mbet

Connect with us

Actualité

Diaspora: un Congolais reçoit le prix du meilleur mémoire de Master de la Faculté de droit à Neuchâtel (Suisse)

Published

on

Ce jeudi 29 novembre 2018 a eu lieu la cérémonie de remise des diplômes de la Faculté de droit de l’université de Neuchâtel en Suisse. Pour la communauté congolaise de Suisse, la cérémonie revêtait un caractère particulier par le fait qu’un de ses ressortissants, Christopher Nseka, a reçu le prix du meilleur mémoire de master pour son travail intitulé : “La protection des joueurs mineurs dans le football : le cas des transferts internationaux”. Il s’agit d’un thème d’une brulante actualité, ce qui amplifie l’intérêt de ce travail.

En effet, depuis le développement de la mondialisation, les transferts internationaux de footballeurs mineurs comportent d’énormes enjeux sportifs, économiques, socio-culturels… Ce mémoire avait pour but de déterminer si les règles juridiques relatives aux transferts internationaux des joueurs mineurs mises en place par la FIFA (Fédération Internationale de Football Association) protègent ces derniers de manière suffisante et adéquate.

Le travail proposé par notre compatriote est d’une qualité remarquable, tant par la pertinence de la réflexion et de l’analyse que par la structure.

Après une partie introductive sur le système des transferts en général, l’auteur procède à une étude approfondie de la réglementation en vigueur, en examinant notamment la manière dont les juridictions sportives interprètent les dispositions applicables et en relevant leurs principales lacunes.

Ensuite, il établit une approche comparative intéressante sur la validité des règles sportives de la FIFA au regard du droit suisse et européen. Il illustre également son travail par l’exemple du trafic international de joueurs mineurs africains, l’un des principaux fléaux du système actuel.

Enfin, le lauréat termine en proposant des solutions de réforme concrètes et réalisables, qui constituent un apport appréciable dans la compréhension de la problématique de son travail.

Ce mémoire a obtenu la note maximale tant notre compatriote a fait preuve de maîtrise dans la recherche et la rédaction de son travail. Selon le jury, le mémoire est particulièrement bien structuré et correctement rédigé, tout en restant accessible non seulement à un juriste confirmé, mais aussi à toute personne étrangère au monde du droit.

De plus, l’auteur n’hésite pas à exposer son point de vue critique sur la réglementation et la jurisprudence applicables.

De l’avis unanime des membres du jury, ce mémoire constitue une contribution intéressante dans le domaine du droit du sport.

Compte tenu de la qualité de son travail et de l’ensemble de ses résultats, Christopher Nseka a été nommé assistant à la Faculté de droit de l’Université de Neuchâtel, ce qui constitue un motif de fierté pour les Congolais de Suisse.

Relevons encore que notre compatriote pratique le football depuis son enfance. Entre ses 11 et 16 ans il a fait partie de la relève de Neuchâtel Xamax, le club professionnel de la ville de Neuchâtel qui milite en première division suisse. Ceci peut expliquer en partie l’intérêt qu’il a eu à traiter un sujet en rapport avec les footballeurs mineurs.

Notons que l’Université de Neuchâtel figure parmi les 20 meilleures universités mondiales de petite taille, selon le classement établi par Times Higher Education, le journal anglais basé à Londres et spécialisé dans le domaine des études supérieures.

L’Alma mater de Neuchâtel accueille plus de 4000 étudiants dont 22% sont d’origine étrangère.

Sur le plan de l’histoire, la cité de Neuchâtel est connue pour être la ville où a été imprimée la première traduction de la bible en français, à savoir la Bible d’Olivetan en 1535.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Actualité

Transport aérien : Désiré Balazire liste dix causes des difficultés de Congo Airways

Published

on

Dans une interview accordée à la presse (Econews), Désiré Balazire, ancien directeur général de Congo Airways, évoque sans ambages les causes qui sont à la base des difficultés actuelles de cette compagnie aérienne en particulier, et de la déstructuration – déstabilisation du secteur de transport aérien pourtant vital en RDC, mais à l’équilibre fragile.

Pour cet expert du transport aérien, il ne faut pas que le gouvernement induise la haute hiérarchie en erreur avec des mesures populistes et irrationnelles. De cette interview, il a énuméré 10 causes qui sont à l’origine des problèmes dans l’aéronautique civil en RDC.

Il s’agit notamment :

1. De la baisse de 40% du prix du billet décidée par Jean-Marie Kalumba, ministre de l’Économie déchu. La baisse de tarifs des billets d’avion a privé Congo Airways de 40% de ses revenus et a précipité la faillite de l’entreprise. Une décision purement politique et irrationnelle, a dénoncé Désiré Balazire.

2. La création de AIR CONGO, une nouvelle compagnie aérienne publique, en partenariat avec Éthiopian Airlines. “Cette décision ne répond à aucune logique économique. Comment l’Etat peut-elle créer une autre compagnie nationale pendant qu’il y a une compagnie nationale créée avec des fonds publics et qui a fait ses preuves ?”, a-t-il asséné. Et d’expliquer : “La stratégie se fait uniquement en fonction des intérêts d’Ethiopian Airlines… Ce serait une honte de s’allier à un autre pays pour créer une compagnie aérienne nationale, car le pays offre un marché potentiel avec ses 90 millions d’habitants, et sa position géographique permet à Kinshasa de devenir un hub. Le gouvernement devrait s’interdire d’induire la Haute hiérarchie du pays en erreur”.

3. Subventions de l’Etat irrégulières et modiques envers Congo Airways, malgré la pandémie de Covid-19.

4. Subventions inexistantes pour le secteur du transport aérien.

5. Congo Airways et des privés exploitent des lignes déficitaires sans contreparties des pouvoirs publics.

6. Prix élevé du carburant aérien (Jet A1). Il est supérieur à la moyenne dans la sous-région.

7. Le coût élevé de la maintenance,

8. Le coût élevé de la fiscalité et de la parafiscalité,

9. Le coût élevé des pièces de rechange,

10. La concurrence déloyale des compagnies aériennes étrangères.

Il faudrait, selon Désiré Balazire, relever ces défis pour sauver cette compagnie aérienne.

Petit Ben Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising