mbet

Connect with us

À la Une

Gouvernorat: une élection sous haute tension à Kinshasa

Published

on

L’élection du gouverneur de Kinshasa s’est passée sous forte tension.

Alors que les élus de Kinshasa votaient un nouveau gouverneur, une ambiance d’enfer régnait aux environs de l’Assemblée Provinciale.
La température montait davantage à l’approche de la publication des résultats.

Les forces de l’ordre ont encerclé cet organe délibérant avec des jeeps et des protection anti- pierre. Tout attroupement était dispersé, y compris la presse non accréditée.

Une forte présence policière était observable depuis l’avenue Tabu Ley( ex Tombalbaye) à son croisement avec Wangata et sur l’avenue du Livre. Ces policiers interdisant le passage vers l’APK, voir jusqu’à l’hôtel de ville. Il était même formellement interdit à la population d’accéder ou de dépasser l’hôpital général de référence.

Une interdiction qui a provoqué la colère des partisans de différents candidats voulant à tout prix accueillir leurs gagnants juste après élection.

A côté, les magasins et restaurants sont restés fermés pour l’occasion.
Une journée perdue pour les tenanciers de ces commerces.

A l’intérieur comme à l’extérieur de l’Assemblée Provinciale de Kinshasa, une vive tension a caractérisé cette élection de gouverneur. Comme on dit à Kinshasa : ” opesi mbwa, mbwa aboyi.”

Les Kinois, en majorité les militants de l’UDPS, venus soutenir le ticket Batumona-Gecoco sont venus en masse avec des drapelets et banderoles. Chantant et poussant des cris de joie. Scandant au passage les noms de leurs challengers.

Par ailleurs, tout attroupement était dispersé par la police, en cas d’entêtement, elle était obligé d’utiliser la force en tirant des bombes lacrymogènes ou en poursuivant les fauteurs des troubles.

Malgré la mobilisation et la sensibilisation, la base du parti présidentiel est rentrée bredouille une fois de plus. Son ticket n’a pas remporté la bataille gouvernorale.

A l’issue du dépouillement, c’est donc Gentiny Ngobila et Neron Mbungu qui sont élus respectivement gouverneur et vice-gouverneur de la capitale avec 29% des voix.

Pas de désordre à l’APK, mais les militants sont rentrés tous têtes baissées, une fois de plus l’UDPS a perdu.

Il faut signaler que l’élection de gouverneur à Kinshasa a été interrompu à la demande de deux candidats qui ont estimé qu’il y avait « corruption ».

On s’en souviendra qu’à l’issue de la réunion interinstitutionnelle, le Chef de l’Etat avait suspendu l’élection des gouverneurs pour des raisons de corruption aux sénatoriales. Le président va-t-il encore une fois de plus suspendre l’installation des gouverneurs?

Toujours est-il que contrairement à l’élection du président de l’APK, 12 députés provinciaux du Cap pour le changement( CACH) ont voté le tandem Laurent Batumona et Gecoco Mulumba.

De fois, il faut accepter de perdre avec sportivité.

TMB/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

Un policier et un civil tués ce dimanche à Djugu :”Même un abattoir a des normes à suivre !», s’exclame le chef du groupement Bedja-Magosa

Published

on

Les éléments de la milice CODECO ont signé une nouvelle incursion la matinée de ce dimanche 22 mai 2022 au village Scierie-Abelkozo, dans le groupement Bedja-Magosa, en secteur de Banyali Kilo, dans le territoire de Djugu en Ituri.

Lors de cette enième incursion, ces miliciens ont tué un policier et un civil avant de détaler.

Information livrée à CONGOPROFOND.NET par le chef du groupement précité qui indique que ce village se vide de nouveau de ses habitants.

Mombiane Basiloko informe par ailleurs que la plupart des auteurs de ce forfait ont été identifiés par les habitants. «Je ne sais pas comment expliqué. Ils ont attaqués le matin et ont tué un policier et un civil. J’ai déjà dénoncer plusieurs fois, même l’abattoir à des normes à suivre », s’est-il inquiété.

Cette autorité coutumière en appelle à l’implication des autorités compétentes pour rétablir l’autorité de l’État dans cette partie de Djugu, l’un des territoires «les plus meurtris» de la province de l’Ituri, sous état de siège depuis plus d’une année.

Verite Johnson/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising