Connect with us

Actualité

Combattre la désinformation en période électorale : un travail sans relâche pour les journalistes

Published

on

 

En cette année où notre pays, la République démocratique du Congo, organise son quatrième cycle électoral, il convient de souligner que la bataille de communication entre les différents candidats aux élections semble intense.

Parmi les canaux de communication utilisés pour diffuser les messages de campagne, Internet occupe une place prépondérante. Facebook, WhatsApp, Twitter, TikTok, Instagram sont les plateformes numériques les plus largement exploitées de nos jours.

Afin de rallier les électeurs à leur cause, les candidats déploient des stratégies machiavéliques contre leurs concurrents. Des messages datant de cinq, six ou dix ans sont exposés sur les réseaux sociaux. La campagne de désinformation est lancée. Que ces messages soient vrais ou faux, les motivations sont claires : nuire aux concurrents lors des élections (présidentielles, législatives, municipales et locales).

Les rédactions des différents médias sont envahies par les informations de campagne des candidats à tous les niveaux. Il est vrai que, en raison de la rentabilité de cette période électorale grâce à la publication et/ou à la diffusion de publireportages réalisés pour les candidats, certains contenus n’ayant aucun lien avec les élections sont mis de côté, ce qui ne constitue pas un délit de presse.

Avant les élections : surveiller la campagne
Selon l’Agence France Presse (AFP), “suivre la présence en ligne des candidats et des partis politiques pendant la campagne est aussi important que couvrir leurs réunions ou leurs déclarations publiques”.
“L’établissement d’une veille sur ce qu’ils disent, d’où ils le disent et les réactions qu’ils suscitent : tout cela peut être utile pour la couverture d’une campagne électorale”, conclut l’AFP.
Pour surveiller les candidats et les partis politiques pendant la campagne électorale, certains outils sont importants et peuvent aider les chevaliers de la plume : Google Trends, CrowdTangle, Well-Known, Wayback Machine et OpenSecrets. Ils permettent de se renseigner sur les informations de campagne les plus recherchées, les financements de campagne et de nombreuses autres données qui intéressent les chasseurs d’informations.

Google Images et Invid restent des outils de recherche de base pour connaître la source ou l’origine d’une photo ou d’une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, en effectuant une “recherche d’image inversée”.

Semer la confusion le jour du scrutin
Nous sommes convaincus que des publications tenteront de semer la confusion parmi les électeurs peu avant le vote ou le jour même, en particulier en diffusant de fausses affirmations concernant des violences près des bureaux de vote, une participation gonflée ou inférieure à la réalité, de fausses règles concernant l’organisation de l’élection ou les conditions pour avoir le droit de voter.

De plus, des tentatives d’influencer la décision des électeurs en diffusant de faux chiffres concernant le vote des Congolais de la diaspora ou les premiers sondages à la sortie des urnes, ainsi que des accusations de corruption et de fraude, feront également partie des manœuvres des candidats aux élections.

Après les élections, la désinformation ne s’arrête pas lorsque les bureaux de vote ferment, bien au contraire. Une nouvelle phase s’ouvre souvent, au cours de laquelle certains cherchent à discréditer les résultats, les candidats et le système électoral, voire à déclencher des violences.

Les accusations de fraude relayées par exemple par l’ancien président américain Donald Trump dans les médias et sur les réseaux sociaux avant, pendant et après l’élection de 2020 ont conduit à l’assaut du Capitole à Washington par ses partisans.
Nous y reviendrons !

MFUMU DIASILUA K./CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Actualité

Un candidat sérieux pour la cage de la RDC : Fayulu mène le FC Sion vers la promotion en Super League suisse avec un nouveau clean sheet !

Published

on

By

 

 

Dans un match crucial de l’avant-dernière journée de la Challenge League suisse, l’AC Bellinzona a été battu 0-2 par le FC Sion. Une performance remarquable a été réalisée par Timothy Fayulu, le gardien congolais, qui a disputé la totalité du match pour la 40ème fois consécutive cette saison. Fayulu a également enregistré son 18ème clean sheet, illustrant sa brillante performance entre les buts.

Avec cette victoire, le FC Sion est désormais en tête de la Challenge League suisse. Ils ont accumulé 22 victoires, 10 matchs nuls et seulement 3 défaites, marquant 69 buts et en encaissant 23. Si Sion gagne ou fait match nul lors de la dernière journée, ils seront promus en Super League et couronnés champions de la Challenge League.

Le prochain match du FC Sion en Challenge League se déroulera lors de la dernière journée contre Schaffhouse. Cette rencontre aura lieu le lundi 20 mai 2024 au Stade de Tourbillon en Suisse. Timothy Fayulu, qui a récemment exprimé sa décision de représenter son pays, la République démocratique du Congo, devrait figurer sur la liste de l’équipe nationale pour les prochains matches en juin.

 

Désiré Rex Owamba /CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte