Connect with us

Environnement

Entre l’ignorance de la valeur de la biodiversité et l’appel à la responsabilité

Published

on

La République Démocratique du Congo, par sa biodiversité exceptionnelle, détient un patrimoine naturel d’une richesse inestimable. Pourtant, la classe politique congolaise semble maintenir une distance marquée vis-à-vis de la valorisation de cette ressource capitale pour l’humanité. Cette attitude soulève des questionnements fondamentaux quant à la responsabilité et à la vision à long terme de la gestion de cette richesse naturelle.

Malgré la présence de lois et d’accords internationaux visant à protéger la biodiversité, la classe politique congolaise semble manquer de fermeté dans l’application de ces mesures cruciales. Les intérêts économiques à court terme semblent souvent prendre le dessus sur la préservation de cette biodiversité unique, laissant ainsi la porte ouverte à une exploitation non durable.

Il est impératif de remettre en question les paradigmes politiques actuels et d’adopter une nouvelle approche envers la gestion de la biodiversité congolaise. La vision à court terme et les pratiques politiques traditionnelles doivent être confrontées par une philosophie de gouvernance qui intègre pleinement la valeur intrinsèque de la biodiversité pour les générations présentes et futures.

La classe politique congolaise est à un carrefour crucial. Elle peut choisir de perpétuer une vision étroite de la richesse, ignorant la valeur de la biodiversité, ou bien embrasser une approche plus holistique et responsable, reconnaissant que la préservation de ces trésors naturels est non seulement une question de fierté nationale, mais aussi un impératif moral pour l’humanité tout entière.

TEDDY MFITU

Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Environnement

Mont-Ngafula : Le quartier Musangu inondée d’insalubrités dans l’indifférence générale !

Published

on

Le quartier Musangi, dans la commune de Mont-Ngafula, est plongé dans une insalubrité exécrable. Ses conséquences multiples touchent tous les aspects de la vie quotidienne des habitants dudit quartier.

Dans le lot, plusieurs familles sont frappées par des maladies d’origine hydrique, le paludisme, la bilharziose, le choléra, la fièvre typhoïde, etc. Ces maladies engendrent des dépenses qui réduisent les ressources familiales. Elles réduisent également la capacité de production des membres de la famille.

Les autorités locales avaient enclenché diverses campagnes de sensibilisation et d’actions de nettoyage, mais celles-ci n’ont pas donné des résultats, se heurtant à des défis majeurs tels que la le manque de financement. ” Les entreprises de gestion des déchets sont insuffisantes et inefficaces pour répondre aux besoins de ce quartier qui constitue une grande agglomération…”, a indiqué un responsable communal.

Plusieurs observateurs relèvent que pour lutter efficacement contre l’insalubrité dans ce quartier, il serait crucial d’adopter une approche mettant ensemble tous les acteurs, c’est à dire la population et les décideurs politiques (autorités locales). Il ne faut pas se limiter à la sensibilisation, mais aller au-delà de celle-ci. Il faut à la base rapprocher les infrastructures des populations par l’installation de poubelles dans les rues, la construction de latrines, le curage régulier des caniveaux et la collecte régulière des ordures, voire mettre sur pied une brigade d’enseignements dans le quartier.

Parfaite MWAMBA (stagiaire UCC)/CongoProfond.net


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte