Connect with us

À la Une

Congo/Brazza: Antoine-Béli Bokolojoué satisfait de l’adoption de la loi sur l’urbanisme et la construction

Published

on

Le président de l’Ordre des architectes du Congo, Antoine-Béli Bokolojoué, tient à booster les choses au sein de l’institution. Au cours d’une conférence de presse animée à Brazzaville, il a présenté la nouvelle loi n°6-2019 du 5 mars 2019 portant Code de l’urbanisme et de la construction. Elle compte 259 articles et va désormais réguler le mode de vie au niveau de l’urbanisme et de la construction.

Ce décret pris par le président de la République est innovateur. Dès son arrivée à la présidence de l’Ordre, le premier combat de Antoine-Béli Bokolojoué a été, de s’attaquer aux lois qui régissent le métier principalement la loi des architectes de 1992.

Ensemble avec son bureau, un travail de fond a été ainsi fait pour ramener le nouveau Code au contexte actuel. Il fallait se plier en quatre pour plaider de son adoption au niveau du Sénat.
« Nous avons apporté notre modeste construction à l’élaboration de la loi portant titre et exercice de la profession d’architecte dans notre pays et loi sur l’orientation de l’architecture. Ces deux lois sont encore sur la table du conseil des ministres », a souligné le président de l’Ordre des architectes du Congo.

Et d’ajouter: « Pendant la tenue de l’assemblée générale, on a présenté 12 jeunes architectes qui venaient de sortir de l’école. Les conditionnalités au niveau de l’Union des architectes d’Afrique et de l’Union internationale des architectes (UIA), imposent qu’un jeune sorti de l’école fasse absolument deux ans de stage dans des cabinets pour porter le titre ».

Il a rappelé que « la loi 013 du 29 avril 1992 stipule dans son article 19 nul ne peut exercer la profession d’architecte au Congo s’il n’est inscrit à l’ordre des architectes du Congo ».

Ces jeunes seront formés et amenés à intérioriser le Code surtout à respecter le cadre déontologique ainsi que les lois qui régissent leur profession.

Il en sera de même pour les anciens architectes qui n’ont plus fait des formations. Cette formation sera basée entre autres sur le Bim, sur l’environnement, le géni climatique.

Notons que la construction est recadrée par le loi qui rappelle à son article 202 que « il est institué du point de vue des procédures d’autorisation trois catégories de permis de construire : le permis de construire de catégorie I, pour les constructions uniquement à rez-de-chaussée, à usage d’habitation ou non, dont l’emprise au sol ne dépasse pas 100 m² et simples par leur composition et de par leurs structures de résidence ; le permis de construire de catégorie II, pour les construction à rez-de-chaussée dont l’emprise au sol dépasse 100 m², les constructions à plus d’un niveau et celles d’intérêt local ; le permis de construction de catégorie III, pour les constructions ou ouvrages d’intérêt national, des organisations internationale et des Etats étrangers, les constructions ou ouvrages à l’intérieur des périmètres d’opérations d’intérêt national ».

Seulement l’obtention du permis de la catégorie III est exclusivement réservée au ministère de la construction, de l’urbanisme et de l’habitat.

L’Ordre des architectes se dit disposé à accompagner le gouvernement dans la vulgarisation de ce nouveau Code. Le métier d’architecte est envahi au Congo par des étrangers.

Sans être xénophobe ou raciste, Antoine Béli entend donner la priorité aux architectes nationaux.

Les articles 2 du chapitre 1 portant Règles générales de l’urbanisme : «Sont interdites, sauf prescriptions spéciales : les constructions dans les zones exposées à des risques naturels possibles tel que l’inondation, l’érosion, l’affaissement, les sables mouvants, ou autres ; les constructions dans les zones et les emprises soumises à des servitudes sur lesquelles il est interdit de bâtir, y compris les carrières de pierre et de sable ; les construction dans les aires protégées, les zones de mise de mise en défens, les zones pétrolières et gazières, les sites abritant le patrimoine archéologique ou botaniques, les aires de détente ou de sport, les aires agropastorales ou à vocation agropastorales et/ ou aquacole ».

Et l’article 3 stipule que « les constructions susceptibles d’être exposées à des risques industriels ou à des nuisances graves telles que les pollutions industrielles, acoustiques, ne sont autorisées que lorsque ces constructions respectent les règles spécifiques d’isolation et de protection».

L’élection de Béli-Antoine à la tête de l’Ordre des architectes du Congo pour un troisième mandat, est un mérite. La maîtrise des dossiers de l’urbanisme et de la construction a joué de beaucoup dans le renouvellement de cette confiance que lui ont renouvelée les membres de leur institution. Le conseil national a joué à la prudence en le reconduisant pour un troisième mandat.

Achille Schillains, CONGOPROFOND.NET /Correspondant à Brazzaville


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Du 24 au 26 avril “Semaine française de Kinshasa” : Sortir de la sempiternelle notion du potentiel et parler de la mise en œuvre des opportunités et des partenariats 

Published

on

Mettre les bouchées doubles pour sortir de la continuelle notion du potentiel que regorge le sol et le sous-sol de la RDC et parler vraiment de la mise en œuvre des opportunités et des partenariats. C’est ce qu’a indiqué l’ambassadeur de France à Kinshasa, Bruno Aubert, lors de son allocution à l’occasion de la conférence de presse sur la 8è édition de la Semaine française de Kinshasa, ce mardi 16 avril au Pullman Hôtel de Kinshasa. Ce grand rendez-vous économique, organisé par la CCI Franco-Congolaise, est attendu du 24 au 26 avril au Pullman sous le thème : ” Les leviers de la croissance”.

La reprise en rythme des semaines françaises après l’interruption dans les années passées est la manifestation d’une confiance forte de la France dans le potentiel économique de la RDC et la conviction partagée avec vous qu’il faut travailler ensemble et sortir de la sempiternelle notion du potentiel et parler vraiment de la mise en œuvre des opportunités et des partenariats”, a affirmé le diplomate.

Se réjouissant du fait que la cellule du climat des affaires de la présidence soit activement associée et présente, le diplomate français a invité les partenaires à capitaliser et travailler les résultats positifs sur terrain.

Je suis très heureux que la cellule du climat des affaires de la présidence de la République soit activement associée et présente. C’est de très bon augure pour le temps qui s’ouvre devant nous. Ce qui est remportant au delà d’une trentaine d’entreprises qui viendront certes c’est modeste, c’est de travailler sur cette pente ascendante”, a-t-il appuyé.

Pour sa part, Francine Mbuyi Kabongo, Conseillère technique de la Cellule climat des affaires à la présidence de la RDC, envisage que la RDC puisse mettre en place des mesures incitatives. Ce, pour accroître les investissements tant dans la capitale que dans les différentes provinces du pays. ” Je voudrais ici exprimer notre reconnaissance d’avoir associé la cellule climat des affaires à ce programme. Nous sommes convaincus que les différents conférenciers et panelistes de haut niveau pourront aborder les thématiques obtenues entre autres celles en rapport avec les mines, la logistique, la vie durable, la santé,les infrastructures, l’énergie ainsi que l’agroalimentaire à un climat des affaires stables pour attirer davantage des investisseurs dans le pays. Il est important pour la RDC de pouvoir travailler et mettre en place des mesures incitatives afin d’accroître les investissements dans le pays bien particulièrement non seulement à Kinshasa mais dans les différentes provinces de la RDC; voir des investissements français croître raison pour laquelle le Président de la République a mis en place la cellule climat des affaires sous son autorité en 2020″, a-t-elle indiqué, avant d’affirmer que cette Cellule travaille déjà sur plusieurs problématiques pour assainir le climat des affaires en RDC.


Elle a également évoqué le bien-fondé du baromètre national, qui va permettre aux opérateurs économiques d’exprimer leur ressenti sur les affaires, mais aussi et surtout de partager leur expérience, leur difficulté sur l’exercice même de leur activité dans le pays.

“Le Chef de l’État s’est approprié de cette question afin de pouvoir rassurer les opérateurs économiques qui font face à divers obstacles et entraves dans l’exercice même de leur activité. Il était important de favoriser une politique de proximité par la création d’un point focal qui assure l’interaction privée près le Président de la République. Le baromètre national du climat des affaires permet à la RDC de raconter sa propre histoire et notamment aux opérateurs économiques d’exprimer leur ressenti sur leur manière de faire les affaires, mais également de partager leur expérience, leur difficulté sur l’exercice même de leur activité dans le pays, cela permet aux divers acteurs à quel niveau que ce soit de pouvoir mettre en place une batterie de réformes qui pourront améliorer les conditions de travail en RDC et rendre le climat des affaires stable”, a fait savoir Francine Mbuyi.

Il convient de noter, à la suite du président de la CCI Franco-Congolaise, Bertrand Bisengimana, qu’en marge de ces assises sera présentée la “Communauté Afrique-France Entrepreneurs” ayant pour objectif de favoriser les partenariats entre entreprises du continent africain et celles basées en France, dans une logique de pairs à pairs. ” L’idée est née à l’issue du nouveau sommet Afrique-France de Montpellier : mettre en place une plateforme de connexion afin d’encourager les partenariats entre entreprises africaines et françaises”, a-t-il expliqué.

Rappelons que la 8è édition de la Semaine française de Kinshasa interviendra du mercredi 24 au vendredi 26 avril prochain. La Chambre de commerce industrie ( CCI) franco congolaise est au four et au moulin pour qu’elle soit un succès retentissant.
Près d’une quarantaine d’entreprises françaises au Congo vont prendre part à cet événement.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte