Connect with us

À la Une

Gratuité de l’Enseignement : Tony Muaba tacle Franck Diongo et consorts !

Published

on

” Celui qui parle de l’échec, ignore totalement des réalités de ce secteur. Pour des raisons politiques et de positionnement politique, il y a des politiciens qui sont capables de raconter n’importe quoi !”, vient de déclarer Tony Muaba, ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique, à travers la presse, le mardi 27 juillet 2022.

Cette dernière sortie médiatique de Tony Muaba est consécutive à celle de l’ancien député national et Président du parti politique ” Mouvement lumumbiste progressiste (MLP)”, Franck Diongo Shamba, qui a dressé un tableau sombre concernant la gratuité de l’enseignement, en République Démocratique du Congo.

En effet, Franck Diongo a annoncé à la presse, au début de la semaine en cours, avoir fait une évaluation de la gestion du pays, à l’issue de laquelle il a produit un document de 180 pages.

Concernant la gratuité de l’enseignement, il déclare ce qui suit : “Je félicite monsieur Tshisekedi qui a eu l’idée de mettre en application cette résolution que nous avons inscrite dans la Constitution “. Néanmoins, souligne-t-il : ” le problème qui se pose est celui de la qualité de l’éducation. Les salles des classes qui avaient 20 élèves, en compte maintenant 120. Les enseignants qui sont là, sont mal payés, impayés et sous payés. Les Nouvelles Unités qu’on mécanise, ne sont pas des enseignants qui travaillent “.

Par contre, Tony Muaba estime que beaucoup de gens confondent la gratuité. Il précise que celle-ci n’a rien avoir avec les conditions socio-professionnelles des enseignants et le surpeuplement des salles de classes.

C’est plutôt la suppression de tous les frais de prise en charge des enseignants par les parents, a indiqué Tony Muaba, qui signifie gratuité de l’enseignement.

En guise de conclusion, Tony Muaba conseille au public de ne pas considérer les effets induits de la gratuité, dont le premier et le plus connu reste le surpeuplement des enfants dans les salles des classes, comme un échec.

Jules KISEMA KINKATU/CONGOPROFOND.NET.


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Kaniama Kasese : 200 volontaires de Kasumbalesa en route pour le Centre de formation “Félix Tshisekedi”

Published

on

Après ceux de Kinshasa, Mbuji-Mayi et Lubumbashi, c’est au tour de quelques jeunes de Kasumbalesa de se voir doter de la tenue bleue et jaune, symbole du Service National, fièrement portée par les “Bâtisseurs” de la République. Parmi ces jeunes, 60 % sont des volontaires désireux de servir la nation à travers cette structure étatique. Ils seront soumis à une formation paramilitaire, laquelle sera suivie d’un apprentissage des métiers au sein du Centre de formation “Félix Tshisekedi” à Kaniama Kasese.

C’est dans une ambiance des chants, des cantiques de remerciements aux autorités que chacun de ces jeunes volontaires a reçu des tenues bleues et jaunes, symbole du service national, et ont embarqué pour Kaniama Kasese en vue d’un séjour qui vise une transformation civique.

Ces volontaires viennent donc tordre le coup aux rumeurs qui laissaient croire que leurs prédécesseurs, récemment transférés à Kaniama Kasese, ont été victimes de l’arbitraire et seraient sous le coup de la torture.

Éduqués aux métiers, ces jeunes seront envoyés à travers le pays afin de contribuer au développement de la nation en cultivant, en construisant des écoles et des hôpitaux après leur temps de rééducation et de formation à Kaniama Kasese.

De son côté, le général major Jean-Pierre Kasongo Kabwik, commandant du Service National, rassure que tout est fait selon les instructions du Président de la République, c’est-à-dire celles relatives au respect des droits de l’homme.

Ces nouveaux pensionnaires du centre de formation et d’encadrement Félix Antoine Tshisekedi rejoignent une autre vague de Lubumbashi pour Kaniama Kasese. À leur arrivée, ces nouveaux locataires du Centre d’Instruction et de Formation Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo seront soumis à des formations élémentaires sur le civisme, la maçonnerie, l’électricité, la mécanique automobile. Ces formations seront sanctionnées par des brevets.

Il sied de rappeler que ces nouveaux pensionnaires venus du Haut-Katanga et de Kasumbalesa rejoignent les groupes qui sont déjà arrivés de Kinshasa et du Kasaï oriental. L’objectif de cette fusion est de consolider l’unité et la cohésion nationale, mission capitale du Service National, qui est directement liée à la présidence de la République.

Monica Bubanji/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte