Connect with us

Actualité

“Guerre” autour des effigies déchirées : ” FCC/CACH, vous gaspillez inutilement le temps du peuple !”( Par Richie LONTULUNGU, Directeur Exécutif de la Haute Académie de la Société civile)

Published

on

Il est surprenant de constater qu’en République Démocratique du Congo”RDC”, deux états majors politiques majeurs se disputent la responsabilité des effigies déchirées de leurs leaders.
Je reste convaincu que pour l’intérêt de notre nation, nous avons l’obligation de dédramatiser certaines situations. J’invite donc les deux camps, à savoir FCC et CACH, à demeurer enclins à une vision technocratique de choses.

Si nous passons notre temps à nous chamailler pour des effigies déchirées, nous gaspillerons inutilement le temps du peuple, au moment où le pays a des problèmes sur tous les plans.

J’ai bien peur que l’on continue à donner de l’importance à des accessoires plutôt qu’aux vrais problèmes. Cela signifierait un aveu d’échec pour les deux camps. Laissons à chacun sa part de travail et que la police aussi fasse le sien en maintenant l’ordre public. Elle est payée pour ça.

A travers le monde, les effigies de grandes personnalités sont brûlées quasi quotidiennement (c’est un comportement que je n’encourage pas non plus), mais jamais elles font de cela un enjeu de vie ou de mort.

En ce moment, l’armée congolaise donne un assaut final aux rebelles à l’Est du pays et cela ne vous intéresse pas.
Personne ne veut mobiliser ses militants pour cotiser afin de fournir une rente de survie aux militaires.

Les états majors politiques pourraient éduquer leurs masses en affichant une certaine maturité dans leurs prises de position. Ces masses ne doivent pas verser dans du sensationnel. Il y a des situations que la sagesse politique peut contenir à elle seule. Si les états majors politiques banalisent certains actes, leurs militants comprendront qu’il faut de la modération dans certaines situations.

La réaction spontanée des militants des deux camps pourrait cacher l’iceberg ou alors une grande forêt. Elle traduirait aussi le mécontentement de la population qui croit vivre dans une contradiction politique et sociale. Tous les Congolais connaissent cet état d’esprit en ce moment car ils ont l’impression que les conditions de vie durcissent davantage et qu’elles continuent à se délabrer. Un tel ressentiment peut faussement amener certaines personnes à croire que la bonne vie est confisquée entre les mains d’un seul homme et qu’il faut le rechercher partout, même dans les effigies. C’est dans des circonstances pareilles que les populistes manipulent le moral de tout un peuple.

Le durcissement des conditions de vie est plutôt dû à un certain nombre des décisions pragmatiques et courageuses que nous avons prises juste à temps telles que la gratuité de l’enseignement de base, des travaux relatifs aux cent jours du nouveau Président et à l’assaut final contre les rebelles à l’Est (une guerre en miniature) et bien d’autres qui sont rentrées dans les priorités et cela de manière ponctuelle. La population ressent en ce moment les effets de la politique d’austérité qui s’en est suivie pour préserver le pays d’un marasme économique. Il faut, de ce fait, amener le peuple à comprendre que cela appelle au sacrifice commun jusqu’au retour de la croissance économique. Les états majors politiques, et plus particulièrement ceux de la coalition au pouvoir, peuvent apaiser les tensions, contenir les émotions des uns et des autres en fournissant des explications claires au peuple avec bravoure et en l’amenant à adhérer à la vision en cours. Cela permettra d’obtenir la complicité psychologique des masses à la politique économique en place.

Je vous invite donc tous à ne pas perdre du temps en vous disputant pour des effigies déchirées, cela n’est qu’accessoire.
Il y a du boulot à faire pour ce pays. Il est temps que nous nous mettions au travail. Pas de distractions possibles.

Richie LONTULUNGU ( Directeur Exécutif de la Haute Académie de la Société Civile et Président du mouvement progressiste “Alternatif pour le Congo”, ALC)


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

La corruption à son paroxysme : Quand le pouvoir corrompt même les plus hauts organes de décision

Published

on

Dans un récent scandale révélé au grand jour, le camp du candidat déclaré provisoirement Gouverneur de la province du Haut-Uélé Jean Bakomito Gambu malgré les irrégularités et la fraude industrielle orchestrée lors des élections du 29 Avril 2024 a été pris en flagrant délit de tentative de corruption au sein du Conseil d’État, dépassant ainsi tout ce que l’on aurait pu imaginer. Après une audience décisive, les membres de ce camp se sont retrouvés dans l’impasse financière, manquant des fonds nécessaires pour soudoyer les membres du Conseil d’état.

Face à cette situation critique, ils se sont tournés vers un allié de poids, l’ancien Gouverneur Christophe Baseane Nangaa, mais ce dernier a refusé de prêter la somme colossale exigée. Sans alternative, ils ont décidé de s’endetter auprès de la principale entreprise minière de la province, Kibali Gold Mine compromettant ainsi leur intégrité et leur légitimité.

Cette affaire d’une gravité extrême a attiré l’attention de toutes les autorités de la république, mettant en lumière l’étendue des ravages causés par la corruption dans les rouages du pouvoir. Elle soulève des questions essentielles sur l’éthique et la transparence des processus politiques, et appelle à une réaction ferme et sans équivoque de la part des institutions chargées de veiller à l’intégrité de notre démocratie.

Cette affaire révèle une triste réalité : la corruption a atteint des sommets insoupçonnés, menaçant les bases mêmes de notre système démocratique. Il est temps de prendre des mesures radicales pour lutter contre ce fléau qui gangrène notre société et compromet notre avenir collectif.

TEDDY MFITU
Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte