direct au flux du tapis rouge, aux vidéos et photos à la demande sur www.grammy.com pour donner aux fans plus d’informations sur les principaux sujets de la soirée. Elles seront ajoutées à IBM Watson Natural Language Understanding plus tard dans l’année.

Regroupement – Regroupement avancé de sujets. S’appuyant sur les connaissances acquises dans le cadre du projet Debater, de nouvelles techniques de regroupement de sujets permettront aux utilisateurs de « regrouper » les données entrantes afin de créer des « sujets » d’informations connexes qui pourront ensuite être analysés. Cette technique, qui sera intégrée à Watson Discovery dans le courant de l’année, permettra également aux experts en la matière de personnaliser et d’affiner les sujets afin de refléter le langage utilisé par les entreprises ou des industries spécifiques – comme l’assurance, la santé et l’industrie.

IBM est depuis longtemps le leader du TALN et développe des technologies qui permettent aux systèmes informatiques d’apprendre, d’analyser et de comprendre le langage humain – y compris les sentiments, les dialectes, les intonations et bien plus encore – avec une précision et une rapidité qui ne cessent de croître. IBM commercialise sa technologie de TALN – provenant d’IBM Research – par le biais de fonctionnalités Watson, tels que Watson Discovery pour la recherche en entreprise, Watson Assistant pour les agents virtuels, ou encore Watson Natural Language Understanding pour l’analyse de sentiments avancés.

CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Actualité

Université Simon Kimbangu : La faculté de Médecine réouverte

Published

on

La faculté de médecine de l’Université Simon Kimbangu (USK), fermée en septembre 2021 par décision du Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, Mohindo Nzangi Butondo, vient d’obtenir du Gouvernement de la République, sa réouverture et ce, par suite de la signature d’un nouvel Arrêté ministériel en date du 29 novembre 2022.

C’est le principal message transmis le lundi 05 décembre 2022, par le Recteur de cette grande institution d’enseignement supérieur et universitaire, le professeur Blaise Muya Mayoyi Musangu, au cours d’une conférence de presse organisée au siège de cette université sur l’avenue Bongolo, à Kinshasa-Kalamu.

Hormis les chevaliers de la plume et du micro, plusieurs personnalités, membres du comité de gestion de l’USK, doyens des facultés, professeurs, personnel administratif, technique et ouvrier, ainsi que les membres de la coordination estudiantine, ont pris part à cet échange.

 » C’est un réel et ardent plaisir pour moi, de vous accueillir en ce jour de lundi 5 décembre 2022, jour historique, jour événementiel, jour d’allégresse, plein de prouesses et jour ravissant, dans les enceintes de notre Alma Mater, je cite : Université Simon Kimbangu », déclare le Professeur Recteur Blaise Muya Mayoyi Musangu, dans la partie introductive de son allocution.

Aussi, après avoir remercié sincèrement le Grand Chancelier des Universités kimbanguistes, Papa Simon Kimbangu Kiangani, pour ses initiatives combien louables pour l’émergence adéquate de l’USK de Kinshasa, il a précisé que :  » En effet, depuis le vendredi 02 décembre 2022, le comité de gestion de l’Université Simon Kimbangu, à travers ma modeste personne, a reçu notification de l’Arrêté Ministériel de l’Enseignement Supérieur et Universitaire datée du 29 novembre 2022 portant réouverture de la filière de Médecine au sein de notre Alma Mater « .

Disons à ce propos que c’est à travers sa notification référencée MINESU/SG/160/01/1986/2022 du 02 décembre 2022, adressée à monsieur le Recteur de l’Université Simon Kimbangu, que le Secrétaire Général à l’Enseignement Supérieur et Universitaire, Delly Ndibu Kapuku, a transmis cette information en ces termes :  » J’ai l’honneur de vous informer que, conformément à l’Arrêté Ministériel N°534/MINESU/CAB.MIN/MNB/MM/2022 du 29 novembre 2022 de Son Excellence Monsieur le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, la filière de Médecine est ouverte à l’Université Simon Kimbangu de Kinshasa « USK » en sigle ».

A en croire le professeur Recteur de l’USK, la fermeture de cette filière n’était pas liée au problème de la qualité de l’enseignement, mais plutôt à un dysfonctionnement en son sein.

 » Un certain nombre de reproches avait motivé la décision du ministre de l’ESU dont le dysfonctionnement dans l’administration de la filière Médecine « , a-t-il souligné.

Aussi, a-t-il poursuivi : « Sans se lasser, le comité de gestion a déployé l’inlassables efforts dans l’amélioration de la qualité des enseignements au sein de notre Alma Mater. Particulièrement la normalisation du fonctionnement de sa filière de Médecine ».

Soulignons que dans le cadre de cette normalisation, un réaménagement a été opéré à la tête de cette filière parç le comité de gestion, avec la nomination d’un nouveau Doyen, professeur de son état, assisté par deux vice-doyens chargés respectivement de l’Enseignement et de la Recherche, qui sont également des professeurs médecins. L’un d’eux est ophtalmologue.

Un autre élément qui s’ajoute à cette normalisation, est la convention-cadre de collaboration entre l’USK et l’hôpital kimbanguiste de Kinshasa-Kimbanseke.

Au terme de cette convention, désormais cette grande formation médicale servira de clinique universitaire pour l’encadrement, la pratique et le suivi des étudiants et stagiaires de la faculté de médecine de l’USK.

Cependant, le professeur Recteur a attiré l’attention de ses collaborateurs, notamment le Secrétaire Général Académique, le professeur Mana Mbumba, pour ne pas se laisser emporter par le triomphalisme, plutôt que d’être très regardant dans l’avenir.

 » Il convient de vous rappeler que, les reproches formulés par l’autorité de tutelle, les argumentaires ou les motivations de sa décision de fermeture n’étaient pas du tout égarés. Considérant fondées les remarques pertinentes et qu’en ce jour, nous festoyons, tenez bon, nous devons être très regardants dans tout ce que nous faisons sur le plan administratif et scientifique pour éviter une autre morsure « , a dit le Recteur.

C’est ici le lieu, pour la rédaction de CONGOPROFOND.NET d’indiquer que l’article 3 de l’Arrêté portant réouverture stipule que :  » Lorsque les conditions requises pour l’organisation de la filière susvisée ne sont plus réunies par l’Etablissement, l’Autorité de Tutelle peut encore lui retirer l’autorisation ».

Soulignons que cette nouvelle de la réouverture de la filière de Médecine a été accueillie avec grande joie par toute la communauté estudiantine de l’Université Simon Kimbangu (USK).

Pour rappel, le 18 septembre 2021, le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, Mohindo Nzangi Butondo, à l’issue des travaux des états généraux de l’Enseignement Supérieur et Universitaire tenus à Lubumbashi, avait décidé de fermer plusieurs facultés de Médecine qui ne remplissaient pas les conditions requises, dont celle de l’Université Simon Kimbangu de Kinshasa.

Néanmoins, à l’issue d’un contrôle rigoureux effectué en novembre dernier par les équipes du Ministère de l’ESU à l’USK, il a été conclu que cette dernière se conforme aux instructions du Ministère de l’ESU et de l’Ordre des Médecins.

En dehors de la réouverture de la filière de Médecine, le Recteur a aussi annoncé l’ouverture, dès l’année académique 2022-2023, de la Faculté de Santé publique, qui s’ajoute à celles déjà opérationnelles, notamment : les facultés de Droit, Sciences économiques et des Gestions, Sciences agronomiques, Environnement et Développement durable, Sciences informatiques, Sciences Sociales, Administratives et Politiques et la faculté de Théologie.

Jules KISEMA KINKATU/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising