Connect with us

À la Une

Cri de détresse d’une opératrice économique à F. Tshisekedi: « réduire les taxes qui nous asphyxient ! »

Published

on

En ce mois de la femme, Madame Bijou Paka encourage la femme congolaise à participer au développement de la République démocratique du Congo (RDC).

Cette femme d’affaires congolaise qui milite pour la promotion de la femme, appelle les Congolaises à « batailler dur pour se forger une place dans la société ». Selon elle,  » si nous ne nous battons pas pour nous-mêmes, personne ne le fera à notre place « , prévient-elle.

Madame Paka Bulu félicite toutes les candidates qui ont fait partie des 19 000 candidats députés nationaux, 15 500 députés provinciaux et 21 candidats à la magistrature suprême.

Très active et battante pour la cause de la femme, Paka Bulu est à la tête du  » Réseau des femmes pour le développement et la paix » (RFDP).

Sous cette casquette, elle a plusieurs fois représenté la République démocratique du Congo (RDC) aux différents forums internationaux notamment à New-York sur le « Développement durable » lors de la 72e session du Conseil économique et social, au siège des Nations-Unies, des colloques analogues à Beijing, Paris, Ottawa…

Cadre à l’OCC, cette dame de caractère est également conseillère dans un cabinet politique.

Au nouveau président de la République, Félix Tshisekedi Tshilombo, elle lui demande de s’impliquer personnellement pour réduire les taxes qui
asphyxient les opérateurs économiques en RDC et découragent plusieurs investisseurs à venir au Congo, plaint-elle.
« J’ai un chapiteau à la Fikin, une paillote, un espace à la 7e Rue à Limete où les enfants viennent se divertir. Mais les impôts et taxes me poussent à fermer, hormis des factures exorbitantes de la Snel ou la Regideso », regrette-t-elle, sollicitant le soutien et l’aide de l’État congolais.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Or: Remplacements des réserves et nouvelles opportunités pour sécuriser le programme de KIBALI étalé sur plus de 10 ans

Published

on

La plus grande mine d’or d’Afrique, Kibali, est sur la bonne voie pour le remplacement de ses réserves réduites par l’exploitation en 2022, tandis que de nouvelles opportunités de croissance soutiendront également son plan d’affaires étalé sur plus de 10 ans et son statut de l’un des actifs de niveau 11 de Barrick Gold Corporation.

Le président et président directeur général de Barrick, Mark Bristow, a déclaré à la presse aujourd’hui que le gisement prolifique KCD de Kibali continuait d’offrir de la valeur supplémentaire vu que le forage actuel est axé sur la conversion des ressources en réserves et sur l’exploration des filons qui sont encore ouverts en profondeur. En outre, les cibles de Mengu Hill, Ikanva et Gorumbwa présentent le potentiel nécessaire pour renforcer le portefeuille souterrain de Kibali.

« Kibali est une opération très rentable avec ses trois centrales hydroélectriques de classe mondiale qui couvrent la majeure partie de ses besoins énergétiques. Elles seront suppléées par une nouvelle centrale solaire de 17MW qui, une fois achevée en 2025, fera passer la part des énergies renouvelables dans les sources énergétiques de la mine de 81% à 93%, » a déclaré Bristow.

Les références écologiques de Kibali comprennent également la réduction continue des eaux douces provenant de la rivière Kibali et un programme de reboisement qui, à ce jour, a permis de planter plus de 10,000 arbres. La mine poursuit son programme d’appui à la conservation de la biodiversité au Parc National de la Garamba en RDC, avec la réintroduction des rhinocéros provenant d’Afrique du Sud. Les 16 premiers rhinocéros sont attendus à Garamba d’ici la fin du deuxième trimestre de cette année et seront suivis de 60 autres au cours des trois prochaines années.

Conformément à la politique globale de Barrick consistant à employer et à promouvoir les ressortissants du pays hôte, Arthur Kabila a été nommé premier directeur général congolais de Kibali. Depuis l’année dernière, huit autres postes clés de direction et techniques sont désormais occupés par des Congolais.

 

Tshieke Bukasa/Congoprofond


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising