Connect with us

À la Une

Congo/Brazza: Dr Pierre M’pelé publie “Itinéraire d’un médecin africain”

Published

on

 

Dr Pierre M’pelé, médecin et ancien employé de l’ONUSIDA et de l’Organisation de la Santé (OMS) vient de publier son premier livre sur la médecine et l’infection du VIH/SIDA en Afrique intitulé : “Itinéraire d’un médecin africain. Du commencement au début de la fin de l’épidémie du SIDA en Afrique”.

« J’ai écrit ce livre pour dire à ceux qui luttent contre le VIH/Sida. J’ai raconté comment cette épidémie est arrivée, comment je me suis impliqué, comment établir des relations tout à fait exceptionnelles avec des personnalités, des communautés et des personnes vivant avec le VIH Sida pour faire avancer la lutte contre le Sida au Congo et en Afrique », a indiqué Dr Pierre M’pelé.

L’auteur veut partager aux générations actuelles et futures son expérience dans la lutte contre l’épidémie du Sida. Il évoque le combat mené par d’autres médecins de l’Afrique et des organisations des Nations Unies pour l’éradiquer d’ici à 2030.

Aussi, profite-t-il de son livre pour s’engager dans le plaidoyer d’aujourd’hui pour dire ce qu’il pense du Sida et proposer des voies à suivre pour atteindre les objectifs 3 prescrit dans les Objectifs du développement durable (ODD), qui concerne la santé : Finir avec le sida d’ici à l’an 2030.

Le monde doit accélérer la lutte contre le Sida, l’Afrique en particulier. Peut-être pas l’éradiquer dans son ensemble, mais finir avec le SIDA en tant que problème majeur de santé publique.

Pour y parvenir, les gouvernants doivent prendre des décisions politiques en décentralisant par exemple, la prise en charge et le dépistage.
« Il faut décentraliser dans tous les centres de santé même dans la politique de santé publique faire que les populations aient accès au dépistage. Cela permettra de connaître le statut sérologique. À ce moment-là, elles doivent avoir l’accès au traitement. Les traitements marchent très bien, on ne prend plus qu’une gélule par jour », a expliqué le Dr Pierre M’pelé qui se félicite des avancées constatées dans les recherches médicales.

Toutes les initiatives nécessitent des financements. Les gouvernants africains doivent changer de paradigme, prendre des décisions politiques et rechercher les financements pour atteindre les objectifs.

Ces financements, pense l’auteur, ne doivent pas forcement venir de l’extérieur mais de l’intérieur des pays africains en rationnalisant les budgets nationaux, les budgets de la santé. Cela permettra aussi à l’Afrique de mettre en place les testes gratuits, les traitements de façon organisée pour éviter les ruptures.

Quid de l’auteur ?

Pierre M’pelé a été un grand activiste de la protection des droits des personnes qui vivaient avec le VIH. Il est actuellement ambassadeur pour l’Afrique de l’organisation internationale des Mercy Ship à travers son bateau hôpital Africa Mercy, qui offre des soins chirurgicaux gratuits aux populations africaines.

Il avait quitté le Congo en 2013 pour le Madagascar, le Benin et le Cameroun. Il est actuellement en Guinée Conakry. Il sera au mois d’août au Sénégal pour une période de dix mois, le Libéria et la Sierra Léone.

« Je m’occupe à établir les relations avec les gouvernants, chef d’Etat, les ministres de la Santé et des partenaires.

Amener le bateau dans ces pays-là et offrir des soins gratuits sur des pathologies complexes et des opérations chirurgicales qui coutent chères pour lesquelles les Africains ne peuvent pas investir », a-t-il expliqué.

Au Congo, il a été le premier responsable dans la lutte contre le Congo de 1985-1998. C’est sous lui que le premier Centre de traitement ambulatoire (CTA) des malades du sida au CHU-Brazzaville, verra le jour. Il a occupé d’autres fonctions dans son pays. Il a été le directeur général du laboratoire national de santé publique.

Il quittera le pays en 1998 pour aller servir aux Nations-Unies à Genève à l’ONU Sida. Puis à Abidjan où il sera directeur régional de l’ONU Sida pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, avec une responsabilité sur 25 pays dont 14 en Afrique de l’Ouest et 11 en Afrique Centrale.

Il est nommé directeur de l’ONU Sida pour le Nigeria de 2004 à 2007.

Ensuite, il partira de l’ONU Sida pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Il sera successivement de 2007 à 2016, le représentant de l’OMS en Guinée Equatoriale, au Togo, en Ethiopie et supervisant la coopération entre l’OMS et l’Union Africaine, ensuite représentant de l’OMS au Benin.

Au niveau africain, il a participé à la lutte contre le Sida. Il est à la fois co-fondateur de la Conférence internationale sur le Sida en Afrique et de la société antisida qu’il a présidée de 1995-2005.

Notons que le 22 janvier 1988 dans le New York Times, qui chaque jour citant une personnalité, rapportait certains de ses propos à propos du Sida « L’épidémie du Sida sera en Afrique comme une guerre. C’est-à-dire qu’il va ravager les générations les plus vulnérables, la jeunesse ».

Achille Schillains, CONGOPROFOND.NET//Correspondant à Brazzaville


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

TP Mazembe: Le technicien Coppolani porte plainte contre Kitengie, Siadi Baggio et Adolphe Kabamba

Published

on

« Aujourd’hui, j’ai déposé plainte contre Frédéric Kitengie et Siadi Baggio pour diffamation, et contre Adolphe Kabamba pour propos racistes et haineux. Ma plainte à la FIFA, ce sera pour rupture abusive du contrat, diffamation et racisme », a déclaré le technicien français Alexandre Coppolani après l’annonce par le TP Mazembe, ce lundi 04 juillet, de la fin du contrat qui le liait à son préparateur physique.

Contacté par nos confrères de “Ma vie pour Mazembe”, le technicien français s’est montré confiant tout en fustigeant le comportement du manager du TP Mazembe, Frédéric Kitengie, qui selon lui, va tuer le club en continuant ainsi.

Il annonce avoir déposé trois plaintes au pénal en France et ajoute que aujourd’hui mardi, il saisira la FIFA.

Dejà quelques minutes après la publication du communiqué sur le site web des Corbeaux sur la rupture de son contrat, le technicien français a réagi sur sa page facebook en ces termes.

«Je remercie les fans du TP Mazembe pour les moments que nous avons partagé, je tiens a les assurer que j’ai tout donné pour ce club.»

«J’ai apporté le maximum que je pouvais. Je remercie le président Moïse Katumbi pour sa confiance et le conseiller Ramazani pour son soutien sans faille. Je souhaite toute la réussite à ce grand club mais aussi du changement dans le management.»

«Plusieurs postes ne peuvent pas être occupés par un seul homme ( manager, directeur sportif, journaliste, agent des joueurs, avocat à ses heures perdues, directeur de chaîne de TV, voyagiste) qui veut avoir le contrôle sur tout mais qui ignore peut-être qu’il y a des règles et des lois en dehors de la RDC.»

Affaires à suivre !

Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising