Connect with us

À la Une

HAUT-UELE : la jeune province se meurt déjà, Nangaa a la tête ailleurs !

Published

on

Depuis que Christophe Nangaa Baseane trône à la tête de la jeune province du Haut-Uélé, le constat du dysfonctionnement de cette entité provinciale est criant. Le nouveau leadership tarde à faire décoller la province sur le plan du développement. Et pourtant, hormis les autres taxes provinciales, la province bénéfice d’une rétrocession de 1.008.000 dollars de la part de Kibali Gold Mine chaque mois.

Isiro, le chef–lieu de la province est déjà enclavé. Les éléments présentés comme réalisation de sa mandature sont cousus des mensonges éhontés, selon une bonne frange de l’option. Et pour cause !

Le gouverneur prétend avoir construit 680 kilomètres de route mais en réalité il n’y a que quelques tronçons qui sont aménagés. La route nationale RN 26 qui est celle qui relie ISIRO-MUNGBERE-WATSA était la plus fréquentable, mais en ce jour, cette RN 26 est devenue un calvaire pour ses usagers. Entre le tronçon WANGA-GOMBARI, le village KAGBARA est la référence d’un lieu de supplice pour les usagers de cette route au-delà des autres bourbiers en grave gestation entre APODO-DIFORO, KASIBU-TROIS PONTS-PENGE-32 KMS d’Isiro.

De part et d’autre de ce lieu (ici KAGBARA), il y a une montagne de roche idéale pour y exploiter de moellons et granulats à la construction de la route ; dommage que cette richesse naturelle n’est pas exploitée même pas touristiquement.

Ce village KAGBARA est constitué d’un terrain d’une humidité permanente. L’eau qui jaillit de la roche vient créer une nappe phréatique le long de la route et traverse cette dernière. Ce tronçon a été effectivement aménagé mais pendant la saison sèche, période pendant laquelle il ne pleut pratiquement pas, ce qui n’est pas nécessairement mauvais. Mais pour mieux faire, il est impérieux de mettre la couche qu’il faut sur le sol de sorte qu’à l’arrivée de la saison de pluie cette route résiste aux aléas climatiques.

Les usagers de cette route sont très nombreux : il y a des poids lourds, des bus, des camionnettes, des motos et de vélos pour ne pas négliger les piétons. L’avènement de la saison de pluie a remis en cause les travaux effectués surtout qu’il semble qu’il a été effectué avec un amateurisme sans pareil. Le ORC, (Oriental road construction) qui est chargé de ces travaux y a plutôt déversé de l’argile en lieu et place d’une couche d’enrochement et limonites compactés en y mettant d’abord des buses ensuite charger le sol jusqu’à un certain niveau, comme on avait fait l’autrefois à INGI ; de telle sorte que quand l’eau soit de la pluie et soit celle jaillissant du rocher traverse facilement de l’autre côté de la route et épargne les habitants alentours d’une éventuelle inondation plus tard. Comme cela n’a pas été fait, l’eau qui vient de tout part stagne et le passage de plusieurs véhicules fait resurgir des couches importantes de boues dues au mélange de l’eau stagnante et l’argile. Du coup la route est devenue impraticable… récemment, on pourrait compter plus de soixante-dix véhicules stationnés de part et d’autre de l’endroit sinistré.

Or ce tronçon déjà sinistré qu’on comptait parmi les aménagés, il y a la route qui va à IBAMBI, village natal du gouverneur, un tronçon moins important dans le désenclavement de la province mais qui est devenu une route prioritaire aux allures d’un boulevard.

Les autres tronçons sur lesquels se concentre le gouvernement provincial sont :
la route qui mène vers BOLEBOLE où il y a une grande carrière d’extraction d’or.
le tronçon DIKINDI (carrière d’extraction artisanale d’or) qui se situe entre NAVA-PAWA.
Et pourtant ce sont des tronçons non essentiels pour le développement économique de la province aux négligences du tronçon NAVA-33 Km-WAMBA-NIANIA.

De six territoires que compte la jeune province du Haut-Uéle ces routes suivantes ne sont pas aménagées :
-Territoire de WAMBA, le tronçon Wamba-Lingondo-Betongwe-Mungbere, zéro kilomètre aménagé et pourtant ce tronçon desserte à l’huile de palme le territoire de Watsa.
-Territoire de WATSA, tronçon Dubele-Kokoro-Mayitulu-Arombi-Ngeve-Baku, zéro kilomètre aménagé. Tronçon vers Giro, non aménagé.
-Territoire de FARADJE, le tronçon Kitambala-Aba, non aménagé. Tronçon Faradje-Dungu, non aménagé.
-Territoire de DUNGU, tronçon Dungu-Duru-Bitima-Nambia jusqu’à la frontière avec le Soudan du sud, non aménagé. Tronçon Dungu-Ngilima-Bangadi-Doruma, non aménagé. Tronçon Dungu-Ndedu-Tora zéro kilomètre aménagé.
-Territoire de NIANGARA, tronçon Dungu-Babagu-Ganga, non aménagé. Tronçon Dungu-rond-point 21-Niangara, zéro kilomètre aménagé. Tronçon Niangara-Tapili-Ndingba, zéro kilomètre aménagé.
Territoire de RUNGU, tronçon Neisu-Engbunda-Nangosira zéro kilomètre aménagé. Route Medje, zéro kilomètre aménagé.

Somme toute, les tronçons qui sont aménagés, qui ne représentent même pas le 10 pourcents (10%) de la route que constitue la province sont faits pour des intérêts d’extraction artisanale de l’or. Parmi les machines achetées pour l’aménagement des routes, on trouve plus des excavateurs (machine appropriée pour l’orpaillage) en lieu et place des compacteurs et des niveleuses. L’intérêt des gestionnaires de la province est plus mercantiliste que développemental.

A plus !

Paku Ngana( C.P)