Connect with us

À la Une

Gouvernement Sama : 56 membres dont 15 femmes, des innovations enregistrées (Décryptage)

Published

on

Deux mois après la nomination du premier ministre Jean-michel SAMA LUKONDE, son gouvernement a été rendu public ce lundi 12 avril à travers l’ordonnance présidentielle lue par le porte-parole du Chef de l’Etat sur les antennes de la RTNC.

Le gouvernement SAMA LUKONDE compte 56 membres dont 4 vice-premier ministres, 9 ministres d’Etat, 31 ministres, 1 ministre délégué et 11 vice-ministres.

Avec 15 femmes, le premier gouvernement de l’Union sacrée de la nation s’est voulu inclusif avec la participation de toutes les tendances politiques nationales. Trois des quatre vice- primatures ont été attribués aux nouveaux alliés du Chef de l’Etat.

10 membres du gouvernement sortant ont été reconduits mais 4 seulement ont retrouvé leur portefeuille notamment l’Urbanisme et habitat, les Affaires foncières, le Commerce extérieur et les Postes, téléphones et nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Ce gouvernement a innové avec le portefeuille du Numérique tandis que
plusieurs ministères ont vu leurs compétences élargies en fonction du contexte actuel.
Ainsi, le ministère de la Santé publique ajoute l’hygiène et la prévention ; le ministre des Petites et moyennes entreprises s’occupera de l’entrepreneunariat et le ministère des Transports et voies de communication est aussi chargé du Désenclavement.

Les jeunes se retrouvent en bon nombre dans ce gouvernement avec notamment la présence du député Patrick Muyaya, le benjamin de la législature 2011, et Aminata Namasia la cadette de l’actuelle assemblée nationale.

Autrefois vice-primature, le ministère du Budget devient un ministère d’État tandis que le ministère des Affaires étrangères figure parmi les 4 vice-primatures.

Deux membres du cabinet du Chef de l’Etat entrent au gouvernement, notamment Nicolas Kazadi devenu ministre des Finances et Kolongele Eberande, ministre du Numérique.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Gestion de la Direction générale des recettes du Kasaï Central «DGRKAC» : La Commission Kayombo dédouane le gouverneur sortant John Kabeya de l’enquête

Published

on

La gestion du gouverneur sortant du Kasaï Central, John Kabeya Shikayi, n’a pas fait l’objet d’une enquête de l’Assemblée provinciale. C’est ce qu’a révélé le député provincial Bob Kayombo, président de la Commission spéciale mise en place par l’organe délibérant du Kasaï Central pour enquêter sur la gestion de la Direction générale des recettes du Kasaï Central, «DGRKAC». Il l’a dit dans une interview accordée à la presse au lendemain de l’adoption des recommandations issues de cette enquête, le vendredi 14 Juin.

D’après cet élu de Kazumba, le travail effectué par sa Commission a été sapé. Bob Kayombo s’indigne de constater que les responsables directs cités dans son rapport ne soient pas mis en justice et parle d’un acharnement de certains élus provinciaux sur la personne de John Kabeya Shikayi.

” L’enquête que nous avons menée ne concerne nullement la gestion du Gouverneur Kabeya. J’ai été sidéré, séance tenante, de voir certains députés provinciaux citer le Gouverneur sortant et estimer qu’il soit déféré devant la justice pour des raisons que j’ignore jusqu’à présent. Mes regrets c’est de voir les dirigeants de la DGRKAC que nous devrions blâmer être blanchis pour des raisons inavouées. Mais les gens qui n’ont même pas fait objet d’une enquête soient assimilés aux gestionnaires directs de la DGRKAC. Nous n’avons pas enquêté sur la gestion du gouverneur Kabeya…”, explique-t-il sous un ton fort.

Concernant la gestion de la DGRKAC qui a fait l’objet de l’enquête de sa Commission instituée par la Première institution du Kasaï Central, le député Bob Kayombo s’est indigné des révélations recueillies lors de cette enquête et met plutôt en cause l’équipe dirigeante de cette régie financière provinciale.

On ne peut pas accepter que notre seule source de revenus soit dirigée avec légèreté et amateurisme. Nous avons constaté un dysfonctionnement dans l’appareil de gestion de cette régie, commençant par la Direction générale jusqu’aux agents commis aux postes de péages. Nous sommes allés sur terrain, où les agents se servent à souhait les fonds de l’État. Il y a eu exactement des détournement sûrement, les fonds perçus dans les centres Kazumba et Luiza n’ont pas été tracés.”, martèle-t-il.

Pour rappel, c’est après son départ de Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï Central le 30 avril passé, qu’un cafouillage a été constaté dans la gestion de la régie financière entretenue, d’une part, par le ministère provincial des Finances, les responsables de la DGRKAC et le gouverneur ad intérim.

J.M.(C.P.)/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte