mbet

Connect with us

Actualité

Effets collatéraux de la guerre en Ukraine : Sama Lukonde suspend la TVA !

Published

on

Comme annoncé par le ministre des Finances lors du dernier briefing de presse axé sur «Approvisionnement et distribution du carburant en RDC : enjeux et stratégies», le gouvernement vient de passer à l’action. Il annonce la suspension du prélèvement de la TVA (Taxe sur la valeur ajoutée) sur certains produits de première nécessité, jusqu’au rétablissement de la situation.

L’objectif visé par le gouvernement à travers cette mesure est d’obtenir la baisse des prix des denrées de première nécessité sur le marché afin d’alléger tant soit peu le calvaire des gagne-petits. On rappelle en passant qu’on observe depuis quelque temps une surchauffe des prix sur le marché des biens et services.

L’information a été portée à la connaissance des Congolais à l’issue de la réunion du Comité de Conjoncture Économique, présidée hier mercredi 20 avril par le Premier ministre, Jean Michel Sama Lukonde.

Il faut dire qu’à travers cette décision, l’État Congolais  accepte de consentir des sacrifices en perdant plusieurs millions de dollars dus au trésor pour pas asphyxier les gagne-petits, qui sont les plus frappés par la surenchère des prix sur le marché de consommation. Il s’agit en fait d’une subvention indirecte que le gouvernement applique dans le but d’attenuer les effets néfastes de la guerre russo-ukrainienne qui se font sentir à travers le monde. Ce, après la subvention directe qu’on applique sur les produits pétroliers.

En analysant de près la situation sur le terrain, on croit savoir que la mesure gouvernementale portant suspension de la TVA est dictée par l’embellie financière qu’enregistre la République Démocratique du Congo, notamment au niveau des services d’assiette, avec une croissance exponentielle des recettes d’impôts et taxes, douanières, domaniales et de participation. C’est cette embellie qui permet vraisemblablement à l’Exécutif national de faire face à cette situation de crise imprévue, provoquée par la guerre en Ukraine.

Par ailleurs, on doit reconnaître que cette embellie a été rendue possible grâce à la patrouille financière exercée par l’IGF (Inspection Générale des Finances) avec son «commandant», Jules Alingete Key, contre la prédation dont les entreprises publiques et celles d’économique mixte ainsi que les établissements publics étaient depuis des décennies victimes de la part des «Kuluna» en cravates.

Pour revenir à la réunion du Comité de Conjoncture Économique, tenue hier par le chef du gouvernement, le ministre d’État en charge du Plan, qui a fait le compte rendu à la presse, parle des solutions idoines envisagées par le gouvernement face aux effets de la crise russo-ukrainienne.

«La réunion s’est appesantie essentiellement sur les solutions apportées, vu les chocs externes qu’on reçoit avec la guerre en Ukraine, qui a occasionné au niveau international la hausse des prix des produits pétroliers et des produits céréaliers», a indiqué Christian Mwando Nsimba. Avant de préciser que c’est la vice-ministre des Finances qui a proposé le gel de la TVA sur certains produits de première nécessité tels que le ciment gris, les conserves, la farine de froment, l’huile, le lait, etc.

De leur côté, le opérateurs économiques sont appelés à faire preuve d’honnêteté et de patriotisme dans la fixation des prix, afin que cette mesure produise les effets attendus. Car, c’est tout le monde qui est appelé à se conformer au contexte de la crise.

Hydrocarbures : les discussions se poursuivent

Les hydrocarbures ont encore fait l’objet des débats au cours de la réunion.

Dans son rapport, le ministre ayant en charge le secteur a fait savoir qu’il ne se pose pas de problème lié aux stocks des carburants. La situation est relativement bonne sur le terrain. Toutefois, a-t-il conseillé, il y a nécessité de prendre des mesures qui s’imposent pour faire face à la hausse des prix au niveau international. A titre d’illustration, le baril se pétrole qui revenait à 80 USD en janvier dernier, coûte actuellement 110 USD. Ce qui ne manquera pas d’impacter, avec le temps, la situation en interne. D’où la nécessité d’anticiper en prenant des mesures appropriées pour y faire face.

Sans tarder, le Premier ministre l’à instruit de finaliser les discussions déjà entamées avec avec opérateurs du secteur pétrolier et voir dans quelle mesure accroître les importations en urgence, en vue de constituer les réserves stratégiques pour le pays.

Concernant le taux de change, la situation reste relativement stable, soit 2003 FC pour 1 dollar américain.

Dom/Le Phare


There is no ads to display, Please add some

Politique

An 1 du Gouvernement Sama Lukonde:  62 % d’opinions favorables recueillies par le sondage de l’Institut “Le Monde Plus”

Published

on

Le Gouvernement Sama Lukonde engrange 62 % d’opinions favorables. Telle est la conclusion phare dévoilée  par l’Institut de sondage le “Monde Plus” sur l’an 1 des activités de l’exécutif national dit “Gouvernement des Warriors”. Il a été organisé du 10 avril au 25 mai 2022.

En effet, il était question, dans cette démarche scientifique, de savoir à quelle proportion les Congolais se disent satisfaits ou non de la gestion du Premier Ministre Sama Lukonde. Pour cet Institut, il était temps de marquer une pause, pour procéder à l’évaluation de l’action du Gouvernement, durant la première année de Jean Michel Sama à la tête de l’exécutif national.

Pour ce faire, dix questions ont été posées à chaque enquêté. Lesdites questions portent essentiellement sur la gestion quotidienne du Gouvernement, le financement de l’ONIP, l’INS et de la CENI avec un point d’honneur sura l’organisation des élections ainsi que les efforts fournis par le Gouvernement pour restaurer la paix dans l’Est de la RD Congo. A noter que le sondage s’est également intéressé au programme du développement à la base des 145 Territoires, à la construction, l’entretien et la réhabilitation des routes de desserte agricole importants pour le progrès socioéconomique pays.

Hormis la conclusion, le présent travail renferme une introduction et une interprétation que CONGOPROFOND.NET met à la disposition de ses lecteurs.

Introduction

Le 26 avril 2022, le Premier ministre Jean Michel Sama Lukonde a totalisé une année à la tête du Gouvernement de l’Union sacrée de la nation. Bien avant cette date, notre Institut de sondage, le Monde Plus, a déployé ses agents sur l’ensemble du territoire national en vue de connaitre l’opinion de la population sur l’action menée par le Chef du gouvernement en une année de gestion des affaires publiques. Car, avions-nous estimé, le moment était arrivé de marquer une pause, et de procéder à l’évaluation de cette action au terme de la période qui vient de s’écouler.

Notre Institut de sondage a donc cherché à savoir comment la population a apprécié négativement ou positivement la gestion de son quotidien par le chef de l’Exécutif central. Ce, d’autant plus que le jour de son investiture par les députés nationaux, il s’était vu confier la lourde mission de rompre avec le passé à l’origine de la misère du peuple congolais, et de matérialiser les promesses électorales du chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, par la mise en œuvre de sa vision: «le Peuple d’abord». Cela devait se traduire par la pose des fondamentaux d’un lendemain voulu enchanteur; l’amélioration du social de la population; susciter en elle l’espérance par une gestion responsable, exemplaire et saine; mettre au-devant le sérieux, la clairvoyance et la transparence afin de permettre aux Congolais de palper les effets d’un véritable changement par des actes concrets à impacts visibles, durables, capables de booster le bien-être et le développement.

Notre Institut de sondage Le MONDE PLUS a voulu ainsi offrir aux Congolais, l’occasion de procéder à l’évaluation de l’action du Premier ministre telle qu’exposée dans la Loi des Finances Exercice 2022.

Agent concepteur: Le Monde Plus.

Durée: Travail effectué du 10 avril au 25 mai 2022.

Technique: Fiches aux questions fermées

Moyen utilisé: Sondage réalisé par les agents de la maison.

Motif: Au moment où les ministres ont totalisé une année depuis leur nomination au gouvernement, il était question de savoir à quel niveau les Congolais se disent satisfaits ou non de la gestion du Premier Ministre Sama Lukonde.

Interprétation

1.1 Ce travail de sondage d’opinion a été effectué d’une manière qualitative et quantitative.

1.2 Qualitative: tout travail scientifique doit répondre aux normes exigées en la matière. La qualité est l’une des exigences auxquelles il faut s’y conformer. LE MONDE PLUS a travaillé en se conformant aux règles d’usage en retenant les variables positives. Celles-ci sont liées au sexe, niveau d’étude et la stratification par tranche d’âge. Autant, il a rejeté les variables jugées négatives ayant train à l’appartenance politique, ethnique, tribale, linguistique et régionale pouvant désorienter le sondage du but visé: l’objectivité.

1.3. Quantitative: Ce sondage a visé une très large cible, c’est-à-dire toute la population de la RDC. Eu égard aux difficultés que l’on rencontre en pareil cas, LE MONDE PLUS s’est limité à un échantillon évalué à 2600 personnes réparties dans les 26 provinces du pays. Un chiffre qui a été estimé suffisamment représentatif de l’opinion congolaise.

1.4. Résultats: La publication des résultats se fera sur deux tableaux.

Le premier reproduira les résultats obtenus sur chaque question posée, et le second la moyenne qui sera la cote définitive qu’aura obtenue Jean Michel Sama Lukonde pour l’année accomplie dans la gestion au quotidien du pays dans tous les secteurs. Tous les enquêtés ont répondu aux dix questions formulées en rapport avec la gestion quotidienne par le gouvernement.

Quel est votre avis sur la conduite de la gestion du pays par le Premier Ministre Jean Michel Sama Lukonde;

Les efforts fournis pour la pacification de l’Est du pays, vous donnent-ils satisfaction?

Croyez-vous que l’action du Premier ministre s’inscrit réellement dans la droite ligne de la vision du Président de la République, Félix Tshisekedi, visant à faire de la RDC un Etat fort, prospère et solidaire, en marche vers son développement?

Comment jugez-vous la mise en oeuvre du programme du Premier ministre dans les secteurs d’activités ci-après: a. Politique ; b. Justice ; c. Défense et sécurité ; d. Economie ; e. Reconstruction ; f. Social ; g. Culture.

Quel est le volet du plan du développement à la base des 145 Territoires, êtes-vous convaincu que le Premier ministre Sama est sur la bonne voie: a. La construction, l’entretien et la réhabilitation des routes de desserte agricole b. La construction et réhabilitation des écoles et des hôpitaux; c. L’électrification et la desserte en eau potable? d. La construction et la réhabilitation des bâtiments administratifs?

En rapport avec le social. Pensez-vous que la majoration de 30% de l’enveloppe salariale allouée aux fonctionnaires et autres agents de l’Etat peut suffire pour faire face au taux d’inflation et à la flambée des prix des biens de première nécessité sur le marché?

Au regard de la situation politique, économique, sociale et sécuritaire du pays, croyez-vous que Jean Michel Sama Lukonde est celui qui peut faire face?

Trouvez-vous satisfaction dans la manière dont le Chef de l’Exécutif national a exécuté son programme relatif à l’état d’urgence?

Le Premier Ministre Sama Lukonde a effectué un voyage dans le Haut-Katanga où il a organisé une table ronde sur le thème de la cohabitation pacifique. Qu’en pensez-vous?

Au regard des moyens alloués à la CENI, l’ONIP et l’INS, croyez-vous à la capacité du Gouvernement d’organiser les élections dans les délais prévus?

Les opinions émises par les populations sur les résultats obtenus dans les différents secteurs peuvent se résumer de la manière suivante :

l’Autorité de l’Etat: Un Etat n’est fort que lorsqu’il a la maîtrise de la situation du pays. L’une des priorités du Premier ministre a porté sur le rétablissement de l’autorité de l’Etat dans les parties du pays où elle faisait défaut. Cette action a été réellement saluée par les populations.

Secteur sécuritaire: Cela fait exactement une année depuis que l’état de siège a été décrété par le Président de la République pour endiguer la violence dans les provinces du Nord Kivu et de l’Ituri. Même si, à ce jour, le Gouvernement n’a pas réussi à restaurer la paix et la sécurité dans la partie Est du pays, les actes de violences ont cependant sensiblement diminué. Il n’est pas facile de vaincre, en très peu de temps, plus de 140 groupes armés opérant dans les provinces du Nord-Kivu et Sud-Kivu. A ceux-là s’ajoutent des groupes armés issus des populations locales qui font de l’auto-défense parce qu’ils constatent la présence des groupes étrangers sur le terrain.

Développement des territoires: La première année de la gestion du pays a été marquée par la conception du «Programme de développement à la base des 145 territoires». Ce méga projet est évalué à 1,66 milliards USD pour améliorer les conditions et cadres de vie des populations rurales. Les populations attendent avec impatience le démarrage des travaux de mise en œuvre dudit programme, et l’on souhaite que le Gouvernement soit plus regardant dans la gestion des fonds qui seront alloués à ce projet.

Respect de la Loi : L’on a noté le dépôt, à temps, du projet de Loi des finances, exercice 2022. En plus de l’accroissement du Budget, estimé à plus de 10 milliards de dollars, le Premier Ministre est entré dans l’histoire comme étant le premier à s’acquitter de ce devoir à échéance voulue.

Social: Les fonctionnaires et agents de l’Administration publique, les militaires et policiers ont enregistré avec satisfaction l’augmentation de 30% de leurs salaires; et le rabattement de l’impôt professionnel sur le revenu (IPR), de 15 à 3%, l’assistance aux victimes de l’éruption du volcan Nyiragongo à Goma et tant d’autres réalisations.

Enseignement : La grève générale des Professeurs et Assistants d’Universités et Instituts Supérieurs de la RDC, les guéguerres entre le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST) et l’Inspection Générale des Finances (IGF) suite au détournement et surfacturation des fonds alloués au tournoi interscolaire ont aussi retenu l’attention de l’opinion publique, qui est cependant restée sur sa soif étant donné que les responsables de ces actes délictueux ne sont toujours pas identifiés et sanctionnés.

Relance de l’économie: Les populations ont noté des performances en ce qui concerne la maximisation des recettes, l’augmentation des réserves de change à la Banque Centrale qui ont permis au pays de passer de deux à treize semaines d’importation. Elles ont aussi apprécié les efforts pour la maîtrise de recettes, l’orthodoxie dans la gestion des finances.

De même, les populations ont été satisfaites des interpellations suivies d’arrestations des responsables ayant versé dans la corruption, le coulage des recettes. Tout le monde regrette toutefois que ces détourneurs recouvrent la liberté après quelques mois seulement de leur condamnation et incarcération à la Prison Centrale de Makala.

Infrastructures routières: Dans le cadre de la consolidation de l’unité nationale, les populations ont apprécié les efforts pour la réhabilitation et l’entretien des infrastructures routières, avec priorité aux routes de desserte agricole. Les opérations Tshilejelu, Kin-Zéro trous, sans oublier les sauts de mouton, ainsi que l’acquisition de ponts pour faciliter la liaison de tous les territoires du pays, témoignent de la volonté du Premier ministre de doter le pays des routes en bon état.

Diplomatie : Ce volet a abouti à remettre la RDC sur l’échiquier international. Cela a permis à notre Chef de l’Etat d’occuper la présidence tournante de l’Union Africaine, des ballets diplomatiques enregistrés chez nous, sans oublier l’implication du Président Félix Tshisekedi dans des questions particulières comme celle du barrage de la Renaissance et dans la plupart des questions concernant l’Afrique. Cependant, les populations ne comprennent toujours pas les retombées que la RDC peut engranger après son adhésion à East African Community dominée par les pays anglophones.

Justice: Un pays ne peut être fort que lorsqu’il dispose d’une justice indépendante. La mise en œuvre de ce volet de Votre programme a permis la lutte contre la corruption et l’amélioration des conditions de vie et de travail de ceux qui distribuent la justice.

Conflits fonciers : La spoliation du patrimoine immobilier de l’État, les constructions anarchiques, le manque de planification, sont des dossiers qui ont aussi été bien gérés pendant cette période. Les conflits fonciers, c’est 60% à 80% de dossiers sous examen dans les cours et tribunaux. Ainsi, l’on a très bien apprécié l’initiative de la numérisation du cadastre foncier pour éviter la manipulation des documents.

Dans cet ordre précis, les populations ont salué votre initiative de prévenir ces situations en faisant recours à l’aménagement du territoire.

Conclusion

Le présent sondage a visé l’objectif de passer en revue, à travers l’opinion congolaise, la gestion du Premier Ministre secteur par secteur. Bref, il s’agissait de connaître à quel taux de l’opinion, la gestion de Sama Lukonde a donné ou non satisfaction durant l’année qu’il vient de totaliser à la tête du Gouvernement.

Au vu des résultats obtenus, l’on peut attester que les Congolais sont satisfaits à 64% de la manière dont Jean Michel Sama Lukonde a géré le pays. Cette appréciation n’est pas la même selon qu’il s’agit du secteur. La sécurité et la pacification de l’Est du pays a enregistré le plus d’opinion négative. Par contre, la mise en œuvre du programme dans d’autres secteurs a globalement été approuvée à 76%.

Avec 62% d’opinions favorables, Jean Michel Sama Lukonde s’en tire avec une note de satisfaction pour sa première année au sommet de l’Exécutif national. Le Premier Ministre est même considérée par les Congolais comme la personnalité la plus marquante de la RDC après le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi.

LE MONDE PLUS


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising