Connect with us

Actualité

FARDC-UPDF : Une année des opérations conjointes, quel bilan ?

Published

on

Les opérations conjointes FARDC-UPDF totalisent, ce mercredi 30 novembre 2022, une année depuis la signature de l’accord entre la RDC et l’Ouganda pour leur matérialisation.

Une année durant, le bilan de ces opérations conjointes qui ciblent principalement des rebelles ADF reste « critiqué », au motif que ces terroristes ougandais ont continué à endeuiller les régions d’Irumu, Mambasa (Ituri) et Beni au Nord-Kivu.

Quelques politiciens ituriens donnent leurs avis sur le bilan de ces opérations, à la veille de son l’an 1.

Le premier est le député national Jackson Ausse Afingoto. Cet élu du territoire d’Irumu où se déroule ces opérations, parle d’un bilan « mitigé ». Pour lui, l’échec actuel repose sur le plan « planification », estimant qu’au-delà de résoudre certaines situations sécuritaires, les FARDC-UPDF ont créé d’autres problèmes.

« Nous félicitons les FARDC et les UPDF et nous compatissons avec les familles de ceux qui ont perdu leur vie sur les fronts. Effectivement, les opérations ont résolu un certain nombre de problème mais malheureusement, en ont créé d’autres. Aujourd’hui l’ennemi a migré vers d’autres zones comme Mambasa », explique ce jeune parlementaire.

Cependant, Ausse soutien le maintien de ces opérations mais avec « une requalification » pour achever les efforts déjà consentis.

De son côté le député provincial en veilleuse Pascal Kakoraki, l’autre élu du même territoire, pense que « si la guerre était classique, les forces mutualisées auraient déjà mis fin au mouvement ADF». Pour lui, il ne reste que des résidus des ADF actuellement.

« Pour nous l’opération Shuujaa est entrain de réussir parce que les grands bastions des ADF en Ituri et au Nord-Kivu ont été détruits. Aujourd’hui, les résidus d’ADF sont entrain d’errer ça et là », déclare ce ministre provincial du plan dans le gouvernement Bamanisa

C’est à Bunia, chef-lieu de la province de l’Ituri que la RDC et l’Ouganda avaient signé l’acte de mutualisation des forces entre les deux pays pour combattre l’ADF, leur ennemi commun. Une année après, ces rebelles continuent de tuer des civils notamment dans la région de Tchabi, Walese Vonkutu et Mambasa pour ce qui concerne la province de l’Ituri.

La circulation sur le tronçon Komanda-Luna où plusieurs cas d’embuscades conduisant à l’incendie des véhicules, tueries des civils et enlèvement, reste toujours un danger pour des usagers. Une situation qui s’est déversée momentanément sur le tronçon Komanda-Mambasa.

CONGOPROFOND.NET ET BUNIAACTUALITE.CD


There is no ads to display, Please add some

Actualité

Organisations : la FOMAK, sur orbite

Published

on

By

 

Le monde associatif et philanthropique vient de s’enrichir d’une nouvelle structure dénommée Fondation Makanzu (FOMAK), une structure portant le nom de son fondateur, le prof Dr Fils Makanzu Imwangana.

Sa sortie officielle a eu lieu le samedi 28 janvier 2023, au terrain Elimo Santu, dans la commune de Lemba, à Kinshasa.

Dans son discours inaugural, le promoteur de la FOMAK, Prof Fils Makanzu Imwangana, a énuméré les motivations qui ont milité à la création de cette fondation qui porte son nom en ces termes :  » la FOMAK naît dans un contexte où notre société, mieux notre communauté a besoin de plus de modèles dans tous les domaines de la vie. Un contexte où, les jeunes, espoir de l’avenir de notre nation, sont en quête de repères et de référence pour pouvoir se ressourcer et s’inspirer et en quête des bases culturelles réelles sur lesquelles ils doivent s’appuyer pour s’épanouir « .

Aussi, a-t-il ajouté :  » la FOMAK se veut une alternative ou une solution propice, ou encore comme un cadre de réflexion autour des atouts humains que représente chaque jeune d’abord en lui-même « .

Cependant, il a aussi rassuré que s’il se présente comme un pont entre les besoins des jeunes et les pistes de solution, parce qu’il est sûr de son expérience acquise dans le domaine de l’encadrement des jeunes comme enseignant.

Notons que le prof Fils Makanzu est directeur général et enseignant à l’Institut National du Bâtiment et des Travaux Publics. Il est en même temps pasteur.

Soulignons aussi que pour atteindre ses résultats, la FOMAK entend appuyer, favoriser, soutenir et encourager les initiatives privées et publiques dans les domaines socioéducatif, sanitaire, agropastoral, environnemental et autres, pour le développement et l’intérêt général de la communauté congolaise ; lutter contre la délinquance juvénile par l’encadrement des jeunes ; traiter les problèmes inhérents à l’environnement, lutter contre la pollution de la nature : érosions dans les milieux urbains et ruraux, la déforestation avec l’appui des partenaires ; assister les personnes vulnérables (Veuves, orphelins, filles mères, personnes vivant avec handicap, personnes de troisième âge) et assister les églises.

Faisant d’une pierre deux coups, la solennité de la sortie officielle de la FOMAK a été aussi l’occasion pour une adhésion massive à la Convention pour la République et la Démocratie (CDR), parti cher au président de l’Assemblée nationale de la RDC, Christophe Mboso N’kodia Pwanga, de tous les membres de la structure.

Au moins, mille personnes ont adhéré à la CRD, à la suite du management du prof Fils Makanzu, ce qui confirme sa capacité d’être un leader d’opinion et un meneur d’hommes.

Le moment était aussi opportun pour le fondateur de la FOMAK, de lancer un appel à l’enrôlement de ses membres comme électeurs, en perspective des échéances électorales prochaines.

Émile Yimbu/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising