Now Reading:
Diaspora: Ancy Kiamuangana abandonne le gospel pour la musique “profane”
Full Article 2 minutes read

Diaspora: Ancy Kiamuangana abandonne le gospel pour la musique “profane”

Après avoir réçu la bénédiction spirituelle de son père et le soutien tous azimuts de sa famille biologique, la fille de Verckys Kiamuangana, Ancy, vient de faire son entrée de pied ferme dans l’arène musicale.

Sur le plan discographique, «Introducing Myself » est son premier essai musical de sa carrière.

Dans ce playing, elle a repris exceptionnellement la chanson «Nakomitunaka», une des meilleures compositions anthologiques de Verckys Kiamuangana.

Née à Kinshasa et grandie à Londres, cette jeune chanteuse a la chance d’avoir une très belle voix avec une sensibilité mélodieuse extravagante.

Son histoire avec l’art d’Orphée commence depuis son enfance. Elle a pris le goût de chanter, d’abord, à l’église, dès le bas âge. Donc, un fan fou du gospel. Et surtout, elle aimait beaucoup imiter les voix des stars de la musique anglo-saxonne et européenne.

Ancy et son père Verckys Kiamuangana

 

Elle a grandi dans l’influence de la musique occidentale. Des styles tels que R&B, blues, jazz, salsa, slow et aussi gospel ont suffisamment bercé son enfance. «Je suis Kinoise de naissance. Le Congo-RDC est mon pays. J’y suis rentrée pour faire ma musique ici chez moi. Pourquoi ne pas démontrer mon talent à mes frères et sœurs desquels j’attends un soutien énorme ?».

Très déterminée, Ancy Kiamuangana tient à inscrire son nom dans les annales de la musique congolaise.

Peu importe les influences musicales du monde, elle soutient que la rumba est sa base.

Au-delà de sa qualité de chanteuse-auteur-compositeur, elle a aussi le don d’interpréter. On peut bien le constater dans les chansons telles que «BM», d’Héritier Watanabe, un autre jeune chanteur congolais, ou «Molongi» du pasteur Mbiye Moïse dans lesquelles la fille de Kiamuangana a prouvé son talent en matière d’interprétation.
«J’ai hérité beaucoup de choses de mon père. Je ne joue pas au saxophone ou à la guitare comme lui, mais j’essaie d’arranger moi-même ma musique. Au-delà de tout, la voix est la meilleure des choses que Dieu m’a donnée gratuitement. Alors, j’ai vraiment besoin de votre soutien afin que cette musique léguée par nos ancêtres soit toujours au rendez-vous sur le marché international», a conclu la chanteuse Ancy Kiamuangana.

Vicaire Mfumu Mpetelo/CONGOPROFOND.NET

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

code

Input your search keywords and press Enter.
%d blogueurs aiment cette page :