mbet

Connect with us

À la Une

Henri Thomas Lokondo défie le PALU et maintient sa candidature

Published

on

Dans une lettre parvenue à Congoprofond ce jeudi 18 avril 2019, le regroupement politique Palu et Alliés demande au Bureau provisoire de l’Assemblée nationale de rejeter, pour conflit d’intérêt, la candidature de Henri Thomas Lokondo à la présidence du Bureau définitif.

Lugi Gizenga, signataire de cette correspondance, justifie sa position en vertu de l’article 15 de la loi n°06/006 du 09 mars 2006 portant organisation des élections présidentielle, législatives nationales, provinciales, urbaines, municipales et locales telles que modifiée à ce jour.

En effet, Lugi Gizenga rappelle au président du Bureau provisoire de l’Assemblée nationale que le regroupement politique Palu et Alliés a signé, en date du 05 avril 2019, la déclaration de son appartenance à la majorité parlementaire de la coalition FCC-CACH qui a aligné la candidature, à l’élection des membres du Bureau définitif de l’Assemblée nationale, de Jeanine Mabunda Lioko au poste de président de ladite assemblée.
Dans la même correspondance, ce regroupement politique Palu et Alliés dit soutenir “sans réserve”, la candidature de Jeanine Mabunda Lioko.
Du berger à la bergère, Henri Thomas Lokondo répond à sa hiérarchie.

Henri Thomas Lokondo défie le PALU

Dans une correspondance adressée à Lugi Gizenga, il fait les mises au point suivants:
“Je ne comprends pas que vous puissiez être consterné alors que j’avais annoncé ma candidature au poste du président de l’Assemblée nationale comme indépendant lors de la dernière réunion du conseil national du Regroupement politique Palu et Alliés présidé par vous-même et ce, devant tous les députés élus du Regroupement et de quelques membres du Comité exécutif. Et cette déclaration était actée,” a-t-il déclaré.
“Je t’informe que les élections des membres du bureau de l’Assemblée nationale sont des élections internes et ne sont exclusivement gérées que par le Règlement intérieur de notre Chambre jugé conforme à la Constitution et non par la loi électorale. Ce ne sont pas des élections législatives, sénatoriales ou des gouverneurs des provinces… Il faut par ailleurs retenir que chaque élection a ses règles. Celles du bureau de la Chambre basse du parlement sont organisées par sa loi interne qu’est le Règlement intérieur qui a le statut d’une loi organique et qui est d’ailleurs distinct de celui du sénat,” argumente-t-il.
Puis il ajoute:
“Peut-être que vous avez oublié, le Regroupement politique Palu et Alliés n’a jamais signé l’Acte constitutif d’adhésion au FCC comme vous le témoignez d’ailleurs au troisième paragraphe de votre lettre en affirmant que le Regroupement a signé le 5 avril seulement une déclaration appartenant à la Majorité parlementaire de la Coalition FCC-CACH.”

Il rappelle en outre que la Majorité parlementaire qui est une association politique n’a pas de personnalité juridique.

“Et même l’article 15 de la loi électorale que vous évoquez ne parle pas de la Majorité parlementaire participant à une élection quelconque. Il parle justement d’un parti politique, d’un regroupement politique ou d’un indépendant,” affirme-t-il.

Il conclu qu’il n’y a aucun conflit d’intérêt d’où il maintient sa candidature.
” Dès lors , à quel niveau se trouve où se situe le conflit d’intérêts ?
Entre qui et qui ? Cette notion de droit commercial me semble avoir été mal usité concernant le cas d’un député national qui a le pouvoir absolu de se présenter comme candidat indépendant à un poste au niveau du bureau de l’Assemblée nationale, sans conséquences fâcheuses imaginables,” conclut-il.

C’est le mardi 23 avril 2019 que l’opinion nationale et internationale connaîtra le successeur de Aubin Minaku.

Pour ce faire, Henri Thomas Lokondo, candidat indépendant, sera face à Jeannine Mabunda, candidate du Front commun pour le Congo.

TMB/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

RDC : Le paradoxe Katumbi sur la guerre du M23 !

Published

on

Réagissant sur les affrontements actuels entre les FARDC et les rebelles du M23, le Président du parti Ensemble pour la République, Moïse Katumbi écrit ceci sur son compte twitter:

“Jamais la guerre n’apporte de solution. Face à la nouvelle épreuve que nous traversons, soyons tous unis. Tout mon soutien va aux #FARDC qui se battent avec courage face aux #M23 ! Le sort des milliers de nos compatriotes en détresse doit être notre toute première préoccupation.”

Un tweet qui a suscité plusieurs réactions en défaveur du candidat à l’élection Présidentielle de 2023.

Plusieurs internautes ont indiqué les incohérences contenues dans ce tweet:

D’un coté, l’ancien Gouverneur du Katanga déplore le fait que la guerre n’apporte pas des solutions. De l’autre, il encourage les FARDC à continuer la guerre contre les M23.

Si la guerre n’apporte pas la solution, Pourquoi continuez à se battre alors?

Et dire que Moïse Katumbi ne cite pas nommément le Rwanda comme soutien aux M23 n’arrange pas les choses pour celui qui vient de se réconcilier avec Joseph Kabila, son ancien ennemi.

Il est aussi un fait que Moïse Katumbi n’a jamais encouragé les consultations de Nairobi qui avaient pour but de rechercher la paix avec les groupes armés opérant à l’Est de notre pays.

À l’heure où tous les Congolais devraient parler d’une même voix pour soutenir ce énième combat contre le Rwanda et ses suppôts, les propos de Moïse Katumbi sonnent comme un aveu d’échec et de découragement…

Ce tweet aurait pu être évité !

Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising

K-WA Advertising