mbet

Connect with us

À la Une

“Congo Hold-up” divise RFI: En guerre contre Alain Foka, Sonia Rolley est-elle menacée de licenciement ?

Published

on

L’enquête collaborative explosive “Congo Hold-up” qui documente sur un casse de plus de 500 millions des Dollars détournés de fonds publics en République démocratique du Congo et qui cible les principaux responsables présumés dont l’ancien président Joseph Kabila et son premier cercle, continue à faire des vagues.

Fruit du travail de 19 médias partenaires associés au consortium européen EIC et de cinq ONG spécialisées, cette enquête basée sur l’analyse des millions de documents bancaires et transactions qui ont fuité d’une banque africaine, la BGFI, divise actuellement la société France Médias Monde (FMM), Maison mère de la RFI.

Les critiques du journaliste de la RFI Alain Foka envers ces enquêtes lors de son interview avec l’Inspecteur Général des Finances(IGF), Jules Alingete, ont reussi à mettre à nue une situation dejà explosive.

Bien que cette interview n’a pas été diffusée sur France 24 et RFI mais les deux médias ont été adoubés par le journaliste Alain Foka.

Cette situation ne semble pas convenir à la journaliste Sonia Rolley, une des sociétaires ayant travaillé sur ladite enquête.

Elle est montée au créneau pour fustiger le comportement de la RFI, média pour lequel elle travaille depuis 17 ans qui ne l’a pas défendu lors des attaques contre ladite enquête.

“Faire la Une du Canard Enchainé et devoir demander un droit de réponse en votre nom parce que le média de service public pour lequel vous travaillez depuis 17 ans, Radio France Internationale, refuse de vous défendre vous et la grande enquête internationale Congo Hold-Up à laquelle vous avez participée…,” a dit la journaliste sur sa page Facebook.

Et d’ajouter: “Mon droit de réponse publié par Arrêt sur images après avoir été traitée publiquement de “folle” et de faire partie de ces journalistes qui “ne se foulent plus pour chercher vraiment l’info” par un collègue.”

Elle s’attaque ensuite à son collègue Alain Foka et rassure de la qualité de son travail à travers l’enquête Congo Hold Up.

“Contrairement à ce qu’affirme mon collègue Alain Foka, qui a remis en cause la qualité de notre travail, Congo Hold-up est une enquête sérieuse, fouillée et équilibrée qui a mobilisé pendant plus de six mois des journalistes et chercheurs reconnus pour leur expérience et leur éthique professionnelle issus d’une dizaine de pays différents…,” dit la journaliste visiblement éplorée.

Et de poursuivre:

“…Contrairement à ce qui a pu à rapporter en ligne pour l’alimenter, Alain Foka n’a, à ma connaissance, jamais été menacé de licenciement par la direction de France Médias Monde.”

Cette sortie médiatique de la journaliste Sonia Rolley prouve à suffisance que l’enquête Congo Hold Up est réellement une bombe à retardement qui risque non seulement d’éclabousser des États, des pouvoirs publics, des Entreprises et même les auteurs et leurs collègues.

Sonia Rolley appelle à protéger les journalistes dans l’exercice de ce travail difficile quand ils ont respecté les principes inhérents à leur métier.

“Les journalistes devraient être protégés dans l’exercice de ce travail difficile quand ils ont respecté les principes inhérents à leur métier.,” conclut Sonia Rolley.

Pour rappel, les avocats de l’ancien président Joseph Kabila, dans un point presse organisé jeudi 23 décembre 2021 à Kinshasa, ont rejeté, sous la direction de Me Raphaël Nyabirungu, toutes les affirmations contenues dans l’enquête diffusée par le consortium regroupant des journalistes de plusieurs rédactions dont RFI. M. Kabila, désormais sénateur à vie en RDC, se réserve le droit de saisir la justice de son pays et à l’étranger.

Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET

Voici par ailleurs, la déclaration complète de Sonia Rolley sur sa page Facebook:

“Faire la Une du Canard Enchainé et devoir demander un droit de réponse en votre nom parce que le média de service public pour lequel vous travaillez depuis 17 ans, Radio France Internationale, refuse de vous défendre vous et la grande enquête internationale Congo Hold-Up à laquelle vous avez participée…

2022 commence très fort et promet d’être une grande année pour la presse française qui n’a plus de leçons à donner à personne (et surtout pas à l’Afrique).

Meilleurs vœux à tous et à toutes!

Mon droit de réponse publié par Arrêt sur images après avoir été traitée publiquement de “folle” et de faire partie de ces journalistes qui “ne se foulent plus pour chercher vraiment l’info” par un collègue.

“Contrairement à ce qu’affirme mon collègue Alain Foka, qui a remis en cause la qualité de notre travail, Congo Hold-up est une enquête sérieuse, fouillée et équilibrée qui a mobilisé pendant plus de six mois des journalistes et chercheurs reconnus pour leur expérience et leur éthique professionnelle issus d’une dizaine de pays différents. Nous avons eu la rare opportunité d’analyser plus de 3,5 millions de documents permettant de caractériser des faits extrêmement graves.

Ses conclusions mettent en cause des personnalités, entreprises ou institutions dans plusieurs dizaines de pays à travers le monde, dont la Republique démocratique du Congo bien sûr, mais aussi la France, la Belgique, l’Allemagne, les États-Unis, la Chine, l’Afrique du Sud, la Namibie, l’Inde ou le Liban. Toutes ont été contactées et ont eu des semaines pour y répondre.

C’est une enquête internationale d’intérêt public majeur qui dérange beaucoup d’intérêts.

Pourquoi France Médias Monde, entreprise française, n’est pas capable de soutenir publiquement ce travail et ses auteurs et préfère défendre des pratiques et des propos qui sont très loin d’être irréprochables ? Cette prise de position a provoqué un mouvement de protestation au sein de la rédaction de RFI et l’a conduit à s’interroger sur les pratiques professionnelles aujourd’hui autorisées et promues par sa direction.

En témoignent les communiqués syndicaux et de la société des journalistes.

J’ai été particulièrement choquée et surprise de constater que ma direction était prête à cautionner publiquement, au nom de l’« émotion » qu’aurait suscité ce débat, ce qui pourrait constituer une injure ou de la diffamation publique et de me retrouver ainsi mise en cause à deux reprises, avec son accord, comme la seule responsable de questions soulevées par écrit par près d’une centaine de journalistes de ma rédaction, un syndicat connu au niveau national et un consortium international.

Depuis plus d’un mois, ce débat, légitime au sein d’une rédaction, est instrumentalisé pour nourrir une campagne de dénigrement sur les réseaux sociaux et par voie de presse contre les résultats de Congo Hold-up et ses auteurs dont je fais partie.

Contrairement à ce qui a pu à rapporter en ligne pour l’alimenter, Alain Foka n’a, à ma connaissance, jamais été menacé de licenciement par la direction de France Médias Monde.

J’ai participé à plusieurs consortiums internationaux de journalistes, je reste à titre personnel convaincue de l’excellence de cette enquête et j’en soutiens bien sûr l’ensemble des conclusions.

Je crois également qu’il est capital, a fortiori pour des journalistes, de questionner des pratiques de gestion, que ce soit au sein de son propre média ou d’autres entités. Les journalistes devraient être protégés dans l’exercice de ce travail difficile quand ils ont respecté les principes inhérents à leur métier.

C’est une question de sécurité mais c’est aussi un des fondements de la démocratie en France comme ailleurs. Le service public se devrait de montrer l’exemple.”

L’article d’Arret sur Images : https://www.arretsurimages.net/articles/apres-congo-hold-up-une-interview-seme-la-zizanie-a-rfi

L’enquête Congo Hold-up : https://www.rfi.fr/fr/tag/congo-hold-up/


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Stade des Martyrs : Halte à l’intox, l’aire de jeu n’a jamais été utilisée pour une quelconque fête !

Published

on

Une forte campagne sur les réseaux sociaux, tendant à remettre en cause l’état actuel du stade des Martyrs, a été observée dans la journée de jeudi dernier. Pour en avoir le coeur net, CONGOPROFOND.NET a fait une descente sur terrain, ce vendredi 20 mai afin de faire le constat. Résultat: Plus d’intoxication et de peur que de mal. L’aire de jeu du plus grand temple sportif du pays est aussi propre que ses alentours immédiats.

Interrogé sur la polémique créée sur la toile, un des responsables de ce stade, Gallet Lengelo, a tenu à rappeler à l’opinion qu’au delà de sa mission sportive, le stade des Martyrs de la Pentecôte a aussi pour vocation  d’accueillir de grands événements socio-culturels drainant un large public. ” C’est le cas notamment des cérémonies de prestation de serment, des cultes religieux de grande envergure, des concerts, ou encore des funérailles des grandes personnalités…”, a précisé cet administrateur en charge de la sécurisation du site.

A l’en croire, les photos qui circulent sur les réseaux sociaux sont celles d’un événement caritatif organisé le samedi dernier aux abords du terrain de jeu et qui a connu la participation des personnalités tant nationales qu’internationales. Celles-ci avaient, d’ailleurs, largement apprécié la propreté et la sérénité qui règnent dans ce complexe sportif. “Aussitôt l’événement achevé, notre équipe en charge de la maintenance s’est, comme à l’accoutumée, chargée de remettre la propreté dans le stade et dans des alentours. Point n’est besoin de rappeler qu’après chaque événement, sportif ou socio-culturel, il y a toujours une quantité énorme de déchets que nous nous chargeons d’évacuer pour garder le stade propre…”, a-t-il martelé.

Balayant d’un revers de la main l’usage de l’aire de jeu pour la fête du week-end dernier, Gallet Lengelo a indiqué qu’après cette manifestation 4 rencontres comptant pour la Ligue 2 se sont jouées sur ce même site sans la moindre complication. D’ailleurs, insiste-t-il, le stade s’apprête pour accueillir la reprise du championnat national ainsi que la rencontre de l’équipe nationale portant qualification à la coupe d’Afrique. ” Tout le reste, c’est juste pour faire du buzz sur les réseaux sociaux et pour des raisons inavouées !”, a-t-il conclu.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising