Connect with us

Société

Développement des chaines des valeurs régionales des batteries électriques: Julien Paluku présente la pertinence d’un projet africain à l’AIWEEK 2022 à Niamey

Published

on

Le ministre de l’Industrie de la République démocratique du Congo, Julien Paluku Kahongya, en collaboration avec les partenaires impliqués dans le développement des chaine des valeurs régionales des batteries électriques entre la RDC et la Zambie, à savoir : UNECA, Afreximbank, CAEB (Centre Africain d’Excellence des batteries électriques), AMDC (African Minerals Development Center), ont co-animé une session le 21 novembre 2022 à Niamey en marge de la Semaine Africaine de l’Industrialisation. Une session qui s’est tenue dans la capitale nigérienne, Niamey, du 20 au 25 novembre 2022. Ce side event était axé autour du thème : « Comment valoriser le développement des chaines des valeurs régionales des batteries électriques et nécessité de construire une zone économique spéciale entre la République démocratique du Congo (RDC), et la Zambie ».

En prélude aux interventions et débats, le Commissaire Albert Muchanga de l’UA en charge de la diversification économique, commerce, industrie, mines, et tourisme et le Secrétaire exécutif Antonio Pedro de la CEA ont prononcé des discours.

Parlant de la pertinence du projet, Julien Paluku a expliqué le contexte de ce projet dans ce sens qu’il s’agit d’une question des minerais verts qui peuvent servir à la fabrication des énergies électriques. Il a déclaré que la RDC avait donc jugé utile de développer une chaine des valeurs des batteries électriques. A l’en croire, l’objectif était de capter le marché mondial d’ici 20 à 30 ans à travers un contenu local.

Selon lui, 2000 ha ont déjà été disponibilisés par rapport au site devant ainsi abriter ce projet et une étude de faisabilité a déjà été entreprise par l’UNECA qui est parmi les partenaires dans le cadre de ce projet, puisqu’il s’agit d’un intérêt particulier. Il a ainsi salué l’engagement politique africain autour de ce projet.

Toutefois,le ministre Paluku a précisé que le gouvernement collabore avec le gouvernement provincial du Haut-Katanga qui a été représenté par le ministre provincial Erick lors de ce side event.

De son coté, le professeur Mastaki a fait savoir que la CEA se focalise sur le développement d’une main d’œuvre locale au cœur de l’inclusivité de l’emploi. Il a ajouté que les banques congolaises ont été mises à profit dans le cadre de la durabilité environnementale pour la mise en place d’une zone économique panafricaine d’un modèle nouveau.

La Banque Afreximbank a souligné, à travers son représentant, que le premier stade sur l’étude de préfaisabilité, qui jettera les bases dans le cadre du projet, a déjà été mise en œuvre. Un rapport sur l’ensemble du coût avec un plan de financement est déjà en cours. Il a estimé que ce projet est une opportunité à saisir pour l’Afrique.

Dr Marit Y. Kitaw, directrice de l’African Minerals Development Center (AMDC), a reconnu le fait que la RDC a cet avantage par rapport au coût et à l’émission comparativement à la Chine, la Pologne et l’étranger. L’ensemble du coût du projet s’élève à 39 million USD. Pour elle, il s’agit d’une phase pour développer une stratégie pour les minéraux verts et de renchérir que cela est non négociable d’exporter nos matériels à l’état brut, car il n’y a pas de développement économique dans développement industriel.

Prof Kanda Jean-Marie du CAEB a estimé que ce projet s’inscrit dans la vision africaine de formation, recherche et innovation. Il a martelé que la recherche se veut être appliquée pour une technologie africaine et l’identification des intelligences qui sont mises à contribution dans le cadre du projet.

Melba Muzola/Envoyée spéciale CONGOPROFOND.NET à Niamey


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Kinshasa : Un policier tue son amante et ses 3 enfants avant de se donner la mort !

Published

on

Auguy Kayembe, policier de son état, s’est donné la mort dans la nuit du 30 janvier 2023 après avoir tué son amante et ses trois enfants au quartier Bibwa dans la commune de N’Sele (Kinshasa).

Selon le témoignage d’un enfant (rescapé) de la défunte, tout est parti d’une dispute entre les deux amants dans leur chambre à coucher. S’en est suivi de coups de balles tirés par Auguy Kayembe sur Bibiche Musalu, elle aussi policière.

La scène macabre, digne d’un film de Hollywood, pouvait se terminer par un bilan encore plus lourd n’eût été la vigilance des voisins du quartier.

Ce jour-là, raconte Prosper (20 ans), Auguy Kayembe est rentré un peu tard à la maison et tenait, à tout prix, à échanger avec son amante sur un sujet très important, avant de rentrer à son poste de travail où il devait assurer la garde jusqu’au matin. Après quelques minutes d’échanges, le ton monte et la dispute s’invite.

« Un coup de balle a retenti dans la chambre où se trouvaient maman et son amant. Curieuse, ma sœur s’est rapprochée de la pièce pour en savoir un peu plus. Lorsqu’elle ouvre la porte, elle est accueillie par une balle à la tête et se retrouve par terre. Étonné, mon frère s’est empressé pour secourir la sœur encore agonisante. Malheureusement, il subira le même sort que les deux autres corps inertes. C’est alors que je me suis senti en insécurité et j’ai résolu de me cacher sous le fauteuil. J’ai vu l’assassin sortir de la chambre, rassembler quelques papiers et habits pour tenter d’incinérer les corps sans vie de ma mère, ma sœur et mon frère. Comme si cela ne suffisait pas, il s’est rendu dans la chambre où se trouvait ma sœur cadette qu’il tua à coups de baïonnette. Je me suis retrouvé chez les voisins après avoir escaladé le mur mitoyen pour chercher secours », a déclaré Prosper.

C’est après les cris de détresse de Prosper qu’un groupe de policiers et militaires s’est retrouvé sur le lieu pour maitriser le meurtrier et en savoir un peu plus.

Alors que les militaires cherchaient à maitriser le policier incivique, ce dernier replia dans la résidence de son amante où il a été hébergé pendant plus de cinq ans. Il se donna la mort après avoir tenté d’incendier la pièce de la maison où il s’était caché. C’est alors que les agents de l’ordre ont récupéré tous les corps sans vie y compris le policier et les ont conduits à la morgue.

Fortement touché par l’assassinat ignoble des siens, Prosper est inconsolable. Il souhaite le rétablissement de l’état de santé de sa sœur cadette grièvement blessée par le meurtrier et prise en charge par le Centre hospitalier initiative plus, œuvre de l’épouse de l’ex président Joseph Kabila, situé dans la commune de N’sele.

Aux dernières nouvelles, Auguy Kayembe vivait en union libre avec Bibiche Musalu depuis plus de cinq ans, abandonnant ainsi sa femme « légitime » et ses « enfants » au Camp colonel Kokolo, dans la commune de Ngaliema.

Selon certains membres de famille de la défunte, le meurtrier Auguy Kayembe a été pris en charge par Bibiche Musalu pendant tout le temps qu’ils ont vécu ensemble.

KAOM


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising