K-WA Advertising

Connect with us

À la Une

Denise Nyakeru T. et André Flahaut évoquent la réussite de leur action commune sur les siamoises congolaises

Published

on

Arrivée le 4 mars dernier en Belgique, Denise et Cécile, deux petites siamoises congolaises nées en province du Sankuru (RDC) au mois de novembre 2020, ont été opérées la semaine passée à l’Hôpital universitaire des enfants Reine Fabiola. L’intervention chirurgicale s’est déroulée avec succès au plus grand soulagement de la famille et des proches.

Très sensible aux actions visant la santé des femmes et des enfants, la Fondation Denise Nyakeru Tshisekedi avait répondu positivement à l’appel lancé fin 2020 par l’ASBL belgo-congolaise les Collines de Selembao et sa Présidente, Mme Cécile Edungu, pour soutenir, financer et organiser en Belgique l’opération destinée à séparer les deux petites filles.
Avec l’appui déterminé du Ministre d’État André Flahaut, Député fédéral, président du Groupe d’amitié interparlementaire Belgique-RDC, et dans une dynamique de partenariat humanitaire entre nos deux pays, les petites siamoises ont pu être prises en charge par les meilleurs spécialistes et une équipe soignante très impliquée.

Saluons, à cet égard, le professionnalisme et l’engagement sans faille de chacun en dépit du contexte sanitaire. Saluons aussi les nombreuses interventions personnelles, celle de Mme Laurette Onkelinx (Ministre de la Santé publique de 2007 à 2014) par exemple, ainsi que le concours des services de l’Ambassade de RDC en Belgique.

À l’occasion de sa visite en Belgique, Mme Denise Nyakeru Tshisekedi, Première dame de la République démocratique du Congo, a rencontré, ce mercredi 17 mars, le Ministre d’État André Flahaut pour évoquer la réussite de leur action commune sur ce dossier et renforcer, dans une démarche de confiance, les liens de solidarité entre la Belgique et la RDC.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET

À la Une

RDC : L’APLTP plaide auprès des députés pour l’adoption de la loi sur la lutte contre la traite des personnes

Published

on

La commission Genre, Famille et Enfants de l’Assemblée nationale a reçu, ce mercredi 18 mai dans la salle des spectacles du Palais du peuple, l’Agence de prévention et de lutte contre la traite des personnes (APLTP), en collaboration avec l’OIM, dans le cadre du plaidoyer pour le vote d’une loi spécifique qui réprime les délits de la traite des personnes en RDC.

L’objectif de cet atelier, à en croire Pierre Matuku Matuku, représentant du ministre des Droits humains, est que les députés nationaux s’approprient et soutiennent le projet de loi sur la traite des personnes, lequel projet se trouve déjà au bureau de l’Assemblée nationale. Selon lui, cela va permettre au pays d’être en harmonie avec la convention de Palerme, ainsi le pays sera doté d’une législation propre.

Dans ce même ordre d’idée, le coordonnateur adjoint de l’APLTP, Kuku Kiese, ce projet de loi vise à incriminer les actes ou les faits de traite qui ne sont pas encore pris en compte par le droit actuel. Il en outre donné l’avantage d’avoir cette loi: “Cette loi va enrichir le code pénal congolais en particulier la section 5, titre 1er en y ajoutant un arsenal des infractions en matière de traite des personnes visant essentiellement la protection de la dignité humaine tel que consacré par l’article 16 de notre constitution”, déclare-t-il.

La députée Christelle Vuanga, présidente de la commission Genre, famille et enfants, rassure qu’à travers cette rencontre, ses collègues et elle s’attendent à ce qu’il y ait une loi qui comble le vide juridique.

Nous n’avons pas une loi spécifique qui réprime les pratiques de traite des personnes. Si la commission genre a été impliqué à cet atelier c’est parce que la majorité des victimes de la traite des personnes est constitué des Femmes et des enfants. Nous ferons de notre mieux pour convaincre plus de la moitié de nos collègues afin de faire voter ce projet de loi.”, en poursuivant que l’actualité étant prise en otage par des filles et enfants amenés outre mer pour des services non appropriées, il est plus qu’urgent pour la RDC d’avoir une loi qui mette fin à toutes ces pratiques.

Quant à son collègue Daniel Safu, membre de la commission défense et sécurité, il croit que toute la lutte congolaise qui remonte avant même l’indépendance s’articule autour de la dignité humaine. “ En RDC la dignité humaine est bafouée alors qu’ailleurs elle constitue une valeur par excellence. Nous sommes en retard. Le combat de Mfumu Kimbangu s’articule autour de la dignité humaine. Lorsqu’il y a traite des personnes, l’homme perd certaines valeurs et certains droits. Il est assimilé à un objet, à un animal. Sur ce, je salue l’implication du chef de l’État d’avoir créer cette agence qui lutte contre la traite des personnes. Nous devons soutenir ce projet pour qui la loi soit votée d’autant plus qu’il relève de la dignité de nos électeurs.”, indique-t-il, avant de lancer un appel à tous les députés, en s’interrogeant, “si nous les hommes, nous n’accompagnons pas les femmes dans cette lutte de la dignité des femmes et des enfants, que deviendra notre société ?”

Selon Fils-Lien Ely Thelot qui a représenté le chef de mission, l’OIM sensibilise la population sur les différentes pratiques pouvant être assimilées à de la traite des personnes en RDC, accompagne les victimes de cette violation grave de la dignité humaine et offre à ces dernières une assistance holistique en vue de leur réinsertion sociale. “ L’absence d’une loi spécifique sur la traite des personnes offre un terreau favorable aux trafiquants d’êtres humains et laisse les magistrats désarmés, impuissants. Les victimes, qui sont principalement des femmes et des enfants, en souffrent terriblement. De plus, l’absence d’une loi qui criminalise la traite des personnes pourrait, dans les mois à venir, constituer une entrave nuisible pour l’aide publique au développement de la RDC.”

Avec l’aide financière du gouvernement américain, par l’entremise de l’USAID, l’OIM réitére son engagement auprès de la population congolaise en matière de lutte contre la traite des personnes et continue de soutenir l’APLTP dans cette démarche. L’OIM promet de demeurer toujours aux côtés des acteurs de première ligne pour les encadrer dans l’identification, le référencement, la prise en charge et la réinsertion des victimes.

Sachez que le projet de loi se trouve déjà au bureau de l’Assemblée nationale. L’APLTP espère qu’après son plaidoyer, cette loi sera votée pendant la session en cours.

Elda Along/CONGOPROFOND.NET

Continue Reading

K-WA Advertising