Connect with us

Actualité

Conférence économique africaine 2022 : Les délégués attendus en Île Maurice du 9 au 11 décembre

Published

on

 

Le ministre des Finances, de la plannification économique et du Développement de l’Ile Maurice, Renganaden Padayachy, vient d’annoncer la tenue prochaine de la conférence économique africaine 2022. Cette annonce a été fait lors d’une conférence de presse par rapport à la tenue de cet evenement.

En effet, il s’agit du plus grand forum de discussion qui porte sur les défis et opportunités diverses emergentes du continent. Elle est en principe organisée chaque année de façon conjointe avec la Banque africaine de développement, la Commission économique des Nations-Unies pour l’Afrique et le Programme des Nations unies pour le développement.
Le thème choisi cette année est : « Soutenir un développement sensible aux développement aux changements climatiques en Afrique ».

La conférence sera sous format hybride et les participants vont se réunir physiquement dans la ville côtière de Balaclava, située au nord-ouest de Maurice.

A en croire le ministre des Finances, de la planification économique et du développement qui s’est dit très heureux d’accueillir un evenement aussi prestigieux, ceci est un vrai privilège et un honneur pour son pays. Abordant ainsi, le thème retenu, il a entre autre fait mention du rapport mondial sur les risques 2021, lequel décrit l’Afrique comme le continent le plus vulnérable aux catastrophes climatiques et Maurice comme étant fortement exposée aux impacts du changement climatique.

En outre, il a renseigné que le gouvernement mauricien était déterminé à accélérer le processus de transformation verte du pays, avec pour objectif de générer 60% d’energie à partir de sources renouvelables d’ici 2030. La croissance durable et le développement inclusif impliquent une économie plus propre, plus verte et à la fois plus résiliente au climat.

De son coté, le directeur général adjoint pour l’Afrique australe de la Banque africaine de développement, Kennedy Mbekeani, a d’abord remercié le gouvernement mauricien d’avoir accepté d’accueillir cette rencontre de 2022, qui n’est plus qu’une plateforme de réflexion approfondie sur le renforcement des capacités institutionnelles pour mieux développer des mécanismes innovants et respectueux du climat pour renforcer la résilience en Afrique et la volonté de s’orienter vers des voies de développement à faible émission de carbone.

Toutefois, il a renchéri que l’approvisionnement en eau et la production alimentaire pourrait être entravée par l’évolution des conditions météorologiques. Les régions les plus vulnérables de l’Afrique sont autant fragiles à cause de leur dépendance aux matières premières non transformées et de manque de diversité économique.

Selon M. Mbekeani, la mise en place de politiques respectueuses du climat pourrait devenir un moteur de développement en Afrique, si à cela s’ajoute des investissements en vue de mieux renforcer la résilience au changement climatique et surtout contribuer à plus des retombés économiques et sociales.

Pour lui, la nouvelle stratégie du groupe de la banque africaine de développement en matière de changement climatique et de croissance verte pour 2021-2030, vise à mieux réponde aux disparités de la finance climatique en Afrique et à renforcer la voix du continent sur les questions liées au changement climatique.

Signalons que d’autres experts, à savoir, Tony Muhumuza, économiste principal du Pnud, Eric Ogunleye, Vish Soondram, ont pris part à cette conférence.

 

Melba Muzola/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

RDC : le taux de fourniture en électricité passe de 15℅ en 2023 à 19℅ en 2024

Published

on

En République démocratique du Congo le taux de la desserte en électricité s’élève à 19℅ en 2024. Cette précision est donnée par le ministre congolais en charge des ressources hydrauliques , Teddy Lwamba Muba.

Lors d’un briefing tenu à la Radio télévision nationale congolaise (RTNC 3) ce jeudi 18 juillet avec son collègue de la communication et médias, le ministre Lwamba a tout de même indiqué que le taux de la desserte en eau potable s’élève actuellement à 34%.

Le briefing a été consacré essentiellement aux «Priorités en matière de desserte en eau et de fourniture en électricité en République Démocratique du Congo».

En 2024, le taux de la desserte en eau potable en République démocratique du Congo s’élève à 34 % et en électricité à 19 %. Le gouvernement de la République (…) par le ministère des Ressources hydrauliques et électricité s’engage à mettre des moyens pour réussir à doubler ce taux en 5 ans “, a déclaré Teddy Lwamba Muba.

On se rappellera qu’en 2023, le Directeur général de la Regideso avait indiqué que plus de 36,1 millions de personnes étaient connectées au réseau de la Regideso, soit 35,5% sur l’échelle de 100 millions d’habitants. Ce nouveau taux avancé par le ministre a légèrement baissé par rapport à celui de 2023. (De 35,5℅ à 34℅).

En ce qui concerne l’électricité, en 2023 la RDC affichait un taux d’électrification de 15 % à l’échelle nationale avec de fortes disparités entre les villes (35 %), les zones rurales (1 %) et les zones périurbaines (moins de 5 %).

En sommes, la RDC continue à afficher un des taux d’électrification les plus bas du continent africain.

Pourtant cet immense territoire, deuxième pays le plus grand d’Afrique, représente à lui seul 8 % du potentiel hydroélectrique mondial, une source d’énergie qui constitue 95 % du mix électrique du pays.

Abritant le plus grand fleuve du continent et le deuxième du monde après l’Amazonie en débit interannuel moyen, la RDC pâtit toutefois d’une faible capacité installée (moins de 3 000 mégawatts, dont la moitié est inexploitée par défaut de maintenance), et de l’absence de réseau de distribution intégré à l’échelle nationale.

Willy Theway/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte