Connect with us

À la Une

Détenus oubliés, surpeuplement, conditions hygiéniques précaires, etc.: Fabrice Puela palpe du doigt les réalités des prisons de Kinshasa

Published

on

Le ministre des Droits humains, Albert-Fabrice Puela, a visité ce jeudi 10 juin les prisons de Ndolo et centrale de Makala. Objectif : évaluer les conditions carcérales dans ces centres pénitentiaires de la capitale congolaise, un des aspects importants des droits humains.

C’est autour de 11 heures que la ronde de la prison a commencé après un tête-à-tête entre le ministre et le directeur de la Prison centrale de Makala, Flory Kadimba. Plusieurs pavillons parmi les 11 que compte la maison carcérale, ont bénéficié de la visite de Puela.

Du pavillon 3/A, où ce membre du gouvernement a échangé avec quelques détenus sur leurs conditions carcérales et l’état de leurs cellules, en passant par le terrain de foot, les pavillons 9 en réhabilitation, 10 pour filles mineures jusqu’au 11/B pour garçons mineurs, tous ces compartiments ont été visités.

Il y ressort plusieurs cas d’irrégularités : des prisonniers oubliés, des détenus ayant passé 5 ou 12 ans sans être jugés ni condamnés, des vendeurs dans des cellules de prison, l’effondrement prochain des toits de certaines cellules, des conditions hygiéniques d’une précarité rare, etc.

A l’infirmerie pour femmes et au centre hospitalier pour hommes, il a fait le constat d’un manque criant des médicaments, d’une insuffisance du personnel soignant qui, du reste, travaille sans prime ni motivation.

Albert-Fabrice Puela a donc fait « un constat amer », promettant de plaider pour l’amélioration de la situation.

Inaugurée en 1958, la Prison centrale de Makala avec sa capacité d’accueil de 1500 détenus, compte à ces jours 8444 pensionnaires. Elle est donc exagérément surpeuplée.

Le cortège du ministre a, par la suite, tourné le dos à la prison centrale de Makala en direction de la prison militaire de Ndolo. Le constat sur place ressemble à celui de Makala. Le ministre a trouvé presque les mêmes conditions.

Ici, il a commencé par avoir un échange avec le commandant de la prison Flory Manga. Celui-ci a rappelé que Ndolo date de l’époque coloniale et était construit pour accueillir 540 pensionnaires. Elle en compte actuellement 2060. Une surpopulation qui entraîne la promiscuité qui, elle, engendre des sérieux problèmes sanitaires.

Notons à la suite du directeur de la prison militaire de Ndolo, en réalité ce site ne compte que 300 pensionnaires condamnés sur les deux milliers qu’elle rengorge.

A Ndolo, Albert-Fabrice Puela a visité le quartier femme, les pavillons A1, B1, A2 et A3. Promettant ici de poursuivre le travail qu’il a entrepris sur l’amélioration des conditions carcérales.

Petit Ben Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Mines : Kibali aux commandes de la création de valeur durable

Published

on

 L’investissement de la mine d’or de Kibali en République Démocratique du Congo dépasse maintenant $4 milliards et a créé une économie régionale florissante dans une région reculée du pays grâce à des partenariats avec des entrepreneurs locaux bénéficiant d’un encadrement, à l’amélioration des communautés d’accueil et à la modernisation des infrastructures essentielles.

Lors d’un point de presse ce mardi 5 juillet, Mark Bristow, Président et Directeur Général de Barrick, a déclaré que Kibali n’était pas seulement la plus grande mine d’or d’Afrique, mais aussi un leader mondial en matière d’automatisation, d’initiatives de durabilité, d’énergie propre et de formation professionnelle.

« Grâce à la politique de Barrick en matière d’emploi et de promotion au niveau local, 94% de la main-d’œuvre de Kibali, y compris sa direction, sont des ressortissants congolais. Aujourd’hui, Barrick fait également la promotion de l’emploi des femmes dans l’industrie minière, traditionnellement dominée par les hommes, grâce à des campagnes de recrutement ciblées et à des programmes de développement conçus pour les préparer à des carrières enrichissantes à tous les niveaux de l’organisation, », a-t-il ajouté.

Kibali est en bonne voie pour atteindre ses objectifs de production pour l’année et a de nouveau enregistré un trimestre sans accident avec perte de poste. Ses trois centrales hydroélectriques de classe mondiale atténuent l’impact de la hausse des prix du carburant et réduisent considérablement l’empreinte carbone de la mine. Selon Bristow, les centrales ont été construites bien avant que le changement climatique ne devienne une question prioritaire, ce qui démontre l’engagement de longue date de Barrick en faveur de la durabilité dans toutes ses activités.

Les réserves d’or de Kibali ont augmenté, remplaçant les quantités exploitées durant les trois dernières années, et le forage de conversion en cours devrait poursuivre cette tendance, malgré une production supérieure à 5.7Moz d’or à ce jour1. L’exploration en cours offre de nouvelles opportunités de croissance avec un potentiel d’accroissement de la base des ressources minérales au-delà de l’étude de faisabilité initiale.

Les projets locaux de durabilité comprennent la construction d’une ferme aquaponique de classe mondiale et celle d’un centre de formation professionnelle et technique pour promouvoir le renforcement des capacités au sein de la communauté. Suite à son approbation par le gouvernement, la mise en œuvre du mécanisme de cahier des charges a pu commencer. Il s’ajoutera à l’engagement actuel d’investir 0.3% du chiffre d’affaires dans des projets communautaires identifiés en consultation avec les comités de développement communautaire de la mine.

Kibali continue également à investir dans l’avenir de la biodiversité africaine en soutenant le parc national de la Garamba, qui a vu une augmentation substantielle de la population de girafes et la quasi-élimination du braconnage des éléphants. Elle parraine également un projet de réintroduction du rhinocéros blanc dans le parc, ce qui est essentiel dans la campagne à long terme de protection de cette espèce menacée.

« Le parcours de Kibali a créé une valeur énorme pour toutes ses parties prenantes et constitue un exemple remarquable de ce que les partenariats mutuellement bénéfiques peuvent accomplir. Sa grande réserve en or signifie qu’elle a un long avenir devant elle en tant que moteur de la croissance économique et du développement communautaire, » a déclaré Bristow.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET

There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising