Connect with us

Actualité

Dossier Mbororo : le gouvernement appelé à réagir immédiatement

Published

on

Les éleveurs Mbororo posent énormément des problèmes au Nord Est du pays, particulièrement dans le territoire de Faradje.

Cette situation a été au centre d’une assemblée générale de la société civile forces vives du territoire de Faradje dans la province du Haut-Uélé ce vendredi 24 mai 2019 à Faradje.

Cette rencontre intervient 3 jours après l’expiration du moratoire accordé à ces éleveurs étrangers par la commission ad hoc pour quitter ce territoire. Mais jusqu’à ce jour, aucun départ n’a été observé.

Les couches sociales de Faradje accusent le gouvernement congolais d’être complice dans ce dossier.
Aucune solution concrète n’a été trouvé depuis que ce problème se pose.
«Visiblement, les Mbororo n’ont aucune intention de quitter le territoire de Faradje sans application des mesures contraignantes de l’État congolais à leur endroit.
Le Gouvernement congolais ne veut pas les expulser du territoire national, cela frise une complicité. Entre temps, la population subit les conséquences néfastes de leur présence indésirable : dévastation des champs, tarissement des sources et cours d’eau, colmatage du sol, perturbations de l’écosystème, insécurité permanente due à leur esprit agressif,…», écrit la société civile dans son communiqué final du 24 mai 2019.

En outre, les leaders communautaires de Faradje indiquent qu’aucune forme de cohabitation n’est envisageable avec les éleveurs Mbororo.

C’est pourquoi ces forces vives appellent le gouvernement congolais :
« à suivre l’exemple du Congo Brazzaville et de l’Angola qui avait pris leur responsabilité pour expulser les congolais en séjour irrégulier dans leur pays respectifs, sinon, nous considérerons comme vivant dans un non Etat et nous en tirerons les conséquences.
À dater de ce 24/05/2019 jusqu’au 30/05/2019 si nous n’obtenons pas gain de cause, nous amorceront une série d’actions démocratiques », ont ils menacé.

Présenté comme une opportunité économique pour les habitants de Faradje, le dossier Mbororo est devenu un problème majeur dans ce coin du pays.

TMB/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Actualité

Kibali Gold Mine : Dr Mark Bristow dévoile les défis de l’an 2023 

Published

on

Le leadership de la société d’exploitation d’or Kibali Gold Mine a animé, ce lundi 30 janvier 2023, sa 47ème conférence de presse trimestrielle afin d’éclairer l’opinion publique sur ses activités en RDC. 

En somme, a rappelé Dr Mark Bristow, les investissements de Kibali en RDC, depuis 2009 à ce jour, dépasse les 4,4 milliards de dollars américains. A l’en croire, la plus grosse part, soit 2,36 milliards USD, a été consacrée au paiement aux entrepreneurs et fournisseurs. 1,21 milliard USD a permis de payer les redevances, impôts et permis d’exploitation. Quant aux salaires, ils ont bénéficié d’une enveloppe de plus de 610 millions USD, alors que 194,7 millions USD ont permis de construire des infrastructures et de soutenir les communautés locales.

Fort de ses solides performances et réalisations de 2022, Kibali va continuer, en 2023, à se concentrer sur l’extension de la durée de vie de la mine de Kibali avec des programmes d’exploration et de conversion des ressources de classe mondiale à Kibali.

Cette société, affirme son numéro 1, poursuivra, durant cette nouvelle année, l’exploration pour des réserves supplémentaires afin de remplacer les ressources épuisées.

Elle tient à augmenter l’automatisation au sein de sa mine souterraine avec l’installation du Multi-Lite à tous les niveaux de la mine souterraine.

Kibali promet de poursuivre le perfectionnement professionnel des Congolais afin d’augmenter le nombre de dirigeants et techniciens nationaux.

Il va compléter le PAR (Plan de Réinstallation) Kalimva/lkamva et développer des programmes économiques alternatifs dans les zones de Watsa/Durba et étendre son partenariat avec les agences de développement (USAID, GIZ).

 » Nous allons renforcer notre partenariat avec les entrepreneurs locaux et dynamiser la frontière économique déjà établie et continuer à établir des partenariats avec les communautés et maintenir notre licence sociale d’exploitation », a conclu le Dr Mark Bristow.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising