Connect with us

Politique

Équateur : Les forces vives réclament le départ du gouverneur Bobo Boluku Bolumbu

Published

on

Plusieurs structures et organisations, notamment la coordination provinciale de l’Union sacrée de la nation, la Dynamique des jeunes congolais pour le développement, la Génération consciente de l’Equateur, la notabilité et les mouvements citoyens, sont montées au créneau, ce jeudi 12 mai 2022, à Mbandaka, chef-lieu de la province de l’Equateur.

Dans une déclaration conjointe lue par BOMPENGU Patrick, coordonnateur provincial de la Dynamique des jeunes congolais pour le Développement, ces structures ont fait savoir que c’est l’exécutif provincial qui est coeur du malaise général que traverse la province de l’Equateur depuis le mois d’avril jusqu’à ce jour.

Après échanges et débats entre les responsables des structures précitées, il en ressort, pour eux, que l’exécutif provincial a été l’épicentre de tout ce qui s’est passé les 11 et 12 avril 2022 provoquant des échauffourées entre étudiants et forces de la police et occasionnant mort d’hommes, dont un officier police et un étudiant. A les en croire, une décision incendiaire prise par le conseil des ministres ténu le 11 avril, mettant le directeur général de l’Institut de supérieur de Technique Médical (ISTM) à la disposition de sa tutelle, avait mis le feu dans la poudrière.

Pour eux, certains étudiants auraient été instrumentalisés par l’exécutif par rapport aux événements du 04. 05. 2022 qui n’avaient fait aucun bilan grave. Ils ont été perpétrés par les apprentis de l’Institut supérieur pédagogique ISP/Mbandaka qui s’insurgeaient contre le nouveau comité placé par l’arrêté du ministre MOHINDO NZANGI.

Selon eux, le gouverneur était en colère parce que n’ayant pas eu la primeur, comme premier citoyen de la province, de l’arrêté nommant les nouveaux dirigeants de l’ISDR et l’ISP.

Un autre événement malheureux relevé est celui du 7 mai sur la route de l’aéroport de Mbandaka et qui a causé la mort de deux personnes.

Il sied de signaler que tous les efforts fournis par CONGOPROFOND.NET pour atteindre le gouverneur et avoir sa version face à ces accusations, se sont avérés vains.

Somme toute, ces forces vives ont sollicité sans équivoque au chef de l’État Félix Antoine TSHISEKEDI Tshilombo de bien vouloir relever l’actuel patron de la province, Bobo Boloko Bolumbu, de son fauteuil de gouverneur et de donner la chance à une autre personne pour un véritable décollage de l’Equateur.

Eric Liyenge/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Ituri : L’insécurité fait vider hôpital Général de Lolwa de ses malades !

Published

on

L’hôpital général de référence de Lolwa, se trouvant sur le tronçon Komanda-Mambasa, vient de se vider de ses malades, depuis l’attaque controversée du mercredi 10 août dernier, dans cette entité du territoire de Mambasa.

Cette information vient d’être confirmée par le médecin chef de zone de santé, le docteur Patrick Mbarikale, qui a rapporté la nouvelle à la rédaction du CONGOPROFOND, ce vendredi 12 août 2022, en précisant que les 15 malades admis aux soins dans cette structure, ont pris fuite craignant pour leur sécurité.

48 heures après, personne d’entre eux n’est revenu pour poursuivre les soins, renseigne t-il.

« La situation n’est pas du tout bonne, tout le monde cherche à se sauver. Il y avait 15 malades, tous ont fui. A Lolwa, il y a quelques civils », a-t-il indiqué.

Notons que des coups de feu ont été entendus à Lolwa, dans la nuit du mercredi 10 au jeudi 11 août 2022.

Pour la société civile de Mambasa, il s’agit d’un échange des tirs entre deux unités des FARDC.

Par contre, du côté de l’armée, on indique qu’il s’agissait d’une attaque des ADF, qu’ils ont repoussée.

Vérité JOHNSON/CONGOPROFOND.NET.


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising