Connect with us

À la Une

Congo/Brazza : l’opération « Ville, village et habitation propre » lancée

Published

on

Le top a été donné le 3 novembre par le vice-premier ministre, Firmin Ayessa, en lieu et place du premier ministre, Clément Mouamba, empêché. Cette opération dénommée « ville, village et habitation propres », vise à rendre salubre l’environnement le plus immédiat de travail et de vie.

Le geste que venait de poser Firmin Ayessa, dans la cour de son cabinet de travail, répond à l’exécution de la n°0012/PM-CAB du 06 Octobre 2018, du 1er Ministre, chef du gouvernement, invitant les cadres et agents des ministères, des administrations publiques et privées, ainsi que les citoyens vivants en République du Congo, à s’adonner à la tâche de rendre salubre l’environnement de travail, des habitations et leurs alentours.

Le Congo qui aspire à une meilleure gestion possible de son environnement menacé par l’insalubrité et l’incivisme des citoyens, exige à ses habitants de ménager leurs ressources et d’améliorer leurs conditions de vie.

Firmin Ayessa, a rappelé qu’«il est question que chaque congolais, où qu’il se trouve, chaque premier samedi du mois, soit une fois mois, consacre une partie de son temps à cette activité de salubrité publique».

Le lancement de cette opération voulue pérenne, a permis au gouvernement congolais de sensibiliser les congolais sur l’importance de la salubrité.

«Chacun de nous doit le savoir, chacun de nous doit le comprendre que la salubrité, c’est la santé», a soutenu le vice premier ministre, avant d’ajouter «je ne dirais pas mieux, la salubrité c’est la santé. Et la quête de la salubrité globale, c’est la quête de la santé pour tous et pour chacun ».

 De ce point de vue, l’éducation apparaît comme un moyen essentiel à mettre en œuvre et à renforcer pour obtenir les résultats espérés et atteindre les objectifs visés.

Il est alors question pour que cette opération intègre de nouveau les habitudes des citoyens nationaux et étrangers, un travail de conscientisation doit se faire en vue de susciter l’adoption de comportements dignes, favorables et profitables à l’environnement et à l’intériorisation des enjeux environnementaux. L’objectif étant de faire naître chez le citoyen, le sentiment de respect et de responsabilité vis-à-vis de l’environnement tel que l’a relevé Firmin Ayessa qui pense qu’il faut que chacun comprenne l’intérêt général de cette opération qui, selon lui, «est une opération de salut public».

Fait ainsi, le pays entier pourra s’inscrire dans la dynamique impulsée et entretenue par le président de la République du Congo, Denis Sassou-N’Guesso de protection de l’environnement. Et par conséquent chaque congolais fera, à son niveau, la promotion de l’hygiène générale.

Préoccupé par la situation alarmante de l’état de l’environnement de travail dans le pays, chaque membre du gouvernement à assurer le relai de cette initiative, en jouant le rôle qui est le sien à savoir éduquer et inviter tout citoyen à agir individuellement ou collectivement à contribuer à la viabilité environnementale.

Ayant compris cela, les ministres Fidèle Dimou, des transports et de l’aviation civile, Antoinette Ndinga Ndzondo, des affaires sociales et de l’action humanitaire, Thierry Lézin Moungalla, de la communication et des médias, Inès Nefer bertille Ingani, de la promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement, du directeur du cabinet du ministre Léon Juste Ibombo, Franck Siolo, représentant le ministre en mission et bien d’autres, qui, pelle, râteau, hache à la main, ont retroussé les manches en posant le même acte en compagnie de leurs administrés.

Le souhait est que l’opération « ville, village et habitation propre» qui vient d’être lancée s’inscrive dans la durée, tout en faisant qu’elle intègre toutes les mesures concrètes existantes visant à promouvoir une politique de l’environnement efficace dans un pays qui aspire au développement.

 

 

Achille Schillains, CONGOPROFOND.NET/Correspondant à Brazzaville


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Or: Remplacements des réserves et nouvelles opportunités pour sécuriser le programme de KIBALI étalé sur plus de 10 ans

Published

on

La plus grande mine d’or d’Afrique, Kibali, est sur la bonne voie pour le remplacement de ses réserves réduites par l’exploitation en 2022, tandis que de nouvelles opportunités de croissance soutiendront également son plan d’affaires étalé sur plus de 10 ans et son statut de l’un des actifs de niveau 11 de Barrick Gold Corporation.

Le président et président directeur général de Barrick, Mark Bristow, a déclaré à la presse aujourd’hui que le gisement prolifique KCD de Kibali continuait d’offrir de la valeur supplémentaire vu que le forage actuel est axé sur la conversion des ressources en réserves et sur l’exploration des filons qui sont encore ouverts en profondeur. En outre, les cibles de Mengu Hill, Ikanva et Gorumbwa présentent le potentiel nécessaire pour renforcer le portefeuille souterrain de Kibali.

« Kibali est une opération très rentable avec ses trois centrales hydroélectriques de classe mondiale qui couvrent la majeure partie de ses besoins énergétiques. Elles seront suppléées par une nouvelle centrale solaire de 17MW qui, une fois achevée en 2025, fera passer la part des énergies renouvelables dans les sources énergétiques de la mine de 81% à 93%, » a déclaré Bristow.

Les références écologiques de Kibali comprennent également la réduction continue des eaux douces provenant de la rivière Kibali et un programme de reboisement qui, à ce jour, a permis de planter plus de 10,000 arbres. La mine poursuit son programme d’appui à la conservation de la biodiversité au Parc National de la Garamba en RDC, avec la réintroduction des rhinocéros provenant d’Afrique du Sud. Les 16 premiers rhinocéros sont attendus à Garamba d’ici la fin du deuxième trimestre de cette année et seront suivis de 60 autres au cours des trois prochaines années.

Conformément à la politique globale de Barrick consistant à employer et à promouvoir les ressortissants du pays hôte, Arthur Kabila a été nommé premier directeur général congolais de Kibali. Depuis l’année dernière, huit autres postes clés de direction et techniques sont désormais occupés par des Congolais.

 

Tshieke Bukasa/Congoprofond


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising