Connect with us

Culture

CENCO : 2 religieux proposent la création d’une commission autonome de la pastorale de la Santé

Published

on

Le monde scientifique et littéraire vient de s’enrichir d’un nouvel ouvrage, œuvre de l’abbé Firmin Mboma (prêtre du diocèse de Kenge): “Quel futur après covid19 : une pastorale sanitaire de proximité”

Cet ouvrage de 133 pages, édité par Éditions Feu Torrent en mai 2021, traite d’un sujet d’actualité: la problématique de la santé dans le contexte du coronavirus.

Firmin Mboma et Léon Mukwa Kiere (co-auteur, recteur du collège Saint Jean Bosco de Kenge) jettent un regard perspectif de la vie après la pandémie de coronavirus. Dans ce livre, ils recensent les notions et les idées que les hommes se font de l’origine de la pandémie qui a mis le monde entier en difficulté. Ils éclairent la pensée et attirent l’attention de ceux qui attribuent l’origine de covid19 à la colère de Dieu contre l’humanité.

Mieux que simples théoriciens, abbé Firmin Mboma et le frère Joséphite de Kinzambi proposent la création au sein de la Cenco (conférence épiscopale nationale du Congo) d’une commission autonome de la pastorale de la santé.

Ils conçoivent cette nouvelle commission comme une opportunité pour l’église catholique dans son engagement pour la promotion et la prévention de la santé totale de ses fidèles.

Les deux prêtres de Kenge estiment que la sous-commission de “pastorale des malades” incluse au sein de la commission épiscopale Caritas-Développement ne serait pas suffisante pour trouver des solutions aux problèmes de santé des populations dans leur globalité.

Tout en reconnaissant le rôle de l’église catholique (par ses structures de santé) dans les soins médicaux, les auteurs soulignent l’importance à accroître son efficacité “en prenant en compte les autres dimensions de la santé, notamment l’accompagnement psychosomatique, la formation des aumôniers, la dimension relationnelle, spirituelle, etc”. Pour eux, “la pastorale de la santé en RDC ne tourne pas encore à la vitesse de croisière”. Ils constatent que le fait que la pastorale de la santé est enfermée comme une sous-commission “ad experimentum” au sein de la Caritas, “cela n’aide pas son émancipation”. “Car on s’occupe uniquement de l’aspect technique de la santé : médicaments, pharmacie, etc.(sans tenir compte des autres dimensions de la santé)”.

Émile YIMBU/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Kaniama Kasese : 200 volontaires de Kasumbalesa en route pour le Centre de formation “Félix Tshisekedi”

Published

on

Après ceux de Kinshasa, Mbuji-Mayi et Lubumbashi, c’est au tour de quelques jeunes de Kasumbalesa de se voir doter de la tenue bleue et jaune, symbole du Service National, fièrement portée par les “Bâtisseurs” de la République. Parmi ces jeunes, 60 % sont des volontaires désireux de servir la nation à travers cette structure étatique. Ils seront soumis à une formation paramilitaire, laquelle sera suivie d’un apprentissage des métiers au sein du Centre de formation “Félix Tshisekedi” à Kaniama Kasese.

C’est dans une ambiance des chants, des cantiques de remerciements aux autorités que chacun de ces jeunes volontaires a reçu des tenues bleues et jaunes, symbole du service national, et ont embarqué pour Kaniama Kasese en vue d’un séjour qui vise une transformation civique.

Ces volontaires viennent donc tordre le coup aux rumeurs qui laissaient croire que leurs prédécesseurs, récemment transférés à Kaniama Kasese, ont été victimes de l’arbitraire et seraient sous le coup de la torture.

Éduqués aux métiers, ces jeunes seront envoyés à travers le pays afin de contribuer au développement de la nation en cultivant, en construisant des écoles et des hôpitaux après leur temps de rééducation et de formation à Kaniama Kasese.

De son côté, le général major Jean-Pierre Kasongo Kabwik, commandant du Service National, rassure que tout est fait selon les instructions du Président de la République, c’est-à-dire celles relatives au respect des droits de l’homme.

Ces nouveaux pensionnaires du centre de formation et d’encadrement Félix Antoine Tshisekedi rejoignent une autre vague de Lubumbashi pour Kaniama Kasese. À leur arrivée, ces nouveaux locataires du Centre d’Instruction et de Formation Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo seront soumis à des formations élémentaires sur le civisme, la maçonnerie, l’électricité, la mécanique automobile. Ces formations seront sanctionnées par des brevets.

Il sied de rappeler que ces nouveaux pensionnaires venus du Haut-Katanga et de Kasumbalesa rejoignent les groupes qui sont déjà arrivés de Kinshasa et du Kasaï oriental. L’objectif de cette fusion est de consolider l’unité et la cohésion nationale, mission capitale du Service National, qui est directement liée à la présidence de la République.

Monica Bubanji/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte