Connect with us

Actualité

Exclusif : Bras de fer entre l’ACAJ et la GECAMINES autour de la cession des ses actifs à STL

Published

on

Dans un communiqué d’urgence, l’Association Congolaise pour l’accès à la Justice, ACAJ, prie le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba d’annuler la cession frauduleuses des actifs de la Gecamines liés à l’exploitation du terril de Lubumbashi, suivant le mémorandum no 1875/7209/SG/GC/2019 signé le 20/12/19 par ses dirigeants.

“La prédation de cette société publique se poursuit et nous détenons plusieurs preuves…,” affirme Me Georges Kapiamba, Président de l’ACAJ.

#RDC: URGENT: L’ACAJ prie le PM @IIlunkamba de FAIRE ANNULER LA CESSION FRAUDULEUSE, des actifs de la Gecamines liés à l’exploitation du terril de Lubumbashi, signée le 20/12/19! La prédation de cette ste publique se poursuit et ns détenons + preuves @PrimatureRDC @Presidence_RDC

Cette communication n’a pas laissé indifférent la GECAMINES qui a réagit en s’inscrivant en faux contre le message de Me Georges Kapiamba et annonce dans les prochaines heures un communiqué circonstancié d’ici peu démontrant le bien-fondé de l’opération d’une filialisation complète.

@Gecamines a lu avec consternation le message de @KapiambaGeorges dénonçant une prétendue “cession frauduleuse” de STL. Et s’inscrit en faux contre cette info et publiera un communiqué circonstancié d’ici peu démontrant le bien-fondé de l’ opération d’une filialisation complète.

La Gécamines par ailleurs précise que l’OP de transfert des actifs et des passifs à STL vise à lui donner une véritable autonomie de gestion en tant qu’opérateur minier et ne permet aucunement sa vente. GCM et donc l’Etat congolais, reste toujours propriétaire de sa filiale à 100% comme par le passé.

@Gecamines précise que l’op de transfert des actifs et des passifs à STL vise à lui donner une véritable autonomie de gestion en tant qu’opérateur minier et ne permet aucunement sa vente. GCM et donc l’Etat congolais,reste tjrs propriétaire de sa filiale à 100% comme par le passé.

Enfin, la GECAMINES dit s’interroger sur les motivations de ceux qui continuent à colporter des informations diffamatoires dans le seul objectif d’obtenir le départ de ses dirigeants actuels.

@Gecamines s’interroge sur les motivations de ceux qui continuent à colporter des informations diffamatoires dans le seul objectif d’obtenir le départ de ses dirigeants actuels.

Des sources confidentiels nous apprent que le PCA Albert Yuma a décidé au nom de la GÉCAMINES de vendre en date du 20 décembre 2019 le terril de Lubumbashi à la compagnie dénommée Société Congolaise pour le Traitement du Terril de Lubumbashi en abrégé STL.

Il se trouve que la STL est une filiale de la Gécamines. La saga de cette vente a débuté par un contrat dit de mandat signé en date du 09 septembre 2019 aux termes duquel la Gécamines a confié à sa filiale STL, l’exercice au nom et pour le compte de la Gécamines, le traitement des scories.

Au mois de novembre, un avenant a été signé modifiant certains termes du contrat initial.

Le tout parachevé au mois de décembre 2019 par « Le Protocole Cadre de cession des actifs liés à l’exploitation du Terril de Lubumbashi portant le numéro : 1875/7209/SG/GC/2019».

Il est intéressant de signaler que le Directeur Général de la STL avait été limogé par le Conseil d’administration sans qu’il ne soit remplacé depuis.

Dans ces conditions, il ne sera pas surprenant de découvrir sur le contrat de vente, MM. Yuma et Kamenga signant pour la vente au nom de la GÉCAMINES et l’acheteur est encore M. Yuma qui signe seul au nom de l’acheteur STL.

A notre connaissance, les textes des lois en RDC exigent toujours de signer à deux ou trois pour engager une entreprise publique, et cela n’a pas encore changé.

Premier couac

Il est clair que ce protocole d’accord ou contrat présente tous les ingrédients d’une opération future de la revente vers une société étrangère comme ce fut le cas pour divers carrés miniers et biens appartenant à la GÉCAMINES.

Ce n’est pas la seule chose qui cloche. Il y a aussi le prix proposé. Le vendeur a fixé le prix de vente en le ventilant sous ls différentes rubriques à savoir : un contrat de vente des alliages et de l’oxyde de zinc pour 19.227.913 $, les droits fonciers 2018 pour 8.928.383,12 $, le stock des produits finis : 15.180.611,44 et enfin la cession des matériels et machines pour une valeur estimée à 80.021.666,20 $.

Ce ne sera pas tout. La GÉCAMINES profite de cette circonstance pour transférer ses dettes dues aux entreprises Huyaou et Trafigura d’une valeur de 130.443.838 $.

Il est utile de signaler qu’outre les droits fonciers qui doivent être versés au Trésor Public, un des articles relève que les paiements seront couverts par trois opérations de compensation.

Pas clair que l’argent ne circule pas entre les deux entreprises. De quoi être tenté de croire que STL acquiert STL pour rien. Plutôt que M Albert Yuma Mulimbi acquiert seul avec tous les pouvoirs la STL, probablement en vue de la revendre plus tard à un major qui attendrait quelque part la fin de cette partie.

L’alerte est ainsi lancé. Il revient à la justice de se saisir de ce dossier et de le faire aboutir.

Ce sera le seul moyen de sauver les biens publics pour l’intérêt de tous.

Du côté de la GÉCAMINES, nous attendons le fameux communiqué pour éclaircir les coins sombres de ce dossier étant donné que l’affaire 200 millons de $ a laissé coulé beaucoup d’encre et de salive.

Bishop Mfundu

%d blogueurs aiment cette page :