Connect with us

À la Une

Henri Thomas Lokondo défie le PALU et maintient sa candidature

Published

on

Dans une lettre parvenue à Congoprofond ce jeudi 18 avril 2019, le regroupement politique Palu et Alliés demande au Bureau provisoire de l’Assemblée nationale de rejeter, pour conflit d’intérêt, la candidature de Henri Thomas Lokondo à la présidence du Bureau définitif.

Lugi Gizenga, signataire de cette correspondance, justifie sa position en vertu de l’article 15 de la loi n°06/006 du 09 mars 2006 portant organisation des élections présidentielle, législatives nationales, provinciales, urbaines, municipales et locales telles que modifiée à ce jour.

En effet, Lugi Gizenga rappelle au président du Bureau provisoire de l’Assemblée nationale que le regroupement politique Palu et Alliés a signé, en date du 05 avril 2019, la déclaration de son appartenance à la majorité parlementaire de la coalition FCC-CACH qui a aligné la candidature, à l’élection des membres du Bureau définitif de l’Assemblée nationale, de Jeanine Mabunda Lioko au poste de président de ladite assemblée.
Dans la même correspondance, ce regroupement politique Palu et Alliés dit soutenir “sans réserve”, la candidature de Jeanine Mabunda Lioko.
Du berger à la bergère, Henri Thomas Lokondo répond à sa hiérarchie.

Henri Thomas Lokondo défie le PALU

Dans une correspondance adressée à Lugi Gizenga, il fait les mises au point suivants:
“Je ne comprends pas que vous puissiez être consterné alors que j’avais annoncé ma candidature au poste du président de l’Assemblée nationale comme indépendant lors de la dernière réunion du conseil national du Regroupement politique Palu et Alliés présidé par vous-même et ce, devant tous les députés élus du Regroupement et de quelques membres du Comité exécutif. Et cette déclaration était actée,” a-t-il déclaré.
“Je t’informe que les élections des membres du bureau de l’Assemblée nationale sont des élections internes et ne sont exclusivement gérées que par le Règlement intérieur de notre Chambre jugé conforme à la Constitution et non par la loi électorale. Ce ne sont pas des élections législatives, sénatoriales ou des gouverneurs des provinces… Il faut par ailleurs retenir que chaque élection a ses règles. Celles du bureau de la Chambre basse du parlement sont organisées par sa loi interne qu’est le Règlement intérieur qui a le statut d’une loi organique et qui est d’ailleurs distinct de celui du sénat,” argumente-t-il.
Puis il ajoute:
“Peut-être que vous avez oublié, le Regroupement politique Palu et Alliés n’a jamais signé l’Acte constitutif d’adhésion au FCC comme vous le témoignez d’ailleurs au troisième paragraphe de votre lettre en affirmant que le Regroupement a signé le 5 avril seulement une déclaration appartenant à la Majorité parlementaire de la Coalition FCC-CACH.”

Il rappelle en outre que la Majorité parlementaire qui est une association politique n’a pas de personnalité juridique.

“Et même l’article 15 de la loi électorale que vous évoquez ne parle pas de la Majorité parlementaire participant à une élection quelconque. Il parle justement d’un parti politique, d’un regroupement politique ou d’un indépendant,” affirme-t-il.

Il conclu qu’il n’y a aucun conflit d’intérêt d’où il maintient sa candidature.
” Dès lors , à quel niveau se trouve où se situe le conflit d’intérêts ?
Entre qui et qui ? Cette notion de droit commercial me semble avoir été mal usité concernant le cas d’un député national qui a le pouvoir absolu de se présenter comme candidat indépendant à un poste au niveau du bureau de l’Assemblée nationale, sans conséquences fâcheuses imaginables,” conclut-il.

C’est le mardi 23 avril 2019 que l’opinion nationale et internationale connaîtra le successeur de Aubin Minaku.

Pour ce faire, Henri Thomas Lokondo, candidat indépendant, sera face à Jeannine Mabunda, candidate du Front commun pour le Congo.

TMB/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Kaniama Kasese : 200 volontaires de Kasumbalesa en route pour le Centre de formation “Félix Tshisekedi”

Published

on

Après ceux de Kinshasa, Mbuji-Mayi et Lubumbashi, c’est au tour de quelques jeunes de Kasumbalesa de se voir doter de la tenue bleue et jaune, symbole du Service National, fièrement portée par les “Bâtisseurs” de la République. Parmi ces jeunes, 60 % sont des volontaires désireux de servir la nation à travers cette structure étatique. Ils seront soumis à une formation paramilitaire, laquelle sera suivie d’un apprentissage des métiers au sein du Centre de formation “Félix Tshisekedi” à Kaniama Kasese.

C’est dans une ambiance des chants, des cantiques de remerciements aux autorités que chacun de ces jeunes volontaires a reçu des tenues bleues et jaunes, symbole du service national, et ont embarqué pour Kaniama Kasese en vue d’un séjour qui vise une transformation civique.

Ces volontaires viennent donc tordre le coup aux rumeurs qui laissaient croire que leurs prédécesseurs, récemment transférés à Kaniama Kasese, ont été victimes de l’arbitraire et seraient sous le coup de la torture.

Éduqués aux métiers, ces jeunes seront envoyés à travers le pays afin de contribuer au développement de la nation en cultivant, en construisant des écoles et des hôpitaux après leur temps de rééducation et de formation à Kaniama Kasese.

De son côté, le général major Jean-Pierre Kasongo Kabwik, commandant du Service National, rassure que tout est fait selon les instructions du Président de la République, c’est-à-dire celles relatives au respect des droits de l’homme.

Ces nouveaux pensionnaires du centre de formation et d’encadrement Félix Antoine Tshisekedi rejoignent une autre vague de Lubumbashi pour Kaniama Kasese. À leur arrivée, ces nouveaux locataires du Centre d’Instruction et de Formation Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo seront soumis à des formations élémentaires sur le civisme, la maçonnerie, l’électricité, la mécanique automobile. Ces formations seront sanctionnées par des brevets.

Il sied de rappeler que ces nouveaux pensionnaires venus du Haut-Katanga et de Kasumbalesa rejoignent les groupes qui sont déjà arrivés de Kinshasa et du Kasaï oriental. L’objectif de cette fusion est de consolider l’unité et la cohésion nationale, mission capitale du Service National, qui est directement liée à la présidence de la République.

Monica Bubanji/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte