Connect with us

Analyses et points de vue

Constant Lungagbe Mbatanadu : La métamorphose des routes du Haut-Uélé sous un bâtisseur

Published

on

Le Grand Chef Constant Lungagbe Mbatanadu se démarque par sa vision progressiste et son engagement à transformer l’infrastructure routière de la province. Sa contribution notable à la réhabilitation des routes, notamment le projet de réhabilitation des routes Dungu-Nagero et Dungu-Doruma, est une illustration palpable de son leadership audacieux.

À travers des images saisissantes de routes auparavant inexistantes et désormais établies, le Chef Constant Lungagbe a concrétisé sa vision de connecter les communautés et de stimuler le développement économique provincial et régional. Et ce, sur fonds propre sans occuper un quelconque fauteuil dans l’exécutif provincial.

Les travaux à 76 km sur la route Dungu-Doruma ont non seulement amélioré la connectivité, mais ont également ouvert de nouvelles perspectives pour les habitants de la région. La construction de ponts essentiels, tels que les ponts Nugadi, Gbereyi, et Kaka, démontre l’engagement inébranlable du Chef Lungagbe Mbatanadu à assurer la sécurité des déplacements.

Il a par ces travaux renforcé l’infrastructure de base dans des zones clés du Haut-Uélé. Ces initiatives ont eu un impact significatif sur la vie quotidienne des habitants, facilitant les échanges commerciaux et l’accès aux services essentiels. En plus de ses efforts sur les grands axes routiers, le Chef Lungagbe Mbatanadu n’a pas négligé l’importance de la voirie urbaine.

Les images spectaculaires de la voirie urbaine de Dungu illustrent sa détermination à moderniser les infrastructures locales et à offrir un environnement plus sûr et plus efficace pour les résidents de la ville. Il a témoigné d’une dignité exceptionnelle malgré des comportements clairement répréhensibles de ses adversaires et a refusé de se compromettre par des alliances

Le travail entrepris sur la route Ngilima-Doruma, les ponts réhabilités, et la voirie urbaine de Dungu ne sont que quelques exemples des réalisations tangibles du Chef Constant Lungagbe Mbatanadu en matière d’infrastructure routière. Son engagement infatigable à améliorer les routes et les ponts de la région a transformé le paysage local, laissant une empreinte durable sur le Haut-Uélé et ses habitants.

TEDDY MFITU
Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Analyses et points de vue

Le droit international moderne : Héritage européen ou outil de domination ?

Published

on

Le droit international moderne, souvent présenté comme un système neutre et universel, trouve en réalité ses racines dans l’histoire européenne du 17ème siècle, marquée par l’expansion des empires coloniaux. Trois caractéristiques principales mettent en lumière la nature complexe et controversée de ce système juridique.

Premièrement, le droit international a été historiquement utilisé pour légitimer la division du monde entre les états civilisés et les états non-civilisés. Cette distinction, loin d’être anodine, a servi à justifier l’exploitation et la domination des peuples considérés comme inférieurs. Ainsi, le droit international a souvent été un instrument de perpétuation des inégalités et des injustices entre nations.

Deuxièmement, les états européens ou occidentaux ont longtemps considéré que leur personnalité juridique était supérieure à celle des autres états, qu’ils qualifiaient de non civilisés. Cette vision ethno-centriste a conduit à une hiérarchisation des nations, où devenir civilisé revenait à s’aligner sur les normes occidentales en général et européennes en particulier.

Cette conception biaisée a perduré dans les relations internationales, influençant les dynamiques de pouvoir et de domination entre les états. Troisièmement, le droit international a été utilisé pour légitimer l’expansion des empires européens et la colonisation de vastes territoires à travers le monde. Ainsi certaines nations principalement européennes se trouvent sur les cinq continents.

Les notions de souveraineté, d’indépendance et de civilisation ont été définies exclusivement par les états européens, qui ont imposé leurs propres critères et standards aux autres nations. Ainsi, le droit international a été un outil de justification des politiques impérialistes et des pratiques colonialistes, au détriment des peuples autochtones et des cultures locales.

Le droit international moderne, loin d’être un système impartial et égalitaire, porte en lui les stigmates d’une histoire marquée par l’impérialisme et la domination. Il est essentiel de reconnaître et de déconstruire ces héritages européens afin de promouvoir un ordre juridique international plus juste et équitable pour tous les peuples du monde.

TEDDY MFITU
Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte