mbet

Connect with us

À la Une

Délinquance faunique: nouvelle arrestation des présumés trafiquants d’ivoire à Brazzaville

Published

on

Deux présumés trafiquants d’ivoire, tous de nationalité Congolaise, ont été arrêtés en flagrant délit de détention, circulation illégales de deux pointes d’ivoire, sectionnées en quatre morceaux, pesant au total une vingtaine de kg. L’arrestation a eu lieu ce 31 octobre 2018, à Talangaï dans le sixième arrondissement de Brazzaville.

Ces individus appartenant à une même famille ont été interpellés par les éléments de la gendarmerie nationale et de la Direction Départementale de l’Economie Forestière de Brazzaville avec l’appui du PALF (Projet d’Appui à l’Application de la Loi sur la Faune Sauvage).

Ces ivoires proviendraient de Mossaka dans le Département de la Cuvette. Ivoires qu’ils ont l’habitude de dissimuler dans les sacs de foufou ce, pour tromper la vigilance des services de contrôle le long du trajet Mossaka-Brazzaville.

Les ivoires saisies par les services de sécurité

Ces deux prévenus sont connectés à un grand réseau des trafiquants d’ivoire déjà arrêtés pour les mêmes faits l’année dernière et sévissant non seulement dans le département de la Cuvette, mais aussi dans d’autres localités de la République du Congo jusqu’en RDC. Ils vivent exclusivement du trafic d’ivoire. Ces prévenus ont reconnu les faits. Ils risquent des peines allant jusqu’à cinq ans d’emprisonnement ferme.

Rappelons que l’année dernière, deux individus dont un pasteur, appartenant à ce même réseau avaient été arrêtés avec plus de 30kg d’ivoire à Brazzaville. Le verdict portant sur cette affaire est attendu dans les prochains jours.

Un rapport publié par Wildlife conservation society (WCS) déclare que les éléphants des forêts d’Afrique ont décliné de 62% en 10 ans. Ce même rapport ajoute que chaque 15 minutes, en moyenne un éléphant est illégalement abattu sur le continent africain pour nourrir une demande insatiable en ivoire.

Le commerce illégal des produits de la faune conduit à l’extinction des espèces fauniques à travers le monde ; espèces jouant pourtant un rôle essentiel dans le reboisement grâce à la digestion des graines des arbres fertiles après passage dans leur système digestif.

En République du Congo, l’éléphant fait partie des espèces animales intégralement protégées, conformément à l’arrêté n°6075/MDDEFE / CAB du 9 avril 2011 déterminant les espèces animales intégralement et partiellement protégées. En outre, l’article 27 de la loi 37/2008, du 28 novembre 2008 sur la faune et les aires protégées stipule :  «  l’importation ; l’exportation ; la détention et le transit sur le territoire national des espèces intégralement protégées ; ainsi que de leurs trophées sont strictement interdits ».

Achille Schillains/CONGOPROFOND.NET(Brazzaville)


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

RDC : Le paradoxe Katumbi sur la guerre du M23 !

Published

on

Réagissant sur les affrontements actuels entre les FARDC et les rebelles du M23, le Président du parti Ensemble pour la République, Moïse Katumbi écrit ceci sur son compte twitter:

“Jamais la guerre n’apporte de solution. Face à la nouvelle épreuve que nous traversons, soyons tous unis. Tout mon soutien va aux #FARDC qui se battent avec courage face aux #M23 ! Le sort des milliers de nos compatriotes en détresse doit être notre toute première préoccupation.”

Un tweet qui a suscité plusieurs réactions en défaveur du candidat à l’élection Présidentielle de 2023.

Plusieurs internautes ont indiqué les incohérences contenues dans ce tweet:

D’un coté, l’ancien Gouverneur du Katanga déplore le fait que la guerre n’apporte pas des solutions. De l’autre, il encourage les FARDC à continuer la guerre contre les M23.

Si la guerre n’apporte pas la solution, Pourquoi continuez à se battre alors?

Et dire que Moïse Katumbi ne cite pas nommément le Rwanda comme soutien aux M23 n’arrange pas les choses pour celui qui vient de se réconcilier avec Joseph Kabila, son ancien ennemi.

Il est aussi un fait que Moïse Katumbi n’a jamais encouragé les consultations de Nairobi qui avaient pour but de rechercher la paix avec les groupes armés opérant à l’Est de notre pays.

À l’heure où tous les Congolais devraient parler d’une même voix pour soutenir ce énième combat contre le Rwanda et ses suppôts, les propos de Moïse Katumbi sonnent comme un aveu d’échec et de découragement…

Ce tweet aurait pu être évité !

Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising

K-WA Advertising