Connect with us

À la Une

Congo/Brazza : « Nous sommes venus pour montrer notre solidarité »( Accel Ndinga Makanda, PCT)

Published

on

Le Parti Congolais du Travail (PCT) a été représenté au 2è congrès de la Fédération UDR-Mwinda de Brazzaville, un parti politique de l’opposition.
 Axel Ndinga Makanda, chargé des ressources humaines et de la formation du PCT,  parti au pouvoir se confiant à CONGOPROFOND.NET indique que leur présence n’est pas un appel de pied de leur parti, mais plutôt un signe de solidarité.
CONGOPROFOND.NET : Vous venez de prendre part au 2è congrès de la Fédération de l’UDR Mwinda-Brazzaville, un parti politique de l’opposition. Peut-on savoir le sens de votre présence ?   
Axel Ndinga Makanda : Nous avons été invités parce que le PCT est un parti ouvert. L’UDR Mwinda est un parti national. Nous luttons tous pour la même cause : la construction de notre pays. On apprend comme ça en se visitant, en voyageant les uns chez les autres. Nous sommes donc venus pour montrer notre solidarité, nous sommes des Congolais, fils de ce pays et, nous devons tous nous parler. Nous devons nous donner de la main et rechercher ensemble les solutions aux problèmes qui frappent le pays. Parce que les problèmes ne frappent pas seulement les uns et laissent les autres. Non. Quand le pays est dans une situation comme la nôtre, c’est tout le monde qui en souffre. Voilà pourquoi nous devons nous tenir, il doit y avoir une solidarité entre les partis ; ils doivent se parler. Le dialogue c’est une vertu cardinale et c’est à travers le dialogue que nous pouvons tous arranger nos problèmes comme on dit au Mbongui (Ndlr : à l’arbre à palabres).
CONGOPROFOND.NET: le dialogue est toujours revendiqué à cor et à cri par les partis politique des trois tendances : majorité, centre et opposition. Est-ce qu’on peut dire qu’il y a un manque de satisfaction par rapport aux dialogues organisés antérieurement au Congo ? 
A. N. M : Je viens d’apprendre que l’UDR Mwinda est un républicain qui fonctionne sur la base des lois. Le dialogue c’est le crédo du président de la République. Dans notre Constitution, on a créé un Conseil consultatif du dialogue. Ça veut dire que les uns et les autres doivent se parler. On peut discuter de la procédure ou comment ; ce qui est important c’est que le pays se parle avec lui-même. Et le dialogue est ouvert. Pour moi, il n’y a pas de problèmes. Il est ouvert et il est inclusif. Le problème c’est que les gens s’asseyent et trouvent des formules pour que les gens se parlent.
CONGOPROFOND.NET : Quelles seraient alors vos propositions pour ce dialogue ? 
A. N. M : Il n’y a pas de propositions à faire. J’ai dit qu’il y a des structures qui sont mises en place et il faut que chaque parti politique leur fassent des propositions pour que l’ont trouve des solutions aux problèmes qui minent le pays. Il n’y a pas donc d’emblée une formule donnée ; l’essentiel est que, sur la base de la loi fondamentale que nous avons, ce soit prévu et que les partis qui ont la mission de bâtir le pays s’asseyent pour trouver la meilleure formule.
CONGOPROFOND.NET : Pour revenir sur votre présence à ce 2è congrès de la fédération de l’UDR Mwinda de Brazzaville, est-ce là un appel de pied de la majorité à ce parti politique ? 
A. N. M : Ce n’est pas un appel de la majorité à l’UDR Mwinda, mais plutôt celui de tous les Congolais au Congo. Tout le monde est donc intéressé au même pied d’égalité. Je dis que nous devons nous asseoir puisque la Constitution en parle et cherchons les voies et moyens pour réaliser ce Mbongui.
Propos recueillis par Achille Schillains, CONGOPROFOND.NET/ Correspondant à Brazzaville