Connect with us

À la Une

Eau et électricité : Ilunga Ilunkamba réunit les responsables de la Regideso et SNEL

Published

on

 

Le Premier ministre et chef du Gouvernement Sylvestre Ilunga Ilunkamba a réuni en séance de travail, le lundi 9 novembre 2020 à la Primature, le ministre d’État en charge des Ressources hydrauliques et Électricité, Eustache Muhanzi Mubeme, le directeur général de la Société nationale d’électricité (SNEL) Jean Bosco Kayombo, et celui de la Regie de distribution d’eau (Regideso), Clément Mubiayi Nkashama. Il était question, au cours de cette séance de travail, d’évaluer les conditions d’amélioration de la desserte en eau potable et en l’électricité après toutes les difficultés de dernières semaines qu’ont connu la SNEL et la Regideso.

Selon le ministre d’Etat aux Ressources Hydrauliques et Électricité, cette séance de travail a abouti à des solutions devant aider à améliorer la desserte en eau et en électricité.

« Nous avons passé en revue toutes les difficultés de dernières semaines et avec le chef du Gouvernement, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, nous nous sommes accordés sur un certain nombre de solutions qui puissent aider à améliorer cette desserte. Nous avons en plus convenu d’une prochaine réunion dans les 48 heures pour, qu’ensemble, nous trouvions des solutions durables pour améliorer la fourniture en eau et en électricité », a dit devant la presse à l’issue de la réunion Eustache Muhanzi Mubembe.

S’agissant des difficultés en fourniture d’électricité, le Dg de la SNEL a informé le Premier ministre que les pannes des machines du barrage hydroélectrique d’Inga ont été réparées, et la situation a été stabilisée, mais qu’il faut à présent veiller à assurer la maintenance des machines pour éviter d’autres désagréments.

« Nous devions rapidement rattraper la situation, ce qui est fait aujourd’hui, nous venons d’informer le chef du Gouvernement Sylvestre Ilunga Ilunkamba qu’on a rétablit toutes les machines qui étaient en panne, et maintenant, il reste à stabiliser la situation pour que les fêtes de fin d’année se passent sans problème. Inga a 50 ans d’âge, 4 machines sur 6 sont déjà réhabilitées mais il y a deux machines qui sont un peu vielle de 50 ans, donc elles peuvent tomber en panne de temps en temps, nous devons faire des efforts pour les fiabiliser avec des maintenances qu’il faut pour qu’elles tiennent avant la réhabilitation. C’est la même chose avec la Inga 2 », a complété le Dg Jean-Bosco Kayombo.

Côté fourniture d’eau potable, le Dg de la Regideso a révélé que le Gouvernement a consenti des efforts dans l’approvisionnement en intrants pour le traitement de l’eau, et l’amélioration de l’outil de production. Des usines de traitement d’eau potable sont en construction, des groupes motopompes commandés sont arrivés et bientôt seront installés.

« Nous demandons à la population de voir les efforts entrepris par le Gouvernement. Depuis l’année passée, nous avons commencé la construction des usines, il y a l’usine de Lemba Imbu, Ngaliema, grâce au projet de cent jours du Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi, nous avons commandé les groupes moto pompes pour Ndjili. Aujourd’hui, ces groupes sont à Kinshasa encore à la Douane et l’autorité vient d’intervenir, on va faire sortir ça pour les installer dans quelques semaines, ils pourront apporter une petite modification dans l’amélioration de la desserte en eau. Il y a l’approvisionnement en produits chimiques qui posait problème, l’autorité vient de nous donner la voie qui nous permettrait d’avoir ces intrats de potabilisation de l’eau dans quelques semaines », a-t-il rassuré.

Rappelons-le, la décision de réunir les DG de la Regideso et de la SNEL fait suite aux recommandations de la dernière réunion du Comité de conjoncture économique. Le Premier ministre, en gestionnaire quotidien de la République, voulait en savoir un peu plus pour s’activer en vue de soulager la population en difficulté.

MUAMBA MULEMBUE CLÉMENT/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Nord-Kivu/Ituri : Sama Lukonde relève les différents points saillants de sa mission de suivi et évaluation de l’état de siège

Published

on

By

 

 

Arrivé à la fin de sa tournée de suivi et évaluation de l’état de siège dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu, le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge a dressé, vendredi 23 septembre 2022, dans la soirée, avant de quitter Goma, le bilan de ses activités dans cette partie du territoire national, où il a été, non seulement pour évaluer la mise en œuvre de l’état de siège, mais aussi pour être aux côtés des familles endeuillées et celles déplacées à la suite des atrocités commises par les forces négatives, dont les ADF et les terroristes du M23 soutenus par le Rwanda.

Résumant sa mission officielle dans les deux provinces en état de siège, le Premier Ministre s’est exprimé en ces termes :

 

« Tout d’abord, je voudrais revenir sur l’annonce que j’ai faite lorsque je suis arrivé ici, à Goma, dans la province du Nord-Kivu. J’ai mentionné que nous étions là, à la suite de la demande de l’autorité suprême de venir faire une évaluation. Comme vous savez, la paix et la sécurité dans cette partie du pays, sont très chères à Son Excellence, Monsieur le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Nous avons entamé cette tournée depuis quelques jours, ici à l’Est de la République démocratique du Congo, en commençant par l’Ituri, où nous avons eu d’abord un Conseil de sécurité, puis des échanges avec toutes les forces vives. Cela nous a permis d’avoir un aperçu clair à ce niveau-là, des travaux qui doivent se faire surtout dans la sensibilisation, les discussions intracommunautaires, qui vont déboucher finalement sur des discussions intercommunautaires. Ça, c’est pour la province de l’Ituri. Et, le combat qui doit continuer à se faire en ce qui concerne les ADF, qui continuent à endeuiller nos populations ».

 

A Goma, tout comme à Bunia, cette tournée était l’occasion, pour le chef du gouvernement, de discuter aussi avec toutes les forces vives en vue d’avoir leur ressenti et mieux orienter l’action Gouvernementale pour le mieux-être de la population de ces terroirs.

 

 » Ici, dans la province du Nord-Kivu, comme nous l’avions fait aussi d’ailleurs dans l’Ituri, nous avons annoncé que nous venions pour d’abord, être aux côtés de ces familles qui sont endeuillées, être aux côtés de ces familles qui sont déplacées. Vous connaissez cette situation que nous avons dans le Rutshuru. A Bunagana, nous avons ces familles des déplacés, qui sont d’ailleurs rentrées par patriotisme et qui ont besoin de l’assistance humanitaire. Nous avons promis d’être vraiment à leurs côtés. Ensuite, nous avons eu aussi, ici, un Conseil de sécurité, où l’état de la province nous a été donné. C’était l’occasion aussi de discuter avec toutes les forces vives et avoir leur ressenti que cela puisse mieux orienter notre action. Donc, sur les points saillants, nous avons reçu cette revendication, qui avait été faite par rapport à la Monusco. Nous avons discuté avec les mouvements citoyens, avec la société civile. Nous avons fait appel à leur sens de responsabilité, en disant que la constitution garantit toute forme de revendication, mais la constitution garantit aussi le droit à la vie. Et que c’est important, pour nous, en tant qu’autorités, qui avons la responsabilité justement de la protection des biens et des personnes, que nous soyions toujours au fait en termes de responsabilité. Nous avons eu a déplorer récemment dans le cadre de ces revendications, demandant le retrait de la Monusco, à regretter, à déplorer des morts. Nous ne voulons plus voir cela arriver. Et donc, c’était vraiment une demande de responsabilité pour qu’on s’assure que nous épargnons des vies. Nous sommes déjà dans une situation sécuritaire difficile. Il faut concentrer nos forces là où nous avons véritablement ces forces négatives, cette agression que nous avons, qui est activée par le Rwanda. C’est là que nous devons mettre l’énergie. Ça, c’était l’un des premiers faits saillants qui a été dans nos échanges. Ensuite, nous avons échangé sur d’autres questions qui préoccupent la population, notamment la sécurité, le banditisme, et nous assurer qu’avec les autorités militaires, nous puissions adresser ces questions surtout autour des questions des tracasseries qui ont été mentionnées. Nous estimons que nous, en tant qu’autorités, nous devons suivre ce que la population nous dit et travailler dans le sens de lui garantir son bien-être. C’est une population, qui n’a que trop souffert. Et donc, nous sommes très sensibles aux messages qui nous sont donnés », a-t-il ajouté.

 

Sensible aux demandes de la population, le chef du gouvernement a instruit le gouverneur militaire du Nord-Kivu à trouver, de commun accord avec le Conseil provincial de sécurité, le moyen de lever le couvre-feu dans la ville de Goma.

 

 » Nous avons eu aussi cette demande qui a été faite particulièrement pour la ville de Goma, en ce qui concerne les restrictions en termes de déplacements. Et nous avons discuté avec le gouverneur militaire et donner une indication pour qu’il puisse très vite réunir le Conseil de sécurité et voir les modalités de lever le couvre-feu, tel que c’est vécu actuellement dans la ville de Bunia, tout en garantissant la sécurité des personnes. C’est un peu en résumé, ce qu’ont été nos échanges du point de vue des points saillants. Donc, c’est un travail qui va se faire et être annoncé très rapidement. Pour les autres questions purement sécuritaires et d’opérations militaires, nous réservons la primeur à Son Excellence Monsieur le Président de la République en termes de présentation du rapport, pour qu’il puisse nous donner des orientations. Nous sommes arrivés au terme de cette visite. Et nous remercions la province et tous ses fils et filles qui nous ont accueillis », a conclu le Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde.

 

 

Cellule de communication de la Primature


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising