Connect with us

À la Une

Discours de haine en RDC: influenceurs, décideurs socio-politiques, intellectuels, etc. préparent un Plan de Riposte !

Published

on

En plein essor en RDC, les discours de la haine ont la faculté d’inciter à la violence, de saper la cohésion sociale et la tolérance, et de causer des dommages psychologiques, émotionnels et physiques à travers la xénophobie, le racisme, la haine et d’autres formes d’intolérance et de discrimination. Pour contrer ces discours de haine aujourd’hui, le Bureau de l’UNESCO à Kinshasa, en collaboration avec l’UNOCA, le BCNUDH et la MONUSCO a ouvert, ce mercredi 22 septembre au Pullman Hôtel de Kinshasa, un atelier sur les « stratégies de lutte contre les discours de haine en RDC ». Y prennent part: des acteurs politiques, membres de la société civile, responsables religieux, professeurs d’université, journalistes, influenceurs et leaders
d’opinions, etc.

Son objectif : est de susciter un consensus sur les stratégies, initiatives
et actions concrètes à prendre pour lutter efficacement contre l’émergence et la propagation des discours haineux ainsi que pour promouvoir la paix et le
vivre ensemble en RDC.

L’atelier va en outre développer une approche de dialogue interculturel afin de collecter de différentes expériences et connaissances auprès d’acteurs
engagés en vue de prévenir et d’éliminer le discours de haine dans la société congolaise.

Dans son mot de bienvenue, le représentant résident de l’UNESCO en RDC, Dr Jean-Pierre Ilboudo, a appelé l’assistance à traiter les discours de haine comme nous traitons tous les actes de malveillance : en les condamnant, en refusant
de les alimenter, en leur opposant la vérité et en encourageant leurs auteurs à changer de comportement.

Tout en appelant à la promotion de la coexistence pacifique, Jean-Pierre Ilboudo a exprimé son voeu de voir cette volonté de combattre la haine s’inscrire dans la durée. « La haine est un danger pour tous – et c’est donc l’affaire de tous que de la combattre. Ensemble, nous pouvons maîtriser cet incendie de haine et préserver les valeurs qui nous unissent tous dans une
seule et même famille humaine », a-t-il martelé.

Au nom du Premier ministre, la ministre près le Président de la République, Nana Manuanina, a relayé la vision du Chef de l’État sur les discours de haine.

Ce membre du gouvernement a appelé la cinquantaine de participants à cette session de faire un état des lieux sur les formes que prennent les discours de haine en RDC, d’en examinera les principales causes et d’esquisser les conséquences que ces discours de haine entrainent sur le plan de la cohésion sociale. Elle les a encouragés à mettre en place des stratégies et interventions concrètes à mettre en œuvre afin de réduire l’incidence des discours de haine, de lutter contre l’extrémisme et de promouvoir la paix et le
vivre ensemble en RDC.

Pour elle, enfin, il faut pour le pays un plan d’action spécifique à mettre en œuvre, en prévision des élections présidentielles prévues en 2023. Cet axe portera également sur quelques recommandations à verser aux discussions de la Conférence ministérielle mondiale prévue le 26 octobre 2021.

Notons que cet atelier va se clôturer ce vendredi 24 septembre sur fond de présentation de principales conclusions et recommandations de l’atelier au gouvernement.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET