Connect with us

Politique

Haut Katanga/Élection du Gouverneur et du vice-gouverneur : Le choix de Jacques Kyabula fait face à une résistance populaire sur le terrain

Published

on

La tension est palpable dans la province du Haut Katanga suite au choix de Jacques Kyabula pour un second mandat en tant que Gouverneur de la province, décision prise par l’UDPS/Tshisekedi et ses alliés lors d’une réunion tenue ce vendredi 1er mars 2024, avec Martin Kazembe comme colistier, sous la direction d’Augustin Kabuya, Secrétaire général de l’UDPS/Tshisekedi et député national.

Ce samedi 2 mars 2024, la ville de Lubumbashi a été le théâtre de manifestations de protestation contre le choix de Kyabula. Les manifestants, identifiés comme des combattants de l’UDPS, ont brûlé des pneus devant le siège de l’UDPS sur l’avenue N’Djamena, ainsi qu’en face du gouvernorat de la province sur l’avenue Kasavubu.

Nous, membres de l’UDPS, disons non, non, non à la candidature de Kyabula au nom de l’UDPS. Ce choix ne passera pas car Jacques Kyabula représente un danger pour notre parti. L’UDPS/Tshisekedi compte parmi ses rangs des femmes et des hommes de valeur capables de gérer la province. Notre lutte de 37 ans ne doit pas être entachée par cette honte à la tête de la province. Nous demandons au Secrétaire général de revoir sa décision dès que possible“, déclare un combattant de l’UDPS sous couvert d’anonymat.

Entre-temps, au sein de l’Union sacrée également, Kyabula ne fait pas l’unanimité. Plusieurs personnes critiquent vivement sa nomination, estimant qu’il n’est pas le candidat de l’Union sacrée mais de l’UDPS. “Nous avons appris, comme les autres, la désignation de Jacques Kyabula, mais nous tenons à souligner qu’il est le choix de l’UDPS et non de l’Union sacrée. Nous avons besoin d’un nouveau souffle à la tête de la province du Haut Katanga, une personne incarnant les vraies valeurs”, souligne un cadre de l’Union sacrée du Haut Katanga.

Il convient de noter que le choix de Kyabula divise l’UDPS/Tshisekedi. Pour certains, il mérite un second mandat compte tenu de ses réalisations, tandis que pour d’autres, le poste de gouverneur doit revenir à l’UDPS/Tshisekedi, qui compte également des personnalités compétentes.

Nous signalons que parmi les candidats qui convoitent le poste de gouverneur de la province du Haut Katanga figurent : Jacques Kyabula, candidat à sa propre succession, Jean Claude Kamfwa, actuel vice-gouverneur, Mireille Kileshe, bourgmestre de la commune annexe, Martin Kazembe, actuel maire de la ville de Lubumbashi, Patrik Kafwimbi, Lucien Lumano, etc.

Joseph Malaba/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Politique

Lucain Kasongo : « Aucun membre du bureau de l’Assemblée nationale n’a moins de 50 000 USD le mois »

Published

on

« Aucun membre du bureau de l’Assemblée nationale n’a moins de 50 000 USD le mois. A cela s’ajoutent les avantages comme logement, transport, communication, carburant, … », a indiqué lundi 20 mai le président honoraire de la commission politique, administrative et judiciaire (PAJ) de l’Assemblée nationale, Lucain Kasongo.

Il l’a dit dans un entretien accordé à Radio Okapi.

Ce sont ces avantages qui poussent la plupart des députés à s’accrocher aux postes au sein du bureau au point de bloquer le bon fonctionnement de tout un pays, estime-t-il.

Pour le coordinateur du Centre de recherche en finances publiques et développement local (CREFDL), Valérie Madianga, l’engagement des élus nationaux d’appartenir à ce bureau est motivé par leur propre intérêt plutôt que par le bien de la nation.

« C’est l’argent qui attise des convoitises des acteurs politiques. Si vous calculez les 20 millions USD qu’on donne aux cabinets et les 100 millions autres qu’on donne au bureau, ça vous fait une marmite de 120 millions USD au moins par an, manipulés par le bureau de l’Assemblée nationale. C’est une véritable affaire », a-t-il expliqué.

Les députés nationaux attendent encore le nouveau calendrier pour élire les membres du bureau définitif. C’est devant les membres de ce bureau que le Gouvernement sera investi.

A l’Assemblée nationale, près de cinq mois après l’ouverture de la session inaugurale de cette nouvelle législature, l’élection et l’installation du bureau définitif se fait attendre.

Après plusieurs tractations pour dégager la liste consensuelle de l’Union sacrée de la nation, le présidium a renseigné que la nouvelle liste attend validation du Président de la République.

L’ancienne liste étant contestée par des députés qui dénonçaient le clientélisme et le népotisme dans le choix du présidium. Quelques proches et membres de famille de certains membres du présidium de l’Union sacrée de la nation étant proposés à ces postes.

Radiookapi.net


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte