Connect with us

À la Une

Exclu du FCC, Constant Mutamba prépare sa contre-attaque !

Published

on

Exclu par la conférence des présidents du Front Commun pour le Congo(FCC), Constant Mutamba, un des signataires d’une déclaration portant dissolution de la cellule de crise de cette famille politique, n’est pas resté de marbre.

Dans un communiqué signé ce 03 novembre, le Président de la NOGEC convie les Présidents des Partis et Regroupements, membres du Front Commun pour le Congo (FCC) à une réunion extraordinaire ce jeudi 04 novembre 2021 à 10h00.

Parmi les points inscrits à l’ordre du jour, il y a notamment:
– L’examen de la décision de la cellule de crise dissoute contre certains partis et regroupements du FCC;
– L’Adoption et lecture de la déclaration politique en réaction à cette décision et enfin, les divers.

Notons que dans son communiqué du mardi 2 novembre, le FCC a dit se réserver les droits de saisir la justice pour faux et usage de faux contre les exclus de cette plateforme dont Constant Mutamba, Agée Matembo et consorts.

“Quant aux plaisantins de mauvais goût qui, depuis hier, prétendent engager la conférence des présidents du FCC, alors qu’à l’exception d’un seul, ils n’en ont jamais été membres et n’ont, depuis lors, participé à aucune réunion ou activité du FCC. Et pour ce que nul n’en ignore, la conférence des présidents décidé officiellement de leur exclusion du FCC. Le FCC se réserve le droit, le cas échéant, de faire traduire en justice ces usurpateurs pour faux”, soulignait le communiqué signé par les présidents des différents partis et regroupements politiques.

La question qui demeure est celle de savoir si le communiqué de Constant Mutamba sera suivi par les autres membres du FCC et quelles sont les grandes décisions qui en découleront?

Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Bruxelles :  » Lumumba, le retour d’un héros » en avant-première le jeudi 8 juin au cinéma Vendôme à Ixelles

Published

on

Film documentaire de Benoît Feyt, Dieudo Hamadi et Quentin Noirfalisse,  » Lumumba, le retour d’un héros » sera présenté en avant-première le jeudi 8 juin au cinéma Vendôme dans la commune d’Ixelles ( Bruxelles/Belgique).

Film d’une heure 26 minutes, il raconte les célébrations hautement politiques du retour de la dépouille de Lumumba, mais cherche surtout à savoir ce qu’il reste de Patrice Lumumba, au Congo et en Belgique. En marge de cette projection, précise-t-on, une rencontre sera organisée avec les réalisateurs.

En effet, il y a un an, la Belgique a organisé une cérémonie officielle en l’honneur du héros congolais de l’indépendance et premier ministre Patrice Lumumba, assassiné en 1961.

A en croire le synopsis, 61 ans après son assassinat, Patrice Lumumba retourne en République démocratique du Congo. Ou, comme le dit un de ses enfants, le Congo rentre au Congo. Lumumba a été assassiné avec deux de ses plus proches collaborateurs, en pleine guerre froide et durant la vague des indépendances africaines. Seule une dent semble avoir survécu au passage de leurs corps dans l’acide, acte commis par un officier de police belge dénommé Gérard Soete.

Dissous dans de l’acide, le corps du héros de l’indépendance congolaise n’a jamais été retrouvé. Il a fallu plusieurs décennies pour découvrir, en 2016, que des restes humains avaient été conservés en Belgique. L’ancien policier belge Gérard Soete, qui avait activement participé à l’élimination de Patrice Emery Lumumba, brise le secret et s’en vante dans les médias.

En 2000-2001, une commission d’enquête parlementaire « a conclu que le gouvernement belge avait fait manifestement peu de cas de l’intégrité physique de Patrice Lumumba et qu’après son assassinat, ce même gouvernement a délibérément répandu des mensonges sur les circonstances de son décès ».

Jusqu’ici, son meurtre et ceux d’Okito et Mpolo demeurent impunis.

Né le 2 juillet 1925, à Onalua (localité située dans l’actuelle province du Sankuru, dans le centre de la RDC), dans ce qui est alors le Congo belge, Patrice Emery Lumumba, de son vrai nom de son vrai nom Elias Okit’Asombo, était issu d’une famille plutôt modeste, mais a reçu très tôt une éducation solide dans les écoles missionnaires chrétiennes lui permettant ainsi de se forger une forte personnalité.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising