mbet

Connect with us

Culture

CENCO : 2 religieux proposent la création d’une commission autonome de la pastorale de la Santé

Published

on

Le monde scientifique et littéraire vient de s’enrichir d’un nouvel ouvrage, œuvre de l’abbé Firmin Mboma (prêtre du diocèse de Kenge): “Quel futur après covid19 : une pastorale sanitaire de proximité”

Cet ouvrage de 133 pages, édité par Éditions Feu Torrent en mai 2021, traite d’un sujet d’actualité: la problématique de la santé dans le contexte du coronavirus.

Firmin Mboma et Léon Mukwa Kiere (co-auteur, recteur du collège Saint Jean Bosco de Kenge) jettent un regard perspectif de la vie après la pandémie de coronavirus. Dans ce livre, ils recensent les notions et les idées que les hommes se font de l’origine de la pandémie qui a mis le monde entier en difficulté. Ils éclairent la pensée et attirent l’attention de ceux qui attribuent l’origine de covid19 à la colère de Dieu contre l’humanité.

Mieux que simples théoriciens, abbé Firmin Mboma et le frère Joséphite de Kinzambi proposent la création au sein de la Cenco (conférence épiscopale nationale du Congo) d’une commission autonome de la pastorale de la santé.

Ils conçoivent cette nouvelle commission comme une opportunité pour l’église catholique dans son engagement pour la promotion et la prévention de la santé totale de ses fidèles.

Les deux prêtres de Kenge estiment que la sous-commission de “pastorale des malades” incluse au sein de la commission épiscopale Caritas-Développement ne serait pas suffisante pour trouver des solutions aux problèmes de santé des populations dans leur globalité.

Tout en reconnaissant le rôle de l’église catholique (par ses structures de santé) dans les soins médicaux, les auteurs soulignent l’importance à accroître son efficacité “en prenant en compte les autres dimensions de la santé, notamment l’accompagnement psychosomatique, la formation des aumôniers, la dimension relationnelle, spirituelle, etc”. Pour eux, “la pastorale de la santé en RDC ne tourne pas encore à la vitesse de croisière”. Ils constatent que le fait que la pastorale de la santé est enfermée comme une sous-commission “ad experimentum” au sein de la Caritas, “cela n’aide pas son émancipation”. “Car on s’occupe uniquement de l’aspect technique de la santé : médicaments, pharmacie, etc.(sans tenir compte des autres dimensions de la santé)”.

Émile YIMBU/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

Société

Grâce à sa politique globale et sa lutte contre les violences domestiques : Vodacom Congo, meilleur employeur des femmes en RDC

Published

on

By

En 2019, le Groupe Vodacom a commandé une étude à KPMG qui a suggéré que plus de 80 millions de femmes actives dans 107 pays dans le monde – environ 15 % des femmes sur le marché du travail – avaient subi des violences domestiques au cours des 12 mois précédents. Plus d’un tiers (38%) des femmes interrogées, pendant cette étude, ont déclaré souffrir d’une baisse de productivité et 22% ont révélé qu’elles arrêtaient parfois d’aller travailler ou prenaient des jours de congé.

En raison des absences au lieu de travail liées aux abus domestiques, dans les pays couverts par l’enquête de la firme KPMG, on estime que 2,1 milliards de dollars en production économique sont perdus chaque année. Quatre millions de femmes ont également raté une promotion à cause des violences domestiques, ce qui équivaut à une perte de salaire annuel moyen de 2 900 $ par femme. Cela représentait environ 13 milliards de dollars de gains potentiels totaux perdus chaque année dans ces pays.

Tenant compte des résultats de cette recherche, le Groupe Vodacom a mis en place une politique globale sur la violence domestique, définissant une gamme complète de mesures de soutien, de sécurité et d’autres mesures sur le lieu de travail pour ses employées afin de les aider à se remettre après toutes sortes de violences domestiques.

En effet, au travers de sa politique globale, le Groupe Vodacom accorde plusieurs solutions à ces employées victimes de violence domestique, notamment : l’octroi de 10 jours de congé payé, un soutien permanent accompagné des conseils approfondis sur le sujet, un travail flexible avec une possibilité de changer de lieu de travail, ainsi qu’une assistance en cas d’exploitation financière. Le groupe a également pris des mesures pour assurer leur protection contre le cyber-harcèlement et le harcèlement physique au travail, ainsi que pour améliorer leur sécurité sur le lieu de travail, y compris en cas de travail à distance ou en mode hybride.

D’autres recherches menées par le Groupe Vodacom en 2020, sur l’impact de la politique globale de Vodacom contre les violences domestiques, ont démontré que celle-ci a produit des résultats positifs dans la vie des employées du Groupe Vodacom victimes de ces abus physiques, sexuels, économiques et psychologiques. Selon ces femmes, le soutien fréquent des conseillers, l’assistance spécialisée et les congés payés sont des solutions adaptées à leur situation.

En plus, la formation des cadres du Groupe Vodacom sur les solutions face aux violences faites aux femmes a eu un impact direct et efficace. Celle-ci leur a permis d’accompagner leurs collègues femmes victimes d’abus domestiques, de jouer un rôle de plaidoyer plus large dans la communauté et de soutenir leurs proches qui subissent les effets néfastes de ces actions inhumaines.

Madame Pamela Ilunga, Directrice Générale Adjointe de Vodacom Congo, a déclaré : « Nos recherches révèlent l’importance de la création d’un programme de soutien aux femmes victimes des violences domestiques au sein de toutes les entreprises et organisations humaines. Ayant adopté le mode de travail hybride, suite au Covid-19, il sied de noter que chez Vodacom Congo, l’assistance des victimes reste disponible pour nos employées, quels que soient le lieu et la manière dont celles-ci travaillent. En partageant nos solutions face aux violences faites aux femmes, nous visons à aider d’autres employeurs à adopter des politiques afin qu’ensemble, nous puissions aider à mettre fin à toutes les formes de violence faite aux femmes dans notre société. »

Ensemble, mettons fin dès maintenant à la violence à l’égard des femmes ! 

Les Relations Publiques

Vodacom Congo


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising

K-WA Advertising