Connect with us

À la Une

Covid-19 : des Congolais de Paris, Abidjan, Addis-Abeba, etc. rapatriés, Marie Tumba Nzeza met le cap sur Turquie et Afrique du Sud

Published

on

” Nous continuons. nous avons commencé une action que nous n’imaginions pas être si grande mais au fur et à mesure que le temps passe, nous trouvons que nous avons quand même entamé une chose qui aurait dû nous faire peur au départ par rapport aux moyens que nous avions ou que nous n’avions pas. C’est une bonne leçon pour nous et pour tout le monde : quand on a envie de faire quelque chose, il faut commencer et quand la chose est dans le droit chemin, elle finit elle-même par nous aider à trouver les moyens de faire ce que nous voulons faire”. C’est en ces termes que la ministre d’État, ministre des Affaires étrangères, Marie Tumba Nzeza, a commenté, ce lundi 18 mai, les opérations de rapatriement des Congolais bloqués à l’etranger à cause de la pandémie du coronavirus.

Se refusant de faire, pour le moment, le bilan, la cheffe de la diplomatie congolaise a expliqué que ” nous sommes encore en pleine action et loin d’avoir terminé”. “Je crois que nous allons nous exprimer quand nous allons satisfaire nos compatriotes qui sont en Turquie et ceux qui sont en Afrique du Sud. Pour l’Afrique du Sud, c’est quasiment réglé et ce sera vraisemblablement pour cette semaine. Pour la Turquie c’est ça le vrai casse-tête. Je le dis parce que je crois que nos compatriotes qui sont en Turquie m’ont plusieurs fois appelée. Jusqu’à présent nous sommes encore entrain de chercher des voies et moyens pour voir comment les aider à revenir au pays comme tous les autres compatriotes”, a-t-elle rassuré.

Satisfaite des actions réalisées jusqu’ici, la ministre a avoué avoir été marquée par l’image des compatriotes revenant de Dubaï et qui chantaient et exprimaient leur joie de rentrer chez eux, alors que beaucoup d’autres nationalités africaines n’ont pas pu être évacuées. ” Nous, les Congolais, croyions que nous sommes toujours les derniers, mais nous les avons laissés à Dubaï… Ça m’a quand même fait chaud au coeur parce que j’étais contente de voir que nous avons pu donner un coup de pouce et que nos compatriotes sont rentrés avant les autres”.

Un autre fait touchant, témoigne-t-elle, c’est cette jeune femme qui est revenue avec Air France vendredi passé. ” Elle nous a contactée pour pouvoir être listée pour le vol de France qui allait atterrir à Kinshasa. Elle était toute malheureuse parce qu’elle avait laissé ici au Congo ses deux petits enfants qui pleuraient tous les jours à cause de son absence. Elle était partie pour retourner mais ça commençait à durer. Nous avons aidé cette femme pour quelle puisse revenir et quand elle est revenue, elle nous a envoyé sa photo avec ses deux enfants qui étaient en plein bonheur parce qu’ils avaient récupéré leur maman”, a rapporté la ministre des Affaires étrangères.

Somme toute, la ministre remercie le chef du gouvernement, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, pour ses encouragements dans cette action et aussi le président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, qui quasiment dans tous ses discours dit et redit ” qu’il n’est plus question de laisser un seul de nos compatriotes en détresse quelque part sans le secourir”. ” Nous avions commencé cette activité ne sachant pas que nous allons aboutir.
Je remercie également nos partenaires avec qui nous avons travaillé notamment la RVA qui nous donnait l’autorisation de survol et que nous avons beaucoup embêté. Celui que nous avons beaucoup plus embêté, c’est la DGM qui devait donner l’autorisation d’embarquement et de débarquement. Ils nous ont autorisés, ils nous ont donné chaque fois satisfaction”, a-t-elle conclu.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Gestion de la Direction générale des recettes du Kasaï Central «DGRKAC» : La Commission Kayombo dédouane le gouverneur sortant John Kabeya de l’enquête

Published

on

La gestion du gouverneur sortant du Kasaï Central, John Kabeya Shikayi, n’a pas fait l’objet d’une enquête de l’Assemblée provinciale. C’est ce qu’a révélé le député provincial Bob Kayombo, président de la Commission spéciale mise en place par l’organe délibérant du Kasaï Central pour enquêter sur la gestion de la Direction générale des recettes du Kasaï Central, «DGRKAC». Il l’a dit dans une interview accordée à la presse au lendemain de l’adoption des recommandations issues de cette enquête, le vendredi 14 Juin.

D’après cet élu de Kazumba, le travail effectué par sa Commission a été sapé. Bob Kayombo s’indigne de constater que les responsables directs cités dans son rapport ne soient pas mis en justice et parle d’un acharnement de certains élus provinciaux sur la personne de John Kabeya Shikayi.

” L’enquête que nous avons menée ne concerne nullement la gestion du Gouverneur Kabeya. J’ai été sidéré, séance tenante, de voir certains députés provinciaux citer le Gouverneur sortant et estimer qu’il soit déféré devant la justice pour des raisons que j’ignore jusqu’à présent. Mes regrets c’est de voir les dirigeants de la DGRKAC que nous devrions blâmer être blanchis pour des raisons inavouées. Mais les gens qui n’ont même pas fait objet d’une enquête soient assimilés aux gestionnaires directs de la DGRKAC. Nous n’avons pas enquêté sur la gestion du gouverneur Kabeya…”, explique-t-il sous un ton fort.

Concernant la gestion de la DGRKAC qui a fait l’objet de l’enquête de sa Commission instituée par la Première institution du Kasaï Central, le député Bob Kayombo s’est indigné des révélations recueillies lors de cette enquête et met plutôt en cause l’équipe dirigeante de cette régie financière provinciale.

On ne peut pas accepter que notre seule source de revenus soit dirigée avec légèreté et amateurisme. Nous avons constaté un dysfonctionnement dans l’appareil de gestion de cette régie, commençant par la Direction générale jusqu’aux agents commis aux postes de péages. Nous sommes allés sur terrain, où les agents se servent à souhait les fonds de l’État. Il y a eu exactement des détournement sûrement, les fonds perçus dans les centres Kazumba et Luiza n’ont pas été tracés.”, martèle-t-il.

Pour rappel, c’est après son départ de Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï Central le 30 avril passé, qu’un cafouillage a été constaté dans la gestion de la régie financière entretenue, d’une part, par le ministère provincial des Finances, les responsables de la DGRKAC et le gouverneur ad intérim.

J.M.(C.P.)/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte