Connect with us

À la Une

Édith Mpunga aux Africaines: ” Le bien-être de notre continent doit nous préoccuper ! “

Published

on

En marge de la journée de la Femme Africaine, l’activiste sociale Edith Mpunga a élevé la voix pour conscientiser ses congénères du continent à plus des responsabilités. ” Éduquer une femme, c’est éduquer toute une nation. La femme est une bibliothèque…”, a-t-elle déclaré ce mardi le 3 août à CONGOPROFOND.NET.

” Femmes africaines, ne soyons pas des parents démissionnaires en laissant toute la charge à l’église ! Apprenons aux enfants à construire leur avenir, à investir, à connaître leurs origines et traditions … Nous sommes responsables de notre progéniture car Dieu nous en demandera des comptes…”, a fait savoir cette infirmière de formation ayant exercé durant 12 ans dans la fonction publique hospitalière en RDCongo et plus de 18 ans dans son pays d’accueil.

Initiatrice de la Fondation EMME (FEMME) dont l’objectif majeur est l’autonomisation de la femme africaine dans le secteur artisanal et agricole, Édith Mpunga révèle quelques qualités que doit remplir toute femme pour être capable de progresser dans son activité. Il s’agit, selon elle, de la curiosité, la motivation, l’humilité. Puis d’ajouter : Elle doit être capable de reconnaître ses limites et désirer les repousser, la persévérance, l’endurance, c’est la détermination de pouvoir surmonter les difficultés liées à toute expérience de la vie humaine et aller de l’avant jusqu’à la réalisation de son objectif. C’est la résilience !

Elle recommande à toute femme noire et africaine qu’elle soit maraîchère, businesswoman, femme politique, femme seule seule, mère au foyer, pasteur, servante de Dieu, activiste, femme de la résistance, éducatrice de masse… quelque soit son rang ou statut social, quelque soit son appartenance à une famille politique, que le bien-être de notre continent doit la préoccuper.
” Ne cherchons pas, femmes, à excuser notre inactivité. Chacune de nous doit savoir qu’elle a un rôle important à jouer dans la société. Elle ne doit pas avoir le complexe d’infériorité. Elle doit quitter la bassesse, les futilités, les injures sur la toile, le fanatisme, le tribalisme, la haine. Je l’exhorte à mettre la barre haut, à relever le défi par des débats constructifs, des conseils, par la dénonciation des inégalités et injustices, par des actions louables et concrètes pour le bien-être de son peuple”, a martelé l’activiste.

Fort de son expérience dans la diaspora, Édith Mpunga témoigne des “galères” qu’elle a vécues et encourage les femmes à rester fortes. ” Certains occidentaux étaient très surpris du fait que, malgré mon accent, je pouvais écrire correctement le français (rapports /transmissions des équipes).
J’ai bénéficié de certaines formations dans le domaine du leadership, de l’entrepreunariat, de la vie associative (socio-culturelle et humanitaire) dans laquelle J’ai évolué pendant plus de 10 ans. Vivant, évoluant et travaillant dans un milieu multiracial et multiculturel, j’ai appris à connaître et à apprécier certaines traditions, coutumes et cultures africaines”, a-t-elle confié.

Prônant l’éducation des enfants, Édith Mpunga demande aux Africaines de leur inculquer des vraies valeurs telles que : l’honnêteté, l’impartialité, le respect des institutions et autorités établies, la sincérité, l’amour du pays, le service à la nation…

En guise de conclusion, cette Congolaise invite les Africaines à prendre pour modèles les grandes dames qui ont marqué l’histoire de l’Afrique, notamment la reine 𝙉𝙯𝙞𝙣𝙜𝙖 de Ndongo (Angola), Ellen Johnson Sierleaf( Libéria), Samia Suluhu( présidente de la Tanzanie), Mama Marthe Kasalu Tshisekedi, Denise Nyakeru Tshisekedi, etc.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Kinshasa : La Bracongo fait un don des matériels médicaux au CNPP

Published

on

Ce vendredi 12 août 2022 , la société commerciale Bracongo, sous l’impulsion de Cyril Seconds, son directeur général, a gracieusement offert des matériels médicaux destinés à prendre en charge les malades dans le service des soins intensifs du Centre neuro-psycho pathologique (CNPP) .

Ses représentants, Afi Kolokey, Responsable RSE-communication interne et institutionnelle, Joseph Sekabo, chargé RSE- communication interne et institutionnelle et Jacques Mbambi, responsable service médical, ont fait savoir que cette action sociale est une petite pierre apportée par leur entreprise afin de contribuer à l’épanouissement de cette institution médicale nationale et ainsi renforcer ses capacités.

Dans le lot des matériels apportés, il y a : des moniteurs multi-paramétriques, défibrillateur pour la réanimation, des électrodes et leurs câbles, la sonde saturometre, de pression artérielle, une centrifugeuse, etc.

Ému par cette démarche, le Professeur docteur Ngoma Malanda Valentin, médecin directeur du CNPP et vice doyen de la faculté de médecine, a témoigné que ces appareils constituent un véritable soulagement pour eux. ” C’est un don d’une valeur inexprimable ! “, dit-il.

A l’en croire, le cerveau est la commande de tout l’organisme. Cependant, son institution avait encore une machine radiologique des années 60 qui a cédé, car tombé en panne. Bien encore, un autre appareil en céphalographie qui est bien là, mais malheureusement, présente des problèmes de défaillance.

Ces appareils ont étés remis entre les mains du professeur docteur Ngoma Malanda Valentin, médecin directeur du CNPP, qui les a, ensuite, remis au docteur Okitundu Luwa, chef du département de neurologie. Ce dernier les confiera, enfin, au professeur docteur Bumoko Makila Mabe Guy, secrétaire du département de neurologie.

D’ores et déjà, Bracongo a promis de faire encore plus dans le futur pour cette structure.

Rappelons que l’hôpital psychiatrique dénommé « Centre Neuro Psycho Pathologique », est une des entités sous dépendance de l’Université de Kinshasa.  Elle est spécialisée dans le domaine de la recherche médicale et sanitaire.

Ce centre tire ses origines de l’institut Neuro Psychiatrique érigé en 1926 sur le mont Stanley, actuellement Mont-Ngaliema qui entre en activité en 1928 avec comme statut d’asile pour divers malades notamment les aliénés mentaux, les tuberculeux et les lépreux.

En 1970, dans le souci d’agrandir le service de neurologie, les autorités des cliniques universitaires de Mont-Amba ont décidé d’associer le Président de la République à ce projet.

C’est ainsi que ce dernier accordera un fond qui permit la construction d’un centre neurologique au Mont-Amba.

C’était le 2 janvier 1973 que fut inauguré l’actuel centre Neuro Psychopathologique du Mont-Amba. Celui-ci demeura sous tutelle de la  présidence de la république jusqu’en 1977.

Le centre a la capacité d’accueil de 450 patients. Mais  vu la crise qui sévit la population congolaise, ce centre tourne à peine à 10% de sa capacité réelle.

 Il est limité à l’est par les quartiers Livulu et Mbanza-Lemba à l’ouest par le Mont-Ngafula, au sud  par le centre hospitalier du Mont-Amba, et au nord par le rond-point Ngaba.

Astrid Ntumba( Stagiaire IFASIC) & Benjamin Kapajika/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising