Connect with us

À la Une

Droit de réponse de l’Université Nouveaux Horizons au sujet de l’article « UNH: le ras-le-bol des professeurs à Lubumbashi !  » publié dans CONGOPROFOND.NET

Published

on

L’Université Nouveaux horizons, UNH en sigle, est une jeune université privée dont le Fondateur est le Recteur Alexis Takizala lui-même.

Le Professeur Emérite Alexis Takizala a formé des milliers de jeunes Congolais depuis plus de 45 ans. Il est une Légende, un Modèle et une Référence dans le monde éducationnel. L’UNH est l’aboutissement de cette longue carrière académique. C’est la prunelle de ses yeux. Pour rien au monde, il saborderait cette institution qu’il a lui-même créée.

L’intégrité, la rigueur et l’honnêteté du Professeur Emérite Alexis Takizala sont connues de tous, à Lubumbashi et dans le pays entier. Je prends à témoin tous ceux qui le connaissent de longue date. Il l’a prouvé dans le monde politique quand il était Député national de 2006 à 2011. Il le prouve au barreau du Haut-Katanga où il est avocat depuis 28 ans. C’est dommage -c’est un euphémisme- que CONGOPROFOND.NET et OPERA n’aient pas vérifié, conformément à la déontologie journalistique, les allégations dont il est faussement accusé. En plus, vous avez, dites-vous dans votre article, rencontré les enseignants sur le site de l’UNH sans avoir informé les autorités compétentes de cette institution.

La vérité, la vraie, est que l’Université Nouveaux Horizons, à travers son Comité de Gestion, a fourni des efforts considérables pour assurer la bonne marche de l’Université pendant la fermeture décidée par le Président de la République, suite au COVID-19.

Grâce à quelques ajustements salariaux dictés par la conjoncture et strictement limités à cette période de fermeture, elle a pu maintenir la totalité de son personnel à qui elle a assuré une rémunération décente.
‘’On ne jette des pierres qu’à l’arbre qui porte des fruits’’, dit-on.

L’Université Nouveaux Horizons se porte très bien et poursuit résolument la mission qu’elle s’est assignée : l’excellence. Elle fait la fierté du Grand-Katanga et de la République Démocratique du Congo.

Aubin Mutondo
Chargé des Relations Publiques

 

Note De La Rédaction ( NDLR)

Monsieur Mutond,

Nous accusons réception de votre droit de réponse et vous en remercions. Nous l’avons publié comme vous l’avez souhaité et conformément aux textes régissant la presse. Cependant, CONGOPROFOND.NET, qui n’est pas acteur dans ce conflit, est convaincu d’avoir agi avec professionnalisme à la lumière des faits suivants :

1. Premièrement, pour votre information, le Recteur a été bel et bien interviewé dans son bureau par un de nos collègues avant la publication de notre article. Quoiqu’il ait été discourtois envers ce journaliste durant cet exercice, il s’était braqué à nos questions. Aussi, votre Recteur avait lui-même fixé rendez-vous à notre collègue après plusieurs tentatives de le rencontrer.

2. Deuxièmement, nous sommes heureux que vous avez reconnu, dans votre propre droit de réponse, avoir opéré des ajustements salariaux, en violation manifeste des recommandations des autorités de la République Démocratique du Congo et du Code de travail.

3. Troisièmement, vous n’avez répondu à aucune des préoccupations soulevées par vos enseignants et aux dénonciations faites par votre ancien Représentant des enseignants. Néanmoins, vous vous êtes tristement évertué dans la propagande et la démagogie au lieu de vider des questions auxquelles nous nous sommes civiquement posées dans notre dernier article relatif au malaise orchestré par les gestionnaires de votre université en défaveur de vos enseignants, qui sont des responsables et pères de famille.

C’est une grosse déception pour une université, qui prône l’excellence, dont un des représentants, dans votre droit de réponse, nous rappelle les tristes mémoires du « Mobutisme » en chantant la gloire d’un mortel.

4. Quatrièmement, à l’instar des questions salariales, nous sommes en possession d’autres documents flagrants sur d’autres sujets académiques, que nous allons publier dans les jours qui viennent, et sur ce, nous sollicitons officiellement et anticipativement une rencontre avec les autorités de votre université.

5. Cinquièmement, nous réitérons nos questions :

1. Les ajustements salariaux opérés ont-ils été faits avec l’accord des autorités compétentes (Inspection du travail et Ministère du travail et de prévoyance sociale) ?

2. Pourriez-vous partager des documents des autorités de la République Démocratique du Congo vous autorisant de réduire les salaires de vos enseignants et administratifs ?

3. Avant de réduire les salaires de vos agents, qui sont un droit acquis, avez-vous mutuellement discuté avec tous vos enseignants et administratifs sur cette décision ? Si oui, pourriez-vous partager un procès-verbal dûment signé par toutes les parties sanctionnant ces mesures ?

4. Quelle a été la hauteur, en pourcentage, de ces ajustements salariaux ?

5. Durant combien de temps avez-vous appliqué ces ajustements salariaux ? Pourriez-vous aussi indiquer les mois auxquels vous avez réduit les salaires de vos agents ?

6. Des déductions perçues sur les salaires de vos agents, durant le confinement et après, seront-elles remboursées aux concernés ? Si oui, quand allez-vous rembourser ces salaires ? Pourriez-vous partager le plan de remboursement ?

7. Pourriez-vous aussi confirmer ou infirmer si un avenant de réduction de salaire rédigé unilatéralement par le Recteur avait été remis au personnel académique ?

La Rédaction


There is no ads to display, Please add some

À la Une

PPC Barnet RDC dément la rumeur de rachat par une autre cimenterie congolaise

Published

on

PPC Barnet souhaite apporter un démenti fort et clair aux rumeurs de marché qui circulent concernant un éventuel rachat de l’entreprise par Nyumba ya AKIBA/ marque CIMKO.

PPC Barnet procède à cette mise au point sans équivoque et qui doit ne laisser la place à aucun doute : Il n’existe aucune discussion avec d’autres entités. De plus, un changement dans la structure de propriété de PPC Barnet n’est pas à l’ordre du jour.

La stratégie de développement de PPC Barnet en RDC, au lendemain de la publication de résultats positif, reste inchangée. Ainsi, PPC Barnet RDC souhaite rassurer ses clients, partenaires et collaborateurs et assume son ambition d’être leader des matériaux de construction dans le pays, depuis le commencement de sa production en 2017.

La direction générale de PPC Barnet et son conseil d’administration, ainsi que ses actionnaires congolais démentent formellement cette rumeur, qui ne sert qu’à déstabiliser le marché de la construction.

PPCB continuera sa production, il n’existe aucun risque de rupture de stock. PPC Barnet affiche des résultats positifs et encourageants sur le premier semestre 2022 et continuera d’acheminer son ciment dans l’ensemble des régions du pays, au plus près de la demande, afin de contribuer au développement économique national.

PPC BARNET est une usine intégrée de production de ciment, disposant d’un outil de production de dernière génération avec une capacité de 1,2 million de tonnes de ciment par an. L’entreprise représente un investissement de 300 millions de dollars et produit du ciment de qualité supérieure sous la marque Surecem (32.5) et le Surcast (42.5). Il emploie 179 salariés avec quatre bureaux commerciaux à Mbuji Mayi, Kisangani, Mbandaka et Gemena et des représentations à travers ses revendeurs. PPC BARNET est au cœur du développement des infrastructures en RDC et rend le ciment accessible à un prix abordable sur le territoire national.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising