Connect with us

Education

Éducation : La programmation et la gestion du Budget au centre d’un atelier de l’UNESCO à Kinshasa

Published

on

Des cadres des ministères de l’Éducation et de la Formation de la République Démocratique du Congo sont en atelier de renforcement des capacités sur la programmation et la gestion budgétaire.

La cérémonie d’ouverture de cet atelier organisé par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), en collaboration avec le Secrétariat Permanent d’appui et de Coordination du Secteur de l’éducation (SPACE), a eu lieu le mardi 13 mars 2023 au Pullman Grand Hôtel, à Kinshasa.

Pendant trois jours, soit du mardi 13 au jeudi 15 mars 2023, les participants vont échanger sur les différentes thématiques relatives à la programmation budgétaire et à l’élaboration des documents de cadrage budgétaire à moyen terme, en rapport avec la nouvelle loi-cadre des finances en République Démocratique du Congo.

En effet, cinq allocutions ont marqué cette cérémonie inaugurale, notamment le mot du Secrétaire Permanent du Space, suivi de celui du Représentant de l’UNESCO en RDC et de Secrétaires généraux aux affaires sociales, à la Formation professionnelle, à l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique, ainsi qu’au Budget.

Du côté des récipiendaires, l’on a noté la présence de plusieurs Directeurs et cadres de différents ministères, notamment de l’ESU, de l’EPST, de la Formation professionnelle, des Affaires sociales, du Budget, des Finances et des partenaires techniques et financiers.

Selon le Représentant de l’UNESCO, son institution manifeste la volonté de venir en appui au Gouvernement pour identifier les besoins réels des bénéficiaires et de répondre de la manière la plus appropriée aux besoins de renforcement des capacités identifiés.

Il estime que : ” les finances publiques doivent constituer le levier essentiel des axes d’interventions du Gouvernement, dans le cadre de la modernisation de l’administration, de la bonne gouvernance, assise sur une gestion axée sur les résultats “.

Pour sa part, le Secrétaire Général au Budget, prenant la parole pour ouvrir solenellement les travaux, a souligné que : ” le processus de mutation de gestion des finances oblige la RDC de passer du budget des moyens au budget programme, conformément à la loi N°11/011 du 13 juillet 2011, relative aux finances publiques “.

Et d’ajouter : ” la mise en œuvre de la nouvelle loi sur les finances publiques contraint tout acteur concerné à mieux maîtriser les nouvelles orientations et innovations apportées au regard de la gestion sur les résultats et des performances y afférentes “.

Notons, en guise de conclusion, que cet atelier de renforcement des capacités a le mérite d’éviter le déphasage entre les animateurs des ministères des finances et du budget et ceux des autres secteurs publics.

Jules KISEMA KINKATU/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Education

L’omerta insoutenable : Les abus sur les filles mineures dans les milieux artistiques congolais

Published

on

Dans les coulisses chatoyantes des orchestres et des groupes théâtraux congolais se cache un fléau indicible : l’abus sur des filles mineures. Malheureusement, ces pratiques sombres persistent, masquées par l’ombre du silence et de la tolérance. Malgré la gravité de ces actes, les autorités congolaises, notamment celles du ministère de la culture, de la justice, du genre et de la famille, semblent rester en retrait, laissant impunis ces crimes abominables.

Chaque note, chaque mouvement artistique devrait être empreint de passion et de respect, mais pour ces jeunes filles, l’art devient un piège, un terrain de chasse pour des prédateurs sans scrupules. Il est temps que la lumière de la justice éclaire ces ténèbres, que les voix de ces victimes soient entendues et que les coupables soient traduits en justice.

Les autorités congolaises doivent agir sans délai, mettre en place des mesures sévères pour punir ces actes odieux et protéger les plus vulnérables. Il est temps de briser le silence complice, de mettre fin à cette culture de l’impunité qui permet à ces prédateurs de prospérer au détriment de l’innocence bafouée des jeunes filles.

En sanctionnant avec la plus grande fermeté ces crimes innommables, en offrant un soutien inconditionnel aux victimes et en éduquant sur la prévention de tels abus, les autorités congolaises peuvent enfin marquer un tournant décisif dans la protection de la dignité et des droits des enfants dans les milieux artistiques. Il est temps d’agir, de mettre fin à cette tragédie silencieuse et d’assurer un avenir sûr et sain pour les générations futures.

TEDDY MFITU 

Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte