Connect with us

À la Une

Coupures d’électricité à Kinshasa : Triangle maffieux entre agents SNEL, tenanciers de terrasses et Ligue des champions !

Published

on

Des perturbations en fourniture d’électricité sont monnaie courante dans la ville de Kinshasa et touchent pratiquement la quasi-totalité de ses quartiers.

La Société nationale d’électricité, SNEL, est une entreprise de l’Etat qui assure la production et la distribution de l’énergie électrique, avec un quasi-monopole dans ce secteur.

Avec l’extension de la ville de Kinshasa ayant entrainé le surpeuplement, les infrastructures de desserte en énergie électrique n’ont pas suivi cette explosion démographique.

Elles sont non seulement saturées, mais aussi très vétustes. Cette situation ne permet pas à la Snel d’approvisionner en électricité tous les coins et recoins de la grande megapole de plus de 10 millions d’âmes.

Depuis la reprise de la Ligue des Champions, avec ses affiches alléchantes, les tenanciers de bars et terrasses de Kinshasa ont aussi dejà pris de dispositions pour attirer le plus de monde en mettant à leur disposition des écrans et des groupes électrogènes pour pallier aux coupures intempestives de l’énergie électrique.

La Ligue des champions, convient-il de souligner, est une véritable opportunité d’affaires pour l’UEFA, les multinationales, le pays qui abritera la finale, les équipes participantes, les diffuseurs et même les téléspectateurs, notamment les parieurs.

Bien qu’aucune équipe de la République démocratique du Congo ne participe pas à cette fête du ballon rond, les Congolais ne vont pas se priver du plaisir de soutenir les équipes de leurs choix d’autant plus que quelques uns de leurs compatriotes joueurs y participeront.

Et les barmans eux, saisissent l’occasion d’augmenter leurs recettes en proposant aux clients de suivre toutes les rencontres dans un cadre plus ou moins propre.

Sur l’avenue Victoire, dans son tronçon compris entre la rivière Kalamu et la chaussée de Kimwenza, un des coins de la capitale congolaise les plus mouvementés, la bière a coulé à flot au cours de la dernière journée de la Ligue des Champions et tout porte à croire que les ventes vont augmenter.

« Nous nous attendions à une grande affluence notamment ce mardi pour le match Bayern Munich- Barcelone et celui de Real Madrid face à Leipzig. Il y a eu beaucoup des clients. Les affaires étaient bonnes. 50 casiers ont été mis au frais. On a accueilli du monde », s’est réjoui le gérant du bar Chez Tonton.

Il a ajouté que son établissement a enregistré une augmentation des recettes journalières de 10% et que ces chiffres seraient plus élevés si le courant ne s’était pas rétabli à la mi-temps.

Qu’est ce qui motive les clients à suivre le match dans les terrasses plutôt que dans leurs domiciles respectifs?

Hormis l’ambiance festive qui y règne, les coupures intempestives du courant avant et pendant les matchs sont aussi l’un des facteurs de cette affluence.

Des habitants de cette partie de Kinshasa citent des arrangements entre les propriétaires des bars et des agents de la Société Nationale d’Electricité (SNEL) pour couper le courant afin de favoriser leurs affaires.

Le constat est que ces coupures du courant lors de la période des matchs de la Ligue des Champions ne sont que rarement anodines.

Certes la vétusté des câbles du réseau de la SNEL y est pour beaucoup.

Mais généralement, elles surviennent en période des compétitions sportives et surtout de la Champion’s League.

Et les journaliers ou intervenants occasionnels de la Snel se font rémunérer soit en espèces sonnantes et trébuchantes soit en nature.

Question d’orienter la population vers les terrasses et bars.

Et cela est d’autant manifeste que lors des grandes joutes de la Champion’s League, il est de notoriété publique que de noter qu’il y aura panne ou coupure soit dès très tôt le matin.

“Exactement, les coupures du courant interviennent souvent en période des matchs de la Ligue des Champions. Si elles n’interviennent pas la veille ou avant le match, vous aurez toujours des problèmes. La situation semble toujours réglée quelques minutes après le coup de sifflet final. Soit à quelques minutes du début de la rencontre”, nous raconte Stephane Kamba, un habitant du quartier Kauka.

En voilà où en sommes nous parvenus avec l’esprit très très “spirituel” du Congolais en général et du Kinois en particulier.

Interrogé en incognito, un agent monteur-ligne du Centre des Ventes et Services de Matonge, situé au croisement avenue Ikelemba et Kasa Vubu, reconnait qu’il y a une entente entre certains agents et les tenanciers des bars et terrasses.

Ils nous payent soit en argent, soit 50 USD pour le mois et en nature. On a la possibilité de prendre 2 ou 3 bières chaque soir ou lors des dits matchs si nous remplissons nos obligations.”, nous confie cet agent de la SNEL.

Il nous apprend aussi que les chefs sont non seulement informés de ces arrangements mais ils y sont aussi parties prenantes.

Bien sûr, nos chefs sont au courant. Bien souvent, c’est eux mêmes qui traitent directement avec les gérants et ils nous envoient juste éxècuter la sale besogne. Il arrive que nous nous disputions les bars et terrasses avec eux,” ajoute cet agent de la SNEL.

Face à cet état de chose, le Ministre ayant en charge l’Energie, le Directeur Général de la SNEL et d’autres agents doivent prendre des mesures pour décourager les agents vereux et les dits tenanciers. Ils doivent être sanctionnés pour en terminer avec ces pratiques arnaqueuses digne de la période de prohibition aux USA. Cela doit cesser.

Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Du 24 au 26 avril “Semaine française de Kinshasa” : Sortir de la sempiternelle notion du potentiel et parler de la mise en œuvre des opportunités et des partenariats 

Published

on

Mettre les bouchées doubles pour sortir de la continuelle notion du potentiel que regorge le sol et le sous-sol de la RDC et parler vraiment de la mise en œuvre des opportunités et des partenariats. C’est ce qu’a indiqué l’ambassadeur de France à Kinshasa, Bruno Aubert, lors de son allocution à l’occasion de la conférence de presse sur la 8è édition de la Semaine française de Kinshasa, ce mardi 16 avril au Pullman Hôtel de Kinshasa. Ce grand rendez-vous économique, organisé par la CCI Franco-Congolaise, est attendu du 24 au 26 avril au Pullman sous le thème : ” Les leviers de la croissance”.

La reprise en rythme des semaines françaises après l’interruption dans les années passées est la manifestation d’une confiance forte de la France dans le potentiel économique de la RDC et la conviction partagée avec vous qu’il faut travailler ensemble et sortir de la sempiternelle notion du potentiel et parler vraiment de la mise en œuvre des opportunités et des partenariats”, a affirmé le diplomate.

Se réjouissant du fait que la cellule du climat des affaires de la présidence soit activement associée et présente, le diplomate français a invité les partenaires à capitaliser et travailler les résultats positifs sur terrain.

Je suis très heureux que la cellule du climat des affaires de la présidence de la République soit activement associée et présente. C’est de très bon augure pour le temps qui s’ouvre devant nous. Ce qui est remportant au delà d’une trentaine d’entreprises qui viendront certes c’est modeste, c’est de travailler sur cette pente ascendante”, a-t-il appuyé.

Pour sa part, Francine Mbuyi Kabongo, Conseillère technique de la Cellule climat des affaires à la présidence de la RDC, envisage que la RDC puisse mettre en place des mesures incitatives. Ce, pour accroître les investissements tant dans la capitale que dans les différentes provinces du pays. ” Je voudrais ici exprimer notre reconnaissance d’avoir associé la cellule climat des affaires à ce programme. Nous sommes convaincus que les différents conférenciers et panelistes de haut niveau pourront aborder les thématiques obtenues entre autres celles en rapport avec les mines, la logistique, la vie durable, la santé,les infrastructures, l’énergie ainsi que l’agroalimentaire à un climat des affaires stables pour attirer davantage des investisseurs dans le pays. Il est important pour la RDC de pouvoir travailler et mettre en place des mesures incitatives afin d’accroître les investissements dans le pays bien particulièrement non seulement à Kinshasa mais dans les différentes provinces de la RDC; voir des investissements français croître raison pour laquelle le Président de la République a mis en place la cellule climat des affaires sous son autorité en 2020″, a-t-elle indiqué, avant d’affirmer que cette Cellule travaille déjà sur plusieurs problématiques pour assainir le climat des affaires en RDC.


Elle a également évoqué le bien-fondé du baromètre national, qui va permettre aux opérateurs économiques d’exprimer leur ressenti sur les affaires, mais aussi et surtout de partager leur expérience, leur difficulté sur l’exercice même de leur activité dans le pays.

“Le Chef de l’État s’est approprié de cette question afin de pouvoir rassurer les opérateurs économiques qui font face à divers obstacles et entraves dans l’exercice même de leur activité. Il était important de favoriser une politique de proximité par la création d’un point focal qui assure l’interaction privée près le Président de la République. Le baromètre national du climat des affaires permet à la RDC de raconter sa propre histoire et notamment aux opérateurs économiques d’exprimer leur ressenti sur leur manière de faire les affaires, mais également de partager leur expérience, leur difficulté sur l’exercice même de leur activité dans le pays, cela permet aux divers acteurs à quel niveau que ce soit de pouvoir mettre en place une batterie de réformes qui pourront améliorer les conditions de travail en RDC et rendre le climat des affaires stable”, a fait savoir Francine Mbuyi.

Il convient de noter, à la suite du président de la CCI Franco-Congolaise, Bertrand Bisengimana, qu’en marge de ces assises sera présentée la “Communauté Afrique-France Entrepreneurs” ayant pour objectif de favoriser les partenariats entre entreprises du continent africain et celles basées en France, dans une logique de pairs à pairs. ” L’idée est née à l’issue du nouveau sommet Afrique-France de Montpellier : mettre en place une plateforme de connexion afin d’encourager les partenariats entre entreprises africaines et françaises”, a-t-il expliqué.

Rappelons que la 8è édition de la Semaine française de Kinshasa interviendra du mercredi 24 au vendredi 26 avril prochain. La Chambre de commerce industrie ( CCI) franco congolaise est au four et au moulin pour qu’elle soit un succès retentissant.
Près d’une quarantaine d’entreprises françaises au Congo vont prendre part à cet événement.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte