Connect with us

Politique

Congo/Brazza : le 1er ministre Clément Mouamba en 5 points

Published

on

Nommé premier ministre de la République du Congo le 23 avril 2016, Clément Mouamba est le symbole de la «nouvelle République» et du gouvernement de « rupture» voulus par Denis Sassou Nguesso, après sa réélection à la tête du Congo. De l’indépendance à ce jour le Congo a connu 18 premiers ministres. L’actuel se distingue de ses prédécesseurs par son autorité de compétences, son style managérial, son management des hommes et des égos, son intégrité et sa bonhommie. Nous allons donc plonger dans le MOUAMBA-LAND en cinq points.

 

  1. L’expérience au service de la nation

 Clément Mouamba, premier ministre, chef du gouvernement congolais a un parcours élogieux. Financier de formation, il a travaillé à la Banque de développement des Etats de l’Afrique Centrale (BDEAC) ; il a été conseiller du président de la République, ministre des finances dans les années 90. Il a été également directeur général de la Banque commerciale du Congo (BCC). De par son expérience, Clément Mouamba représente un atout majeur dans les négociations avec le Fonds Monétaire International (FMI). En tant que personnalité, il est une caution morale pour le Congo auprès des institutions financières internationales et autres bailleurs économiques. Avec lui donc, le Congo peut bénéficier de l’appui des partenaires financiers étrangers comme les Banques de développement et d’autres investisseurs économiques.

  1. L’autorité de compétence

Cette expérience fait de lui une personnalité jouissant d’une compétence sur le plan économique, financier et sectoriel. Homme pragmatique, le Premier Ministre fédère des énergies dans le cadre de l’exécution des tâches gouvernementales, au regard de la diligence faite dans le traitement des différents dossiers en instance. En sa qualité de chef du gouvernement, le premier ministre se place au-dessus de la mêlée afin de mieux cultiver les différences, gérer les égos, les intrigues politiques, les barrières ethniques, en privilégiant l’esprit patriotique et la volonté de vivre ensemble autour d’un idéal commun, celui du développement socio-économique du Congo.

En dépit des complexités qui trouvent leur terreau dans les jeux politiques, il a su maintenir la cohésion gouvernementale afin de mieux orchestrer la vision du chef de l’Etat, Denis Sassou-N’Guesso.

  1. La disponibilité

 Hormis ses compétences professionnelles, Clément Mouamba, pour avoir occupé des hautes fonctions, a marqué ses interlocuteurs et invités par sa disponibilité et sa légendaire bonne humeur. Il n’est pas rare de le voir venir en soutien à un Ministre. Fidèle au poste tôt le matin et tard le soir, il incarne le bon fonctionnaire ayant un sens du service élevé et une disponibilité totale dans la mise en œuvre de la vision du Chef de l’Etat. Il est de ceux qui pensent que toute crise est une opportunité, disponible et rompu aux négociations de haut niveau, ce haut cadre travaille presque 24h /24h 6 jours sur 7. Discret, son temps de cerveau disponible est consacré au travail, à la lecture et au sport.

  1. La fabrique du consensus

 Le premier ministre est un artisan farouche de la paix, au regard du consensus permanemment recherché suite aux discutions politiques actuelles au Congo. Tout au long de son action publique, il a toujours participé à la fabrication des consensus congolais. C’est un homme de consensus qui recherche l’implication des compétences de tous malgré leurs diversités politiques dans le seul but de privilégier l’intérêt de la nation une et indivisible. Il dispose en outre d’une qualité de meneur d’hommes caractérisée par un tempérament modéré.

  1. Le patriotisme économique

 Le patriotisme économique fait de lui cette personnalité qui accompagne le programme de société du chef de l’Etat, La Marche vers le développement. Cet élan patriotique l’emmène à mettre en place une orthodoxie financière. Cela permettra de redonner confiance aux investisseurs. Outre cela, la lutte contre les antivaleurs, à travers la bonne gouvernance économique en vue d’assurer des lendemains meilleurs au peuple congolais.

Enfin le premier ministre Clément Mouamba représente un grand espoir pour le peuple congolais dans le cadre de l’aboutissement du projet de société président de la République et des négociations avec le FMI et les autres bailleurs de fonds. Ce, grâce à un gouvernement animé par un sursaut national pour une bonne gouvernance économique.

 

 

Achille Schilains/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Or: Remplacements des réserves et nouvelles opportunités pour sécuriser le programme de KIBALI étalé sur plus de 10 ans

Published

on

La plus grande mine d’or d’Afrique, Kibali, est sur la bonne voie pour le remplacement de ses réserves réduites par l’exploitation en 2022, tandis que de nouvelles opportunités de croissance soutiendront également son plan d’affaires étalé sur plus de 10 ans et son statut de l’un des actifs de niveau 11 de Barrick Gold Corporation.

Le président et président directeur général de Barrick, Mark Bristow, a déclaré à la presse aujourd’hui que le gisement prolifique KCD de Kibali continuait d’offrir de la valeur supplémentaire vu que le forage actuel est axé sur la conversion des ressources en réserves et sur l’exploration des filons qui sont encore ouverts en profondeur. En outre, les cibles de Mengu Hill, Ikanva et Gorumbwa présentent le potentiel nécessaire pour renforcer le portefeuille souterrain de Kibali.

« Kibali est une opération très rentable avec ses trois centrales hydroélectriques de classe mondiale qui couvrent la majeure partie de ses besoins énergétiques. Elles seront suppléées par une nouvelle centrale solaire de 17MW qui, une fois achevée en 2025, fera passer la part des énergies renouvelables dans les sources énergétiques de la mine de 81% à 93%, » a déclaré Bristow.

Les références écologiques de Kibali comprennent également la réduction continue des eaux douces provenant de la rivière Kibali et un programme de reboisement qui, à ce jour, a permis de planter plus de 10,000 arbres. La mine poursuit son programme d’appui à la conservation de la biodiversité au Parc National de la Garamba en RDC, avec la réintroduction des rhinocéros provenant d’Afrique du Sud. Les 16 premiers rhinocéros sont attendus à Garamba d’ici la fin du deuxième trimestre de cette année et seront suivis de 60 autres au cours des trois prochaines années.

Conformément à la politique globale de Barrick consistant à employer et à promouvoir les ressortissants du pays hôte, Arthur Kabila a été nommé premier directeur général congolais de Kibali. Depuis l’année dernière, huit autres postes clés de direction et techniques sont désormais occupés par des Congolais.

 

Tshieke Bukasa/Congoprofond


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising