Connect with us

À la Une

FC Renaissance : Mukuna suspend le comité Mandala

Published

on

4 mois seulement depuis son arrivée à la tête du FC Renaissance du Congo, le comité Mandala est frappé de suspension. Cette décision est prise ce vendredi 15 décembre 2021 par le conseil d’administration de cette équipe.

L’annonce a été faite au cours d’une conférence de presse organisée par le président du conseil d’administration et ancien président de l’équipe, l’Évêque Pascal Mukuna.

A l’en croire, en effet, c’est la position du club au championnat national, mais aussi à cause de la crise qui règne entre le comité sportif et le comité national des supporters que cette décision a été prise.

” Le club souffre depuis un temps, les joueurs manquent même de l’eau aux entraînements et autres. Sur ce, le Conseil d’administration et moi avons décidé de faire partir Willy Mandala et son équipe…”, a-t-il expliqué.

Puis d’ajouter : “S’il y aura un mauvais souvenir au FC Renaissance, c’est Willy Mandala, à comparer avec Max Mayaka. Mandala doit faire autre chose, qu’il laisse le football. l’équipe est entre les mains d’un incompétent. Le comité Mandala est suspendu”.

” L’équipe est par terre, on a plus des joueurs de qualité. Aujourd’hui ni Vita ni Mazembe, personne ne peut venir chez les joueurs chez nous pour l’instant. Son comité ne fait pas des rapports au conseil d’administration, ni au comité national des supporters”, a-t-il expliqué.

Le Conseil d’administration, après consultation du Comité national des supporters qui constitue les trois quarts des membres effectifs du club, décide de la suspension du comité sportif que dirige Mr. WILLY MANDALA jusqu’à nouvel ordre et la mise en place d’un Comité de crise qui aura la charge de conduire l’équipe jusqu’à l’organisation d’une Assemblé générale extraordinaire et élective, peut-on lire, cette fois-ci, dans une déclaration du conseil d’administration.

Jolga Luvundisakio/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

RDC : le taux de fourniture en électricité passe de 15℅ en 2023 à 19℅ en 2024

Published

on

En République démocratique du Congo le taux de la desserte en électricité s’élève à 19℅ en 2024. Cette précision est donnée par le ministre congolais en charge des ressources hydrauliques , Teddy Lwamba Muba.

Lors d’un briefing tenu à la Radio télévision nationale congolaise (RTNC 3) ce jeudi 18 juillet avec son collègue de la communication et médias, le ministre Lwamba a tout de même indiqué que le taux de la desserte en eau potable s’élève actuellement à 34%.

Le briefing a été consacré essentiellement aux «Priorités en matière de desserte en eau et de fourniture en électricité en République Démocratique du Congo».

En 2024, le taux de la desserte en eau potable en République démocratique du Congo s’élève à 34 % et en électricité à 19 %. Le gouvernement de la République (…) par le ministère des Ressources hydrauliques et électricité s’engage à mettre des moyens pour réussir à doubler ce taux en 5 ans “, a déclaré Teddy Lwamba Muba.

On se rappellera qu’en 2023, le Directeur général de la Regideso avait indiqué que plus de 36,1 millions de personnes étaient connectées au réseau de la Regideso, soit 35,5% sur l’échelle de 100 millions d’habitants. Ce nouveau taux avancé par le ministre a légèrement baissé par rapport à celui de 2023. (De 35,5℅ à 34℅).

En ce qui concerne l’électricité, en 2023 la RDC affichait un taux d’électrification de 15 % à l’échelle nationale avec de fortes disparités entre les villes (35 %), les zones rurales (1 %) et les zones périurbaines (moins de 5 %).

En sommes, la RDC continue à afficher un des taux d’électrification les plus bas du continent africain.

Pourtant cet immense territoire, deuxième pays le plus grand d’Afrique, représente à lui seul 8 % du potentiel hydroélectrique mondial, une source d’énergie qui constitue 95 % du mix électrique du pays.

Abritant le plus grand fleuve du continent et le deuxième du monde après l’Amazonie en débit interannuel moyen, la RDC pâtit toutefois d’une faible capacité installée (moins de 3 000 mégawatts, dont la moitié est inexploitée par défaut de maintenance), et de l’absence de réseau de distribution intégré à l’échelle nationale.

Willy Theway/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte