Connect with us

À la Une

Haut-Uélé : Christophe Baseane Nangaa vomi à Isiro, Peter Kazadi interpellé !

Published

on

L’arrivée à Isiro du vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur, sécurité, décentralisation et affaires coutumières, Peter Kazadi le lundi 31 juillet vient de rallumer le feu dans la riche province du Haut-Uélé. Désavoué et contesté par une bonne frange de la population, le gouverneur Christophe Baseane Nan est sur le banc des accusés autour d’un détournement des fonds dénoncé à l’issue d’une mission de l’IGF dans cette province.

Photo Droits tiers#Baseane Nangaa, le gouverneur du Haut-Uele vomi par la population.

Les présomptions de détournement de deniers publics pèsent toujours sur le gouverneur du Haut-Uele, Christophe Baseane Nangaa. Lundi, le vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur a été appelé à démettre le gouverneur pour mégestion caractérisée à la tête de la province. Ce soulèvement populaire intervient à la suite du rapport d’enquête menée par l’Inspection générale des finances (IGF) et dont les conclusions furent rendues publiques en avril dernier. L’exécutif du Haut-Uélé vivrait ainsi ses derniers jours de règne si l’on en croit les messages lancés au VPM Peter Kazadi.

Non à l’impunité, oui à l’état de droit

Étudiants, fonctionnaires, hommes d’affaires et quelques professionnels de santé étaient visibles le long de la route pour accueillir de manière particulière le patron de la territoriale congolaise. Peter Kazadi a vu et lu le climat dans lequel cette province est dirigée. Tout y semble à l’arrêt. Ainsi pouvait-on lire sur des banderoles : “Le gouverneur Nangaa doit justifier les 61 millions de dollars non tracés par l’Igf”. Une manière d’indexer nommément le patron de l’exécutif provincial dans une grave magouille à la tête de la province. “La population du Haut-Uélé soutient la lutte contre les détournements des deniers publics initiée par le chef de l’État”, lançait une autre affiche à l’attention du VPM. Plus loin, un groupe de jeunes scandait des chants hostiles au gouverneur: “Toboyi moyibi” – refusons le détourneur ou encore “Nous, étudiants, soutenons Fatshi”. Des messages qui condamnent les actes de prédation des deniers publics dans la province. C’est depuis le 26 avril 2023 que l’Inspection générale des finances (IGF) avait publié les conclusions de son rapport sur la gestion de la province du Haut-Uele.

Dans sa lettre, Jules Alingete Key, inspecteur général et chef de service de l’IGF a fait part au gouverneur Baseane Nangaa, des graves détournements de deniers de l’Etat qui pèsent sur sa tête entre autres la pré-affectation des recettes de péage à la source et leur détournement à des fins privées ; le prélèvement anticipé des recettes fiscales aux exercices 2023, 2024 et 2025 auprès de Kigali Gold et leur utilisation sans pièces justificatives retracées à la comptabilité de la province pour un montant de deux millions sept cents cinquante mille dollars américains (2. 750.000 USD); le recours prohibé aux prêts bancaires, du reste non retracés dans la comptabilité de la province pour un montant de 6.407.233, 19 USD ; la présomption de détournement des fonds de rétrocession du pouvoir central au profit de la province pour un montant de 2.165.812.199 de francs congolais ; la présomption de détournement des recettes de péage aux points Legu, Ngbongboti, Obongoni, Bafuabaka et Boh dont 2 880 000 000 des francs congolais et 14 457 941 764 des francs congolais ; des sorties des fonds à la banque sans pièces justificatives évaluées à 4 805 155 28 des francs congolais entre 2022-2023 ; le défaut de paiement des agents et cadres de la province ainsi que des anciens ministres provinciaux et des irrégularités aggravées dans la passation des marchés publics évaluées à 35 409 003 USD.

Aucune route construite

André Lite Asebea, ancien ministre des Droits humains et élu de la province, met au défi quiconque ferait la moindre démonstration d’une seule preuve de bonne gestion de la part de Christophe Baseane. “Il n’y a même pas un demi centimètre de route asphaltée par le monsieur qui se dit gouverneur”, avait-il dénoncé dans une émission en plateau avec Jean-Pierre Kayembe du magazine “Non à la balkanisation”. La route entre Isiro, capitale du Haut-Uélé et Kisangani, capitale de la Tshopo existe depuis l’époque coloniale. C’est justement avec l’arrivée de Baseane Nangaa à la tête de cette province que cette route n’est plus praticable parce qu’il ne veut pas la réhabiliter, affirme l’ancien ministre. “Car sous Lola Kisanga alors gouverneur, avant les élections de 2018, j’y suis allé en voiture. Aujourd’hui, vous ne pouvez plus”, avait-il expliqué. Christophe Baseane serait plutôt orienté vers des affaires personnelles. Pour tenter de dissimuler ses insuffisances, à chaque fois qu’il y a des responsables politiques, dirigeants d’influence et personnalités de référence qui descendent sur le terrain, il ne les amène qu’à sa résidence, un bâtiment laissé par les Belges qui servait au commissaire de district de l’époque et dont il a badigeonné les mûrs avec un petit coup de peinture. Au regard des moyens générés par les taxes et droits dus à la province, notamment dans le cadre de l’exploitation minière, André Lite y voit une très mauvaise foi de la part du gouverneur. “Tenez, rien que la société Kibali Gold Mining, depuis qu’il est là, étant donné qu’aujourd’hui avec la croissance nationale favorisée par le code minier, les finances publiques grimpent, Kibali paie directement au compte indiqué. À un moment donné, Kibali a mis toutes les preuves sur la place publique déjà à l’époque autour de 41 millions de dollars”, dénonce l’ancien ministre.

Ouragan.cd


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Coup d’État manqué ou tentative d’assassinat : Didier Kamerhe attend fermement le rapport officiel de la haute hiérarchie du pays

Published

on

Menée par Christian Malanga, un ancien membre des FARDC, la milice “New Zaïre” a orchestré, les petites heures du dimanche 19 mai 2024, une attaque meurtrière à la résidence de Vital Kamerhe, candidat au perchoir de l’Assemblée Nationale et une descente au Palais de la Nation, siège et bureau du président de la République.

La question sur la vraie cible de cette attaque se pose tant dans la population congolaise que dans la sphère politique et divise deux membres du Gouvernement Sama Lukonde II.

Selon le signataire d’un communiqué officiel publié quelques heures après cet acte, Patrick Muyaya, ministre de la Communication et des Médias, porte parole de l’exécutif national, confie que seuls le Palais de la nation, siège du bureau du Président de la République, et la résidence de Vital Kamerhe, en premier, ont été attaqués.

Cette version va se marier à celle du porte-parole des FARDC affirmant avoir déjoué un coup d’État et de l’épouse de Vital Kamerhe, Hamida Chatur, qui sur son compte X a témoigné “une attaque meurtrière qui a principalement ciblé son mari“.

Se confiant aux propos des assaillants, des nouveaux éléments d’apparence non relayés par le communiqué du Gouvernement et la presse congolaise, seront dévoilés le même jour par Jean-Pierre Bemba via le compte X de la Vice-primature, ministère de la Défense Nationale et des Anciens Combattants.

Les résidences de la première ministre Suminwa Judith , du VPM de la défense, Jean-Pierre Bemba et de l’honorable Vital Kamerhe, avant l’étape du palais de la nation, étaient les principales cibles, selon les témoignages des assaillants“, lit-on.

14 heures après cet incident, Didier Kamerhe, frère de Vital Kamerhe, appelle la communauté congolaise à rester factuelle en attendant les résultats des enquêtes officielles en cours et soulèvent les quatre points suivants :

1. Le point de départ de ce qu’on présente officiellement comme tentative de renversement de pouvoir à Kinshasa est la résidence d’un simple député mais, il faudrait le préciser, candidat au poste du président de l’assemblée;

2. L’une des gardes du député sort de la parcelle en pleine nuit, soi-disant parce qu’il aurait vu des drones circuler dans le ciel et, comme par hasard, les assaillants profitent de son ouverture du portail pour le braquer, entrer dans la parcelle et le ligoter, pendant que d’autres engagent un échange des feux avec les autres gardes dont 2 seront tués avec un des assaillants;

3. Vue la résistance des gardes restés à l’intérieur de la parcelle du député en question, les assaillants vont se retirer pour prendre d’assaut le palais de la nation sans une résistance sérieuse sur les différentes barrières de sécurité de ce site hautement sécurisé du pays;

4. C’est après la tentative (d’assassinat) manquée à la résidence du député et prise d’assaut très facile du Palais de la nation que, seul, le commandant des assaillants sera abattu.

Optimiste, il soutient cette célèbre phrase “les faits sont sacrés mais les commentaires libres”, pour n’attendre que le rapport Officiel de la haute hiérarchie qui pourra démontrer les commanditaires de cette tentative de déstabilisation des institutions, des officiels et de Kinshasa.

Exaucé Kaya/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte