mbet

Connect with us

Société

COSPECO: Ngobila prend les Commandes

Published

on

La 22ème Assemblée Générale Ordinaire de la Commission Spéciale de Coopération entre les villes de kinshasa et de Brazzaville, “Cospeco”, s’est clôturée ce mercredi 9 juin 2021 dans la salle de conférence de l’Hôtel de Ville de Brazzaville.

La cérémonie s’est déroulée en présence de plusieurs personnalités de Brazzaville et celles venues de Kinshasa.

Le temps fort de ces assises est la passation de service entre Brazzaville et Kinshasa. C’est dans ce cadre là que Dieudonné Batshimba, maire de Brazzaville qui était jusque là président en exercice de cette structure, a cédé le bâton de commandement au gouverneur de la ville de Kinshasa Gentiny Ngobila Mbaka pour une durée de deux ans.

Et comme le veut le règlement intérieur de la Cospeco, le Secrétariat Général revient également au pays qui assume la présidence. C’est ainsi que la conseillère en charge du socio-culturel du Gouverneur de Kinshasa, Yollande Elebe Ma ndebo a été désigné Secretaire Générale de la Cospeco.

Autre temps fort à retenir de la clôture de ces assises, l’Assemblée Générale Ordinaire a profité de l’opportunité pour prendre deux motions de félicitation, à savoir: motion de felicitation à Son Excellence Felix Antoine Tshisekedi, Président de la République Démocratique du Congo pour son élection à la présidence de l’Union Africaine et la motion de félicitation à Son Excellence Denis Sassou Nguesso, Président de la République du Congo pour sa brillante réélection à la magistrature suprême.

En outre, l’Assemblée Générale Ordinaire a exprimé son soutien et sa solidarité aux populations meurtries de Goma en RDC.

Prenant la parole à son tour, le Gouverneur Gentiny Ngobila Mbaka, Président en exercice de la Cospeco a rendu un vibrant hommage aux deux Chefs d’Etats, les Présidents Félix Antoine Tshisekedi et Denis Sassou Nguesso, “artisans de ce cadre stratégique pour leur efforts consentis en vue de préserver une consanguinité franche et prospère pour chacune des nations.

Gentiny Ngobila Mbaka a promis de placer son mandat sous le signe du dynamisme avant d’inviter les experts à donner du contenu dans l’élaboration d’un plan d’action qui mettra en relief des projets concrets à impact visible et mutuellement avantageux.

Ainsi le rendez-vous est pris pour la 23ème Assemblée Générale Ordinaire qui se tiendra à Kinshasa en Septembre prochain.

Baby Mosha/Congoprofond.net


There is no ads to display, Please add some

Actualité

Transport aérien : Désiré Balazire liste dix causes des difficultés de Congo Airways

Published

on

Dans une interview accordée à la presse (Econews), Désiré Balazire, ancien directeur général de Congo Airways, évoque sans ambages les causes qui sont à la base des difficultés actuelles de cette compagnie aérienne en particulier, et de la déstructuration – déstabilisation du secteur de transport aérien pourtant vital en RDC, mais à l’équilibre fragile.

Pour cet expert du transport aérien, il ne faut pas que le gouvernement induise la haute hiérarchie en erreur avec des mesures populistes et irrationnelles. De cette interview, il a énuméré 10 causes qui sont à l’origine des problèmes dans l’aéronautique civil en RDC.

Il s’agit notamment :

1. De la baisse de 40% du prix du billet décidée par Jean-Marie Kalumba, ministre de l’Économie déchu. La baisse de tarifs des billets d’avion a privé Congo Airways de 40% de ses revenus et a précipité la faillite de l’entreprise. Une décision purement politique et irrationnelle, a dénoncé Désiré Balazire.

2. La création de AIR CONGO, une nouvelle compagnie aérienne publique, en partenariat avec Éthiopian Airlines. “Cette décision ne répond à aucune logique économique. Comment l’Etat peut-elle créer une autre compagnie nationale pendant qu’il y a une compagnie nationale créée avec des fonds publics et qui a fait ses preuves ?”, a-t-il asséné. Et d’expliquer : “La stratégie se fait uniquement en fonction des intérêts d’Ethiopian Airlines… Ce serait une honte de s’allier à un autre pays pour créer une compagnie aérienne nationale, car le pays offre un marché potentiel avec ses 90 millions d’habitants, et sa position géographique permet à Kinshasa de devenir un hub. Le gouvernement devrait s’interdire d’induire la Haute hiérarchie du pays en erreur”.

3. Subventions de l’Etat irrégulières et modiques envers Congo Airways, malgré la pandémie de Covid-19.

4. Subventions inexistantes pour le secteur du transport aérien.

5. Congo Airways et des privés exploitent des lignes déficitaires sans contreparties des pouvoirs publics.

6. Prix élevé du carburant aérien (Jet A1). Il est supérieur à la moyenne dans la sous-région.

7. Le coût élevé de la maintenance,

8. Le coût élevé de la fiscalité et de la parafiscalité,

9. Le coût élevé des pièces de rechange,

10. La concurrence déloyale des compagnies aériennes étrangères.

Il faudrait, selon Désiré Balazire, relever ces défis pour sauver cette compagnie aérienne.

Petit Ben Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising