Connect with us

À la Une

Grève des enseignants : Le SYNECATH prend acte des griefs retenus contre lui par le gouvernement

Published

on

 

Dans une correspondance adressée au syndicat des enseignants des écoles conventionnées catholiques, le Secrétaire Général ai à L’EPST, madame Nepa Nepa Christine, a signifié à ce syndicat que sa grève était illégale.

A cet effet, le comité national du Synecath, qui s’est réuni ce mercredi 13 octobre 2021, indique qu’il reste dans la logique du cardinal Ambongo qui prône la poursuite du dialogue social, car pour les enseignants des écoles conventionnées catholiques, seule une solution politique peut régler durablement ce conflit de travail.

Le gouvernement, poursuit le comité, met à la charge de notre syndicat trois griefs importants, à savoir :

1. Le fait de n’avoir pas déposé sur la table du gouvernement, un cahier des charges personnalisé du synecath;

2. Ne lui avoir pas déposé, un préavis de grève en bonne et dûe forme;

3. De n’avoir pas agi, en synergie avec l’Inter-syndical, sachant que le gouvernement ne traite pas avec un seul synacath, de manière isolée.

Par conséquent, le gouvernement fait remarquer au syndicat que sa grève est illégale et infondée et lui exige de retourner ses enseignants et affiliés, sur le chemin de l’école, en l’invitant à prendre part à la table des négociations”, a rappelé Auguste Mulomba, secrétaire général du Synecath.

Le comité national du synecath, a pris acte de cette invitation, tout en demandant au Gouvernement, de procéder à la réhabilitation des enseignants victimes de la désactivation illégale, du fichier paie des enseignants.

Pour le reste, le syndicat s’inscrit dans la ligne droite de son autorité morale, le cardinal Fridolin Ambongo, qui prêche la poursuite du dialogue social, comme source de solutions durables à ce conflit de travail”, a-t-il conclu.

Petit Ben Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Beni: Les inspecteurs du pool primaire boycottent l’ENAFEP pour non payement des primes

Published

on

Les inspecteurs du pool primaire de la ville de Beni ont décidé de boycotter la passation des épreuves de l’examen national de fin d’études primaires dont le début est annoncé pour ce mardi 5 juillet 2022.

Dans leur décision rendue publique ce lundi, ces inspecteurs revendiquent le non payement de leurs différentes primes le gouvernement congolais.

Ça fait plus de deux ans que nous ne sommes pas payés. Nous avons toujours intervenus lors de Tenafep mais en vain. On nous promet mais le gouvernement ne s’exécute pas”, s’indigne l’inspecteur Kakule Kombi, secrétaire permanent de syndicat des inspecteurs antenne de Beni.

D’après lui, ils réclament «le perdiem pour interventions aux TENAFEP de 2020, 2021 et puis 2022 et les primes selon l’ordonnance du président de la République»

Ces inspecteurs invitent le gouvernement à recaler ces épreuves en attendant le payement de leur prime.

Pour Kakule Kombi, ses collègues doivent «rester à la maison» en attendant que la solution soit trouvée.

Verite Johnson/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising