Connect with us

À la Une

FPI : Tryphon Kin-kiey Mulumba toujours sur la liste des promoteurs insolvables !

Published

on

Le Fonds de promotion de l’industrie -FPI- éclaire une fois de plus l’opinion en réaffirmant l’insolvabilité du promoteur Tryphon Kin-kiey Mulumba, débiteur du FPI. Ce, contrairement au doute que voudrait instiller l’avocat du promoteur Kin-kiey à travers les médias, allant dans le sens de faire croire à l’opinion que son client n’a rien emprunté au Fonds.

 

Dans son droit de réponse, l’avocat du FPI, Me Serge Kabemba, souligne qu’il existe bel et bien un contrat de prêt n°641 entre le Fonds de promotion de l’industrie -FPI- et les établissements «Finances Press Group» appartenant au Professeur Kin-kiey Mulumba. «Tout part de la lettre du Professeur Kin-kiey Mulumba le 1er octobre 2008 au Directeur général du FPI ayant pour objet: demande d’un crédit de 450.000 euros qu’il proposait de rembourser sur 5 ans. Après examen de son dossier et la constitution par lui d’une hypothèque sur un de ses immeubles, le FPI lui avait consenti USD 444.324,13 suivant le contrat de prêt susmentionné. Le 23 octobre 2009, une première tranche fut versée dans le compte qu’il avait indiqué, et la dernière tranche le 27 octobre 2009», a-t-il expliqué.

 

Il soutient que, chaque fois, le promoteur Kin-kiey Mulumba apposait sa signature pour accuser-réception sur les documents -Ordre de paiement et autres- avant qu’ils ne soient dirigés à la TMB.

 

L’avocat conseil du FPI s’étonne du fait qu’une personnalité du rang de l’ancien ministre Kin-kiey puisse dire qu’il ne lisait pas avant de signer les documents qui lui ont été présentés ni qu’il ne comprenait pas de quoi il retournait.

 

Cependant, soutient-il, quelques six mois après avoir reçu l’argent du crédit sollicité, le promoteur Kin-kiey par son avocat d’alors, Me Mubangi Ampapey, va écrire au FPI le 10 mars 2010 demandant des négociations pour un réajustement de son crédit au motif que celui lui octroyé ne lui a pas servi entièrement du fait d’une dette antérieure auprès de sa banque. Et le Fonds de promotion de l’industrie n’ayant pas accédé à sa demande d’un crédit supplémentaire, le Professeur Kin-kiey a jugé bon de saisir les Cours et Tribunaux pour obtenir résolution du contrat de prêt n°641 en soutenant qu’il n’avait jamais bénéficié du prêt sollicité.

 

D’ailleurs, soutient Me Serge Kabemba, en 2015, une Commission parlementaire avait enquêté entre autres sur le prêt octroyé au promoteur Kin-kiey et l’avait entendu pour finir dans ses conclusions établies la réalité du prêt couvert par le contrat n°641 et lui exiger le remboursement.

 

Mécontent, l’ancien ministre a choisi la voie des médias pour faire entendre ses points de vue du reste jugés par le FPI comme de non vérités. Quant à la dernière sortie médiatique de l’avocat du propriétaire des établissements FPG, le Fonds de promotion de l’industrie espère que c’est la dernière où il va devoir répondre aux allégations frisant les imputations dommageables voire la calomnie que tiennent les avocats de son débiteur et qui tendent visiblement à ternir l’image et la réputation de l’institution.

 

Par ailleurs, le FPI se réserve le droit de poursuivre tout écart de langage et de comportement qui proviendrait du promoteur Kin-kiey Mulumba ou de ses conseils.

 

Olitho KAHUNGU/AFRICANEWS


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

Mines : Kibali aux commandes de la création de valeur durable

Published

on

 L’investissement de la mine d’or de Kibali en République Démocratique du Congo dépasse maintenant $4 milliards et a créé une économie régionale florissante dans une région reculée du pays grâce à des partenariats avec des entrepreneurs locaux bénéficiant d’un encadrement, à l’amélioration des communautés d’accueil et à la modernisation des infrastructures essentielles.

Lors d’un point de presse ce mardi 5 juillet, Mark Bristow, Président et Directeur Général de Barrick, a déclaré que Kibali n’était pas seulement la plus grande mine d’or d’Afrique, mais aussi un leader mondial en matière d’automatisation, d’initiatives de durabilité, d’énergie propre et de formation professionnelle.

« Grâce à la politique de Barrick en matière d’emploi et de promotion au niveau local, 94% de la main-d’œuvre de Kibali, y compris sa direction, sont des ressortissants congolais. Aujourd’hui, Barrick fait également la promotion de l’emploi des femmes dans l’industrie minière, traditionnellement dominée par les hommes, grâce à des campagnes de recrutement ciblées et à des programmes de développement conçus pour les préparer à des carrières enrichissantes à tous les niveaux de l’organisation, », a-t-il ajouté.

Kibali est en bonne voie pour atteindre ses objectifs de production pour l’année et a de nouveau enregistré un trimestre sans accident avec perte de poste. Ses trois centrales hydroélectriques de classe mondiale atténuent l’impact de la hausse des prix du carburant et réduisent considérablement l’empreinte carbone de la mine. Selon Bristow, les centrales ont été construites bien avant que le changement climatique ne devienne une question prioritaire, ce qui démontre l’engagement de longue date de Barrick en faveur de la durabilité dans toutes ses activités.

Les réserves d’or de Kibali ont augmenté, remplaçant les quantités exploitées durant les trois dernières années, et le forage de conversion en cours devrait poursuivre cette tendance, malgré une production supérieure à 5.7Moz d’or à ce jour1. L’exploration en cours offre de nouvelles opportunités de croissance avec un potentiel d’accroissement de la base des ressources minérales au-delà de l’étude de faisabilité initiale.

Les projets locaux de durabilité comprennent la construction d’une ferme aquaponique de classe mondiale et celle d’un centre de formation professionnelle et technique pour promouvoir le renforcement des capacités au sein de la communauté. Suite à son approbation par le gouvernement, la mise en œuvre du mécanisme de cahier des charges a pu commencer. Il s’ajoutera à l’engagement actuel d’investir 0.3% du chiffre d’affaires dans des projets communautaires identifiés en consultation avec les comités de développement communautaire de la mine.

Kibali continue également à investir dans l’avenir de la biodiversité africaine en soutenant le parc national de la Garamba, qui a vu une augmentation substantielle de la population de girafes et la quasi-élimination du braconnage des éléphants. Elle parraine également un projet de réintroduction du rhinocéros blanc dans le parc, ce qui est essentiel dans la campagne à long terme de protection de cette espèce menacée.

« Le parcours de Kibali a créé une valeur énorme pour toutes ses parties prenantes et constitue un exemple remarquable de ce que les partenariats mutuellement bénéfiques peuvent accomplir. Sa grande réserve en or signifie qu’elle a un long avenir devant elle en tant que moteur de la croissance économique et du développement communautaire, » a déclaré Bristow.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET

There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising