Connect with us

non classé

FPI : malveillance contre le comité actuel, Constantin Mbengele pointé du doigt

Published

on

L’ancien Directeur général du Fonds de promotion de l’industrie -FPI, Constantin Mbengele est accusé de malveillance contre les dirigeants actuels du FPI à savoir : le PCA Isidore Kabwe, le Directeur général Patrice Kitebi et le Dga Boniface Kasembe.

En effet, un nouveau torchon est lancé sur les réseaux dont Constantin Mbengele, l’ancien directeur du FPI, serait l’auteur d’une messe noire entre les débiteurs insolvables et les anciens gestionnaires avec comme objectif : faire partir l’actuel comité de gestion pour effacer les traces de leurs dettes.

“Hier, on était habitué à les voir opérer sous couvert d’une nébuleuse dénommée “Collectif des agents et cadres du FPI”. Aujourd’hui, ils essayent d’intoxiquer le public via un fantôme baptisé “Trésorerie du FPI”. Mais les plus avertis connaissent la méthode et son auteur.” Nous renseigne, un proche du dossier.

Avant d’ajouter “Nous connaissons les méfaits qui ont épinglé et dénoncé par le rapport d’enquête parlementaire : 99 projets fictifs d’une valeur de 72 millions de dollars dont Mbengele est auteur. Des projets fabriqués de toutes pièces pour se remplir les poches et garnir celles des proches. “Les dossiers y relatifs ont été transmis à la Justice”.

“On est habitué à ces gesticulations, mais cette fois-ci Mbengele et sa clique jouent avec le feu d’une manière extraordinairement nocive, et totalement inefficace. Surtout que les avocats du FPI ont travaillé sur les subventions évaluées à 1.300.000 dollars octroyés au beau-frère de cet ancien Directeur général et à son amie, une célèbre musicienne kasaïenne ainsi que le vol et la vente d’une partie du siège du Fonds. Des faits accablants susceptibles de déclencher des poursuites contre lui” a-t-il conclu

Selon des sources proches du dossier, une réunion a regroupé plusieurs élus du peuple a été tenu dans un hôtel de la Gombe dans laquelle les billets de banque ont été distribués avec comme objectif, une motion contre le comité de gestion actuel du FPI. Et ils seraient contre les subventions qui ont changé la situation du personnel.

CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

SYNAMED : Les médecins en grève dès ce mercredi 6 juillet !

Published

on

Le Syndicat National des Médecins (SYNAMED), à travers sa note d’information du 02 juillet 2022 adressé au Premier ministre, Sama LUKONDE,  annonce, à l’intention du gouvernement, qu’à partir de ce mercredi 6 jusqu’au samedi 9 juillet 2022, il va observer un arrêt de travail.

En effet, souligne son Bureau exécutif national représenté par son secrétaire général national, le Professeur Dr John Senga Lwamba, et son secrétaire général adjoint chargé de l’Administration, Etudes et Documentation, Dr Fabien NZOKO FWANKENDA, il s’agit là d’une forme de grève qui porte sur un service minimum qui partira de ces dates à partir de 7h30.

A en croire cette note du SYNAMED, ce service minimum dépendra de la volonté du gouvernement. A son issue, le samedi 9 juillet 2022, une évaluation générale pourra donc être faite.

Notons que les médecins précisent également que le service minimum va consister, entre autres, à la prise en charge des malades hospitalisés et des urgences, l’évaluation des cas préprogrammés ainsi que la libération des malades qui ne posent plus de problèmes.

Aussi, la note renseigne que les médecins qui œuvrent dans les provinces sous état de siège, les médecins des FARDC et de la Police Nationale ainsi que ceux des banques de sang sont donc exemptés par cette mesure prise par le Bureau Exécutif National du Synamed.

Toutefois, ils rappellent que le droit à la grève est du reste garanti par la constitution de la République, raison pour laquelle ils appellent ses affiliés à faire preuve de responsabilité.

Pour rappel, il y a lieu de révéler que cette position du Bureau Exécutif du Synamed intervient à la suite du non-respect par le gouvernement de l’Accord du 3 août 2021 conclu, d’une part, entre SYNAMED asbl et Symeco et la partie gouvernementale,  conformément à l’atelier de Bibwa du 16 au 25 juin 2022. Selon eux, aucune plénière de la commission n’a pu avoir lieu, aucune explication n’a été avancée par rapport aux engagements faits. Ceci donne lieu à une remise en question par rapport aux indemnités de transport et de logement et enfin l’absence de l’adoption du Règlement Intérieur de la Commission Interministérielle qui, du reste, constitue l’un des objectifs majeurs de cet atelier qui avait eu lieu.

Melba Muzola/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising